Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Tisseuse, Contes de Fées, Contes de Failles

Léa SILHOL



Illustration de Jean-Sébastien ROSSBACH

OXYMORE , coll. Moirages n° (7)
Dépôt légal : janvier 2004
320 pages, catégorie / prix : 21,30 €
ISBN : 2-913939-37-6   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Si les Parques, qui écrivent notre Destin, avaient des voix, seraient-ce celles de l'eau ? Se feraient-elles rivières pour nous conter, tumultueuses, le sort de ceux qui trichent avec le Sort, ou le chant des Banshees ? Deviendraient-elles sources murmurantes, secrètes, pour répéter ce que dit la Mort quand on l'enferme, ou les dieux qui ne peuvent trouver leur propre visage ?
     Envoûtantes, peut-être, pour narrer la chute de l'artiste et le passage dans la forêt du Seigneur de la Haute Nuit ?... et puis fatales, tempétueuses, pour dire le coup de sabre du Samurai, la vengeance de l'hiver... Et comment, comment encore, pour la mort de la dryade, l'amour des frères, la passion des amants ? Des voix d'eau, de vagues et de torrents. La voix unique, toujours, de la Tisseuse, pour des histoires de fées et de déesses, de fantômes et de dieux tombés, de lumière et de nuit, de beauté entière et de cruauté absolue...

     À nouveau dénoués, les contes indispensables de la tisseuse ès Fantasy, Léa Silhol, couronnée par le public Prix Merlin 2003 pour La Sève et le Givre (meilleur roman Fantasy de l'année) créatrice de Frontier, et montreuse d'ombres dans le récent Conversations avec la Mort.
     Nouvelle édition corrigée & révisée des Contes de la Tisseuse, augmentée de la Novella « Le Vent dans l'Ouvroir ».

    Sommaire    
1 - Sommaire, pages 9 à 9, Index
2 - Comme un Director's cut, pages 11 à 15, Introduction
3 - Quelque chose de fragile, pages 19 à 22
4 - La Gorgone Enfant, pages 27 à 36
5 - Un miroir de Galets, pages 37 à 45
6 - Les Promesses du Fleuve, pages 47 à 71
7 - Couleurs d'Automne, pages 77 à 84
8 - En tissant la Trame, pages 85 à 108
9 - A l'ombre des Ifs Foudroyés, pages 109 à 120
10 - Le Cœur de l'Hiver, pages 125 à 132
11 - Frost, pages 133 à 148
12 - La Loi du Flocon, pages 149 à 164
13 - Le Lys Noir, pages 169 à 177
14 - Runaway Train, pages 179 à 193
15 - A l'Image de la Nuit, pages 195 à 212
16 - Le Vent dans l'Ouvroir, pages 217 à 272
17 - Natacha GIORDANO, Le Fil et l'Eau, pages 273 à 312, Postface
 
    Critiques    
     Ce recueil n'est pas une simple réédition révisée et augmentée des Contes de la Tisseuse (éd. Nestiveqnen). Être à la fois l'auteur et l'éditrice a permis à Léa Silhol d'aller au bout de son rêve et de faire de ce livre l'objet de toute beauté qu'elle voulait. Deux éditions simultanées, deux couvertures splendides signées Jean-Sébastien Rossbach ou Christopher Shy pour la Fission, six illustrations intérieures de Dorian Machecourt, c'est un véritable livre d'Art.

     Un livre construit en cinq parties : quatre « Saisons », regroupent trois nouvelles chacune, auxquelles vient s'ajouter une novella inédite qui remplace les nouvelles millénaristes des Contes. Notre fil d'Ariane, dans cet ouvrage, sera l'Eau, présente en toute saison sous toutes ses formes, de la buée à l'encre, du sang au Miroir. Nous y rencontrerons des Fées, craintes des hommes (Frost, À l'image de la Nuit — de magnifiques contes), et des Fays qui les fuient (Runaway Train — je vous défie de lire cette nouvelle sans pleurer), nous voyagerons à travers le Japon avec La Loi du Flocon — la très belle histoire d'un ronin-poète — ou le XIXe siècle avec À l'Ombre des Ifs Foudroyés. L'auteur nous fera découvrir le folklore russe (Un Miroir de Galets) ou mieux encore, celui né de son imagination (Couleurs d'Automne, En Tissant la trame). Et surtout la mythologie.
     La mythologie gréco-latine est source d'inspiration pour Léa Silhol qui l'interprète et la complète avec un art que n'auraient pas renié les Muses. La Gorgone Enfant nous décrit les affres d'une jeune immortelle dont toutes les servantes ont les yeux clos. Les Promesses du Fleuve brode sur la captivité de la Mort et l'amour de la bergère qui la libéra. Dans Le Cœur de l'Hiver, une fille narre à sa mère son enlèvement, et le choix qu'elle fit. Enfin, Le Vent dans l'Ouvroir dévoile les origines des plus mystérieuses figures silholiennes Cette novella est empreinte d'une émotion infinie, toute en finesse et subtilité, comme dans la scène entre Aglaé et Moera.
     Les arbres, les bois, sont d'importance dans ce livre d'eau et de saisons. Souvent, au cours d'une chasse s'égare un homme, un enfant ou un immortel. Il rencontrera un personnage féerique, mythologique, qui le marquera à jamais, d'un regard, d'une épreuve. Cela le conduira au bord d'un gouffre ou au summum du bonheur. Parfois, il recherchera obstinément la Femme, comme ce peintre amoureux du Lys Noir.
     En guise de point d'orgue, Le Fil et l'Eau, postface de Natacha Giordano, analyse en détail La Tisseuse.

     Telle un diamantaire extrayant de sa gangue une pierre précieuse à coups de marteau secs et précis, Léa Silhol sculpte son texte à coups de métaphores. Elle ose les phrases à peine esquissées ou au contraire ciselées à l'extrême. Elle ose cette alternance, ce rythme étrange et envoûtant. Sans cesse, ainsi, elle se met en danger, et met en danger son lecteur par un vertige qui peut aller jusqu'à l'hermétisme, pour mieux inciter à percevoir avec l'âme, ou à se laisser ravir par la Féerie.

Lucie CHENU
Première parution : 17/4/2004 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 62404 livres, 58369 photos de couvertures, 56883 quatrièmes.
7958 critiques, 34218 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.