Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Symboles secrets : Theodore Sturgeon

Theodore STURGEON

Textes réunis par Alain DORÉMIEUX

Première parution : Casterman, 1980

Illustration de Jean-Luc SECHET

CASTERMAN , coll. Autres temps, autres mondes - Anthologies
Dépôt légal : 1er trimestre 1980
Première édition
Recueil de nouvelles, 238 pages
ISBN : 2-203-22629-3
Format : 13,5 x 20,5 cm
Genre : Imaginaire


Autres éditions

Sous le titre Symboles secrets   POCKET, 1990, 1995

Quatrième de couverture
     Agé aujourd'hui de 62 ans, Theodore Sturgeon est de longue date connu des amateurs de science-fiction français, et son talent singulier apprécié par la majorité d'entre eux. Mais il aura fallu attendre l'année 1977 pour que ce talent commence à être l'objet dans notre pays d'une tardive consécration, plaçant Sturgeon à la vraie place qui est la sienne aux tout premiers rangs des plus grands auteurs de SF américains vivants. C'est depuis 1977, en effet, que chez plusieurs éditeurs se sont mises à paraître, à un rythme souteu, de nombreuses anthologies consacrées à ses meilleures nouelles. La présente collection avait déjà présenté, il y a deux ans, une des plus marquantes de ces anthologies : Les Songes superbes de Theodore Sturgeon. Volume auquel fait suite aujourd'hui ce nouveau recueil, composé de six longs récits représentatifs, sous des facettes extraordinairement diversifiées, de l'art de cet écrivain unique en son genre.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Alain DORÉMIEUX, Préface, pages 11 à 12, préface
2 - Tiny et le monstre (Tiny and the monster, 1947), pages 13 à 50, nouvelle, trad. Alain DORÉMIEUX
3 - La Tombe et le pied (One foot and the grave, 1949), pages 51 à 95, nouvelle, trad. Alain DORÉMIEUX
4 - La Cloison (Who? / Bulkhead, 1955), pages 96 à 133, nouvelle, trad. Alain DORÉMIEUX
5 - Le Claustrophile (The Claustrophile, 1956), pages 134 à 169, nouvelle, trad. Alain DORÉMIEUX
6 - Et voici les informations (And Now the News..., 1956), pages 170 à 192, nouvelle, trad. Alain DORÉMIEUX
7 - L'Amour et la mort (When you care, when you love, 1962), pages 193 à 235, nouvelle, trad. Alain DORÉMIEUX
Critiques
 
     Il est certains auteurs qui ont écrit une œuvre magistrale dans les années 40, ou 50, et qu'on relit encore, vingt ou trente ans plus tard, avec du plaisir, sinon du respect. Mais souvent, au fil des pages, un petit sourire nous échappe, parfois on décroche et on se dit « quand même, ça a vieilli ». (Ce n'est pas spécifique à la science-fiction.)
     Mais avec Sturgeon, impossible — à moins d'avoir un cœur de pierre. (Sturgeon non plus n'est pas spécifique à la science-fiction). Car Théodore Sturgeon, sous son apparence d'auteur de science-fiction, ne nous parle que d'une seule chose — qui est éternelle. Qui, je l'espère, est éternelle (à notre époque, il est malheureusement permis d'en douter). Cette chose, c'est l'amour. Pas avec un grand A, non. Au contraire : l'amour multiple, l'amour des êtres, des choses, de la vie, de la liberté. C'est tout ce dont nous parle Sturgeon pendant ces 235 pages, qui s'étalent de 1947 à 1962. Et c'est infini.
     Cœurs de pierre, ne lisez pas Sturgeon. Vous n'y trouverez ni sang, ni violence (ou si rarement), ni toutes les méchancetés habituelles que peuvent se faire les hommes entre eux. Vous croyez que Sturgeon se fait des illusions sur ses semblables, à les animer (fictivement) de sentiments aussi nobles ? Nullement. Ecoutez-le : « Oui, les humains sont névrotiques. (...) Anxieux, désorientés, insatisfaits, craintifs, agressifs envers leurs semblables et s'attendent toujours à être agressés, redoutant toujours d'être mal compris, toujours en conflit entre l'impulsion de voler comme un oiseau et celle de se terrer comme une taupe. Pourquoi doit-il en être ainsi ? » (p. 155) Oui, pourquoi ?... La question n'est pas près d'être résolue.
     Sturgeon, lui, a choisi de voler comme un oiseau. Ça n'a pas été sans mal. Bien des gens ont tenté par bien des moyens de le ramener sur terre. A preuve cette nouvelle, Et voici les informations (1956), où l'on voit un homme, obsédé par l'information au point d'en indisposer son entourage, se libérer tout à coup de cet « accrochage à l'humanité » (grâce à sa femme, qui n'obtient pas le résultat escompté) et partir vivre en ermite dans les montagnes, complètement coupé du reste du monde : il est devenu sourd-muet, ne sait plus lire ni écrire. Il est devenu heureux. Un « psychiatre relativement intelligent » (dixit Sturgeon) part à sa recherche, le découvre et entreprend de le réinsérer socialement. L'homme heureux devient un assassin. Le psychiatre a réussi : un assassin, c'est un individu qu'on peut cerner. Un homme heureux retiré du monde, non.
     Sturgeon n'est pas devenu un assassin. C'était un écrivain, il l'est resté. Il le sera toujours. Oiseau, il vole très haut, dans un ciel dont on aimerait redécouvrir la pureté. Taupe, il fouaille au fond des gens, traque (dévoile !) en nous ce sentiment qu'on n'ose montrer, dont on parle à peine : l'amour.

Jean-Marc LIGNY (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/7/1980 dans Fiction 310
Mise en ligne le : 3/4/2009

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79160 livres, 91955 photos de couvertures, 75152 quatrièmes.
9025 critiques, 43032 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3777 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.