Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Chimère

Tess GERRITSEN

Titre original : Gravity
Traduction de Dominique HAAS
Illustration de David BAKONYI
LIVRE DE POCHE, coll. Thrillers n° 17313
Dépôt légal : octobre 2003
480 pages, catégorie / prix : 6,95 €
ISBN : 2-253-17313-4   
Genre : Science Fiction 


Couverture

    Quatrième de couverture    
     Emma Watson, qui mène une brillante carrière dans la recherche médicale, s'est entraînée pour la mission de sa vie : étudier des organismes vivants dans l'espace. Son mari, Jack McCallum, dont elle est séparée, partageait le même rêve de voyage spatial, mais un problème de santé l'a cloué au sol. Il assiste donc en simple spectateur aux exploits de sa femme, qui se prépare pour sa première mission à bord de l'ISS, la Station spatiale internationale.
     Mais, dès son arrivée à bord de la station, les choses tournent mal pour Emma, chargée d'observer l'évolution en apesanteur d'archéobactéries remontées des profondeurs marines, dont la nature mortelle n'a pas été révélée à la NASA. Placées sous microgravité, les cellules contaminent l'un après l'autre les membres de l'équipage, qui agonisent dans d'atroces souffrances.
     Emma doit mobiliser toute son énergie pour empêcher le microbe mortel, baptisé la « chimère », de proliférer, tandis que, sur Terre, Jack et la NASA luttent contre le temps pour la sauver...

     Pour moi, Tess Gerritsen est un must absolu. Elle est au thriller médical ce qu'Anne Rice est aux vampires. Elle est meilleure que Michael Palmer, meilleure que Robin Cook... meilleure même que Michael Crichton ! Si vous n'avez jamais lu Gerritsen, surveillez bien votre facture d'électricité lorsque vous achèterez Chimère.
     Parce que vous risquez d'y passer la nuit...
Stephen King.

 
    Critiques    
     Le nom de Tess Gerritsen n'est pas familier aux lecteurs de SF. Rien d'étonnant à cela, puisque jusqu'à présent, l'auteur avait construit sa réputation — et son statut de best-seller — grâce à deux thrillers médicaux. Rien qui risque d'intéresser l'amateur de science-fiction donc, du moins jusqu'à Chimère en 1999. Ce roman se classe incontestablement dans la SF, voire même pour certains passages dans la hard science, sans pour autant renier les techniques propres au thriller qui en font un ouvrage difficile à reposer une fois commencé.

     L'histoire est celle d'une expérience scientifique qui tourne mal à bord de la Station spatiale internationale. Sans trop dévoiler l'intrigue, on peut tout de même révéler qu'un des contracteurs privés de la NASA n'a pas joué franc-jeu avec les scientifiques de la station spatiale quant à la nature et l'origine des archéobactéries dont ils sont chargés d'observer l'évolution en apesanteur. Une fois placées sous microgravité, les cellules contaminent — et tuent — les membres de l'équipage l'un après l'autre. Le docteur Emma Watson, à bord de la station, et le contrôle de mission de la NASA, sur Terre, entament une course contre la montre pour empêcher le microbe mortel (la « chimère » qui tire son nom de son incroyable adaptabilité à son environnement) de proliférer et la contamination de s'étendre.

     Gerritsen réussit l'exploit de nous proposer un roman à l'intrigue passionnante, au rythme haletant, tout en ne négligeant aucunement les explications techniques concernant les expériences menées, ou encore la description minutieuse de la vie à bord de l'ISS, rappelant en cela le réalisme de certains livres de Stephen Baxter.

     Il est de bon ton d'afficher un certain scepticisme quand un auteur qui n'est pas issu du sérail SF s'essaie au genre. Dans le cas de Gerritsen, cette attitude vous priverait de la lecture d'un des tout meilleurs « thrillers SF » qu'il m'ait été donné de lire. Gerritsen poursuivra-t-elle dans cette voix ou retournera-t-elle à ses chers thrillers médicaux (où elle excelle parait-il ; Chimère m'a au moins donné l'envie d'aller jeter un coup d'œil à cette facette de son œuvre) ? Pour ma part, j'espère que ce livre ne restera pas une expérience unique dans la carrière de son auteur : la science-fiction a tout à y gagner.

Benoît DOMIS (lui écrire)
Première parution : 1/12/2003 dans Galaxies 31
Mise en ligne le : 8/12/2008

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition PRESSES DE LA CITÉ, (2000)


     Dans les premières pages, vous êtes coincé dans un sous-marin au fond du rift des Galapagos. A peine un peu plus loin, vous perdez les deux moteurs de la navette spatiale que vous pilotez. Encore quelques pages, et vous arrivez au chevet d’une patiente souffrant d’une hémorragie cérébrale, sans neurochirurgien à proximité… Avertissement : ceci n’est qu’une mise en jambes ; Gerritsen va vite, très vite…

     L’intrigue centrale est simple : une archéo-bactérie découverte au fond d’un gouffre marin se révèle capable d’un développement inhabituel. Que se passera-t-il si elle est soumise à des conditions de micro-gravité à bord d’une station orbitale ? On s’en doute, l’organisme – dont l’origine est peut-être extraterrestre – va proliférer aux dépens de l’équipage, avec la particularité d’ajouter à son génome quelques séquences de l’ADN de chacune de ses victimes. Vers quelle abomination va évoluer cette chimère que rien ne semble pouvoir arrêter ?

     Sur cette base, Gerritsen nous concocte un thriller percutant et terriblement efficace qui n’échappe évidemment pas aux facilités du genre, mais qui tient en haleine de bout en bout. C’est un roman à grand spectacle, où des cadavres liquéfiés explosent en apesanteur en délivrant de multiples bulles de gélatine verdâtre hautement virulentes, et où le héros n’hésite pas à s’engouffrer dans une capsule spatiale expérimentale pour voler au secours de sa bien-aimée… Evidemment, en y repensant, tout ceci paraît un peu exagéré, mais tant que le roman dure, le lecteur est scotché à son siège comme devant un grand écran.

     Beaucoup d’action, un peu d’horreur, voici déjà de bons atouts… Mais Gerritsen y ajoute habilement quelques conflits entre l’armée et la NASA, un compte à rebours médical qui accroît le suspense et surtout d’intéressantes considérations sur l’origine et le devenir de la chimère. Même s’il n’y a pas d’originalité véritable, le dénouement est habile, tout à fait dans la logique du roman.

     Au total, un très agréable moment de tension, pour ceux qui aiment se donner le frisson.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 5/6/2000
nooSFere


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies