Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Cité des illusions

Ursula K. LE GUIN

Titre original : City of Illusion, 1967
Première parution : États-Unis, New York : Ace Books, 1967
Cycle : La Ligue de tous les mondes  vol. 3

Traduction de Jean BAILHACHE
Illustration de Jackie PATERNOSTER

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (2ème série, 1987-) n° 7253
Dépôt légal : mars 2004
Roman, 256 pages, catégorie / prix : 6,00 €
ISBN : 2-253-07253-2
Format : 11,0 x 17,8 cm
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   in Le Monde de Rocannon / Planète d'exil / La cité des illusions, OPTA, 1972
   POCKET, 1987, 1991

Quatrième de couverture
     Les Shing ont assuré sur la Terre, depuis des siècles, leur dictature bienveillante. Ils tolèrent tout, sauf le meurtre. Maître des illusions, ils ont comme anesthésié l'humanité. Pour son bien, prétendent-ils.
     Sont-ils eux-même, comme ils le laissent croire, des humains, ou bien des envahisseurs extraterrestres ?
     L'humanité recouvrera-t-elle le contrôle de son destin ?
     La réponse et la solution viendront de l'espace.
 
     Ce roman flamboyant constitue le troisième volet du célèbre cycle de l'Ekumen, après Le Monde de Rocannon et Planète d'exil, avant La Main gauche de la nuit et Les Dépossédés, qui valurent à Ursula Le Guin les prix Hugo et Nebula.
Critiques
     Gérard Klein poursuit sa réédition du cycle de l'Ekumen, d'un auteur parfois méconnu et vraiment pas comme les autres : Ursula Le Guin. Ethnologue — le moins qu'on puisse dire, c'est que ses romans ne trahissent pas sa formation universitaire — elle ne sacrifie jamais son intrigue à la réflexion ; elle est passée maître dans l'art de la description poussée et presque maniaque de ses mondes, de ses civilisations imaginaires et de ses héros. Le Guin ne laisse rien au hasard et, si elle fait œuvre de vulgarisation, c'est, reconnaissons-le, avec le souci de rester intellectuellement satisfaisante, voire exigeante.

     La Cité des Illusions se situe, si l'on classe les romans de l'Ekumen selon leur chronologie, à la fin du cycle. Mais, comme les autres romans, il peut se lire facilement de manière indépendante. Tout au plus quelques détails des dialogues resteraient obscurs sans la connaissance des précédents volumes. Rien de vraiment gênant pour une histoire qui, finalement, se résume très rapidement.

     Un homme ( ?) est recueilli par des paysans. Il a perdu la mémoire, jusqu'à celle de son identité. Qui l'a ainsi décervelé ? Les Shing, lui apprennent les villageois. Qui sont-ils ? Des Seigneurs qui gouvernent la planète depuis Es Toch, leur Cité, située dans les montagnes. Ce sont les ennemis, ils peuvent mentir même en communication télépathique. Sur cette Terre où la Ligue de Tous les Mondes n'est plus qu'un souvenir, Falk va se lancer dans une véritable quête initiatique pour Es Toch, à la recherche de son identité, de son passé. Mais comment discerner la vérité du mensonge lorsqu'on ne dispose plus d'aucune expérience pour nous y aider ? La confrontation risque de se révéler dangereuse. Il s'agit donc d'une histoire simple et classique mais qui, revisitée par Ursula Le Guin, se révèle d'une profondeur peu commune. Sans être aussi complexe que Les Dépossédés ou La Main Gauche de la Nuit ni aussi abordable que Le Nom du Monde est Forêt, c'est un roman vif et équilibré qui clôt la série de l'Ekumen... du moins en français. Car peut-être cette réédition de plus en plus complète du cycle nous fournira l'occasion de découvrir Four Ways to Forgiveness, le recueil de nouvelles qui lui manque encore dans notre langue... À suivre donc.

Xavier NOY
Première parution : 1/6/2004 dans Galaxies 33
Mise en ligne le : 30/12/2008

Critiques des autres éditions ou de la série
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (1988)

     Falk, être étrange, étranger à lui-même, sans mémoire, surgit brusquement de la forêt. A-t-il été décervelé ? D'où vient-il ? Des hommes le recueillent qui le poussent ensuite à partir en quête de la vérité et de son identité volée. Cela implique un long voyage pour se rendre à Es Toch, la ville où demeurent les shings, l'Ennemi qui a asservi la Terre et la Ligue de Tous les Mondes, II y débusquera une vérité qui fleure le mensonge : l'Ennemi n'existe pas, la Guerre n'a jamais eu lieu, les shings sont des hommes ordinaires.
     Ah, vraiment ?
     La cité des Illusions s'insère entre Le monde de Rocannon, Planète d'Exil, et La main gauche de la nuit dans La Ligue de Tous les Mondes. Avec le dernier volet, c'est le morceau le plus fort, car tissé dans l'illusion extraterrestre.
     Ursula Le Guin sait incruster son texte de références culturelles et de paysages qui l'enrichissent. Elle nous présente une Terre bien réelle qui n'a pourtant rien à voir avec la nôtre ; une Terre où les hommes sont muselés par ces shings dont le mot d'ordre est : « Tu ne tueras point ». Un peuple pacifique ? Si l'on veut...
     Un peuple qui ne tue pas parce qu'il a peur de donner la mort, parce que tout simplement ses membres ont une peur terrible de mourir ; qui vit par conséquent sur le mensonge permanent et instinctif.

Éric SANVOISIN
Première parution : 1/3/1988
dans Fiction 395
Mise en ligne le : 16/4/2003

Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)  pour la série : La Ligue de tous les mondes

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77361 livres, 88436 photos de couvertures, 73284 quatrièmes.
8606 critiques, 42078 intervenant·e·s, 1604 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.