Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Cyberpan

Fabrice COLIN

Science Fiction  - Illustration de Philippe MUNCH
MANGO Jeunesse, coll. Autres Mondes n° 20, dépôt légal : avril 2003
240 pages, catégorie / prix : 9 €, ISBN : 2-7404-1573-7
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Je m'appelle Wendy et j'ai quatorze ans. J'habite Harmony, la cité « idéale ». Vous connaissez ?
     C'est une ville entourée d'un mur, où rien ne se passe jamais.
     Sauf qu'aujourd'hui, l'impossible s'est produit : venu de l'autre côté du mur, un garçon volant m'a kidnappée.
     Il est beau, il est fou, et je ne connais que son nom : Peter.
     Sur l'île où il m'a emmenée, Peter prétend qu'il y a des pirates commandés par un certain capitaine Crochet. Il parle d'Enfants Perdus, de sirènes et d'indiens.
     Mais ces choses-là, ça n'existe que dans les rêves, vous ne croyez pas ? Ou à la rigueur, dans les histoires du RealWeb.
     VOUS NE CROYEZ PAS ?


    Prix obtenus    
Grand Prix de l'Imaginaire, roman pour la jeunesse, 2004
 
    Critiques    
     Décidément, Fabrice Colin écrit beaucoup et son imagination foisonnante fonctionne à plein régime puisqu'il a à son actif à seulement trente ans, une bonne quinzaine de romans adultes, principalement de fantasy. Il a fait une entrée remarquée dans les Autres mondes avec le très poétique Enfants de la lune, a récidivé avec le Projet oXatan, un huis-clos étouffant particulièrement bien mené et il figure également au sommaire de l'anthologie Les Visages de l'humain.
     Son œuvre est parcourue par un thème récurent : la nostalgie de l'enfance qu'il faut pourtant se résoudre à quitter un jour pour grandir et devenir adulte.
     Il est donc un texte qui devait forcément un jour l'inspirer, c'est le Peter et Wendy, de l'écrivain écossais James M. Barrie, plus connu en France sous le titre Peter Pan. Tous les enfants connaissent Peter Pan, le garçon qui volait mais qui ne voulait pas grandir, plus sans doute à travers le dessin animé de Walt Disney que par le texte même de Barrie. A l'origine une pièce de théâtre, ce conte a connu en Angleterre un immense succès et a suscité de très nombreuses études et analyses. Barry a sans doute été inspiré pour la création de ce personnage par son frère David, mort à l'âge de treize ans. Ce drame fige à jamais ce garçon dans une éternelle enfance. Peter Pan a inspiré ensuite bien d'autres auteurs, notamment Régis Loisel, prochain président du Festival d'Angoulême (2004), qui est l'auteur d'une série de bandes dessinées en cinq volumes, publiée chez Vents d'Ouest. Dans le premier volume de la série, Londres, Loisel ancre résolument son personnage dans un lieu et une époque bien définis : les quartiers populaires de la cité victorienne à la fin du XIXème siècle. Peter est un jeune orphelin pauvre qui est désespérément à la recherche de son père.
     Fabrice Colin revisite encore différemment cette œuvre si riche, en choisissant d'écrire un roman de SF, dont le personnage principal est Wendy, 14 ans, qui est aussi la narratrice. La cité luxueuse, aseptisée et protégée par un mur d'enceinte, où résident Wendy et sa famille, se nomme Harmony. A l'extérieur survivent les pauvres et les exclus. Wendy rencontre Peter dans un centre pour enfants inadaptés, cassés, perdus, rejetés. Personne ne sait qui il est et d'où il vient ; il est apparemment autiste, mais semble reconnaître Wendy et la supplie de l'emmener. Plus tard, échappé du centre, il rejoint Wendy et l'emmène sur une île perdue ne figurant nulle part. Le Paradis, cette île ? C'est ce que les apparences laisseraient croire. Mais Wendy se heurte rapidement à une volée de questions embarrassantes : pourquoi l'île est-t-elle truffée de caméras ? Pourquoi des enfants sont-ils enfermés dans un laboratoire secret ? Qui est en réalité le capitaine Crochet qui a jeté son dévolu sur elle ? Wendy apprend à se méfier des apparences et de ceux qu'elle croise en chemin. Peter, quant à lui, est insaisissable. Il n'a qu'une idée en tête : affronter Crochet.
     Bien des thèmes se croisent et s'entremêlent dans ce beau roman, à la fois émouvant et insolite : une réflexion sur les lieux de vie que l'on se crée où, finalement, l'on ne peut exister vraiment. La cité d'Harmony et le Pays de Nulle Part se seraient-ils pas deux facettes d'une même virtualité ? Colin y aborde aussi la place de l'être humain, mis en danger par les manipulations de toutes sortes auxquelles se livrent de pseudo scientifiques. Enfin, le roman est dominé par le personnages très fort de Wendy, cette gosse de riches qui pressent tout d'abord confusément que ce qu'on lui propose comme vie n'est pas celle qu'elle veut se choisir et qui, parfois douloureusement, fait l'expérience de l'amour et de la naissance du sentiment maternel.
     Fabrice Colin nous offre ici un beau livre qui nous accompagne longtemps.

Catherine GENTILE (lui écrire)
Première parution : 8/5/2003
nooSFere


     Quand on habite Harmony, ville idéale un rien ennuyeuse, ignorant tout de la misère du monde extérieur, on est facilement révolté ou émerveillé devant l'inattendu. Pour Wendy, celui-ci apparaît quand son père lui fait visiter son lieu de travail, Medicare, où l'on s'occupe des enfants défavorisés du NeoGhetto. Elle tombe sous le charme de Peter, bel adolescent fantasque et puéril, qui l'enlève au Pays de Nulle-Part, une île aux apparences du pays imaginaire de Peter Pan. Tout y est : la fée Clochette, les Indiens, les Enfants Perdus et le capitaine Crochet. Il ne s'agit pourtant pas de fantasy : les événements trouvent ici une explication rationnelle par le biais des réalités virtuelles.

     Si Fabrice Colin suit scrupuleusement le roman de James Barrie, il en livre son interprétation personnelle : en menant des expériences sur les Enfants Perdus à la recherche d'un élixir de jeunesse, le savant fou ayant endossé la personnalité du capitaine Crochet devient le pendant exact de l'éternel enfant qu'est Peter Pan. Wendy, en revanche, effectue la démarche inverse. Elle ne perd jamais le sens des réalités et rappelle assez malicieusement qu'on n'est pas dans l'histoire de Peter Pan et qu'il ne faut donc pas s'y fier pour distinguer ses amis de ses ennemis. La plongée dans cet univers imaginaire et enfantin lui permet, paradoxalement, de devenir adulte. Sa ténacité et sa volonté, son engagement et son empathie pour les autres en font une héroïne positive à laquelle s'identifier.

     Fabrice Colin évite également tout manichéisme : le capitaine Crochet n'est pas le méchant intégral opposé à l'innocence héroïque de Peter, mais un malade obsédé par la mort et rongé par le remords. Comme le dit Mouche, « Les adultes ne sont pas plus compliqués que les enfants. Ils sont seulement plus malheureux ».

     Le début des aventures sur l'île est un peu confus, l'auteur peinant à trouver ses marques, peut-être à trop vouloir respecter le récit de James Barrie. Mais il est très convaincant par la suite et on ne peut qu'être séduit par cette variation sur un mythe qui ne se cantonne pas au thème de l'éternelle jeunesse mais pose la problématique de l'exploitation des enfants.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/9/2003
dans Galaxies 30
Mise en ligne le : 25/11/2008


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.