Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

L'Aigle et le Dragon

Avril SUTTER

Fantasy  - Cycle : La Quête du monde-miroir vol. 1

Illustration de Luis ROYO
NESTIVEQNEN, coll. Fractales / Fantasy n° (16), dépôt légal : octobre 2002
464 pages, catégorie / prix : 24 €, ISBN : 2-910899-59-4
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Davidas, roi d'Astolistie, ne sera pleinement satisfait que lorsqu'il aura envahi le pays de son éternel rival : le roi Devonis. Toutes les forces vives du château sont alors mobilisées et Davidas exige de son plus jeune fils, Gilian, qu'il rejoigne ses frères pour mener la grande invasion. Mais Gilian n'a que faire des ambitions de son père, il préfère rêvasser loin des bruits de la guerre.
     De son côté, Devonis se prépare une fois encore à repousser les raids de son voisin belliqueux. Et lorsque Séréna, sa fille unique, lui propose d'en finir une fois pour toutes avec le royaume concurrent, Devonis comprend que le long
     enseignement dispensé à sa fille porte enfin ses fruits et qu'elle n'aura de cesse que lorsque le royaume adverse sera écrasé.

     Agée de 19 ans, Avril Sutter poursuit ses études en Siences sociales à Mulhouse. Auteure précoce, elle a écrit son premier roman à l'âge de 16 ans. C'est également une grande amatrice de fantasy, tant sur le plan cinématographique que littéraire.

 
    Critiques    
     Il y a parfois (souvent ?) en fantasy féminine de bien désagréables surprises, des livres dont on n'aurait même pas imaginé l'existence, des livres auprès desquels le scénario du Cinquième Élément ferait figure de référence en matière de maturité dans le monde de la S-F, des livres que même Marion Zimmer Bradley aurait refusé de dédicacer à son coiffeur contre une coupe au bol gratuite...

     En voici un.

     Avril Sutter a 19 ans, et on la présente essentiellement sous cet angle. Il fallait au moins jeter une nouvelle petite prodige dans l'arène des littératures de genre pour faire avaler à un lecteur, déjà fort usé, les quatre cents cinquante pages d'une prose plus que douteuse. Et pourtant, il semblerait qu'elle ait du talent, à l'origine... Mais un talent gâché par de mauvais conseils, des erreurs grossières que personne ne lui a signalées, des maladresses tout à fait justifiables pour un si jeune auteur, impardonnables pour un éditeur. Las.

     Une guerre oppose deux pays : à ma gauche la princesse Séréna, dite princesse qui a la ferme intention de réduire à néant l'Astolistie, le royaume du prince Gilian à ma droite. En dépit des apparences, il ne faut pas s'attendre ici à une succession de combats. L'intrigue reste, disons, psychologique, bien qu'un tel adjectif mériterait d'être redéfini spécifiquement pour L'Aigle et le dragon. Ici, on allonge les profils à plaisir. On se perd dans des caractères antagoniques, taillés à la hache. Il y a de la présomption, de la revendication féminine : être une femme dans un monde de brutes en armure, ce n'est pas simple, il faut avoir des tripes. Avril Sutter le prouve. Dans le top ten des dialogues de ce roman à la narration pseudo médiéviste, on retrouvera, par exemple : « je te crache à la gueule, pauvre con » ; « tu hallucines, mon vieux » ; « fais comme tu le sens » ; « ... une toute autre sorte de beauté, les cheveux défaits et vêtue de ses dessous de satin noir »... Inutile de lever un sourcil intéressé. On vous l'a dit, ce n'est pas simple d'être une femme. Les amours sont malheureuses et la sexualité, une arme ou une torture.

     Car chez Sutter, on viole mais on ne s'attache pas. Ce qui est fort dommage. On pourrait espérer qu'une fois casés et épanouis, avec de bons gros marmots morveux accrochés au velours de la robe, pour rester dans le cliché, les personnages féminins disparaissent une fois pour toutes pour laisser place à une véritable action. Peine perdue, ce dont on s'aperçoit d'ailleurs dès la page 17, lorsqu'on apprend que « les femmes des nobles, plus frigides que jamais, s'inquiètent à l'idée des pillages et des viols ». On en reste muet.

     « Il y a toujours quelque chose derrière les masques que nous portons », note un des protagonistes, la queue basse et l'esprit en alerte. Très sage remarque. Il serait effectivement agréable qu'on ne fasse plus injure aux lecteurs de fantasy en leur présentant des auteurs comme de « grands érudits en littérature médiévale », lorsqu'on leur impose un style aussi pauvre et un tome entier de verbiage de cours de lycée entrelardé d'anachronismes, qui plus est à un prix outrancier.

Anne FAKHOURI
Première parution : 1/4/2003
dans Bifrost 30
Mise en ligne le : 1/5/2004


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.