Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dystopia - 2

Richard Christian MATHESON

Titre original : Dystopia
Cycle : Dystopia  vol. 2

Traduction de Cédric PERDEREAU
Illustration de KAÏN
FLAMMARION, coll. Imagine n° (37)
Dépôt légal : octobre 2002
308 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 2-08-068160-5   
Genre : Fantastique 



    Quatrième de couverture    
     Richard Christian Matheson, fils du légendaire Richard Matheson, est né en 1953. Son objectif : se faire un deuxième prénom. Publicitaire, chercheur en parapsychologie, scénariste, producteur, batteur professionnel, auteur d'un roman (Cauchemar cathodique, paru chez Rivages et repris chez Denoël) et d'une centaine de nouvelles, il fait désormais partie des auteurs qui comptent dans le domaine des littératures de l'imaginaire.

     Qui dira l'enfer que peut devenir un Los Angeles écrasé de chaleur ? L'esprit de sacrifice dont il faut faire preuve pour devenir, grâce aux techniques chirurgicales les plus avancées, la sueur siamoise de l'homme que l'on veut arracher à une mort inéluctable ? Les terribles risques que l'on court en jouant avec un inconnu à qui baissera le premier les yeux ? Et les conséquences imprévues que peut entraîner la lecture d'une histoire à donner la chair de poule ?
     Réponses en une trentaine de nouvelles (après les trente autres de Dystopia 1), où Richard Christian Matheson se révèle, selon Stephen King, « de ces rares auteurs capables de combiner l'efficacité de la narration et l'originalité du style ». D'une redoutable concision, et du coup, d'autant plus suggestifs, passant allègrement du gothique noir à la science-fiction, de l'allégorie au fait divers qui fait trembler le réel, ses récits ne se contentent pas de jouer avec les ressorts du macabre ; ils désignent de façon saisissante les maladies de notre temps.
     « Dystopie : situation anormale d'un organe », dit le dictionnaire !


    Sommaire    
1 - Whatever (Whatever), pages 9 à 70, trad. Cédric PERDEREAU
2 - Les Redoutables (The Dark Ones), pages 71 à 73, trad. Cédric PERDEREAU
3 - L'Homme qui achetait par correspondance (The Mail-Order Man), pages 74 à 82, trad. Cédric PERDEREAU
4 - Agresseur (Mugger), pages 83 à 86, trad. Cédric PERDEREAU
5 - Je suis toujours là (I'm Always Here), pages 87 à 97, trad. Cédric PERDEREAU
6 - Une chaleur d'enfer (Hell), pages 98 à 105, trad. Cédric PERDEREAU
7 - Yeux (Eyes), pages 106 à 110, trad. Cédric PERDEREAU
8 - Obsolète (Obsolete), pages 111 à 113, trad. Cédric PERDEREAU
9 - Wyom... (Wyom...), pages 114 à 117, trad. Cédric PERDEREAU
10 - C'était écrit (Sentences), pages 118 à 133, trad. Cédric PERDEREAU
11 - Chair de poule (Goosebumps), pages 134 à 142, trad. Cédric PERDEREAU
12 - Enfant d'eau (Water Child), pages 143 à 149, trad. Cédric PERDEREAU
13 - Impasse (Dead End), pages 150 à 164, trad. Cédric PERDEREAU
14 - Groupies (Groupies), pages 165 à 171, trad. Cédric PERDEREAU
15 - Mobile inconnu (Unknown Drives), pages 172 à 177, trad. Cédric PERDEREAU
16 - Lit de mort (Deathbed), pages 178 à 180, trad. Cédric PERDEREAU
17 - Poussière (Dust), pages 181 à 185, trad. Cédric PERDEREAU
18 - Sévices (Abused), pages 186 à 189, trad. Cédric PERDEREAU
19 - Vous peignez ? (The Beholder), pages 190 à 199, trad. Cédric PERDEREAU
20 - Nécrologie (Obituary), pages 200 à 204, trad. Cédric PERDEREAU
21 - Études supérieures (Graduation), pages 205 à 227, trad. Cédric PERDEREAU
22 - Le Baratin (The Pitch), pages 228 à 232, trad. Cédric PERDEREAU
23 - Sirènes (Sirens), pages 233 à 236, trad. Cédric PERDEREAU
24 - Richard MATHESON & Richard Christian MATHESON, Quand on veut... (Where There's A Will), pages 237 à 247, trad. Cédric PERDEREAU
25 - Hémorragie (Bleed), pages 248 à 250, trad. Cédric PERDEREAU
26 - Entretien (Conversation Piece), pages 251 à 262, trad. Cédric PERDEREAU
27 - Barking Sands (Barking Sands), pages 263 à 269, trad. Cédric PERDEREAU
28 - Pense-bête (Things To Get), pages 270 à 271, trad. Cédric PERDEREAU
29 - Question de limite (The Edge), pages 272 à 279, trad. Cédric PERDEREAU
30 - Coeur de l'hiver (Dead of Winter), pages 280 à 282, trad. Cédric PERDEREAU
31 - Échos (Echoes), pages 283 à 286, trad. Cédric PERDEREAU
32 - D'autres vous-mêmes en Amérique (Who's You in America), pages 287 à 294, trad. Cédric PERDEREAU
33 - Richard MATHESON, Postface, pages 295 à 301, Postface, trad. Cédric PERDEREAU
 
    Critiques    
     Ce recueil (la deuxième partie de Dystopia, dont le premier volume parut au printemps dans la même collection Imagine) commence par une très longue nouvelle, « Whatever », texte d'une taille (60 pages) que l'auteur utilise très rarement. Elle raconte l'ascension — puis la lente agonie — d'un groupe de rock, sorte de synthèse de tous les groupes mythiques des années 60 et 70 ; le récit rappelle beaucoup le propos d'Armaggeddon Rag, de George R.R. Martin, réédité récemment en Pocket Terreur et qu'il convient de lire si vous ne le connaissez pas déjà. Ici, la focalisation sur le groupe se double d'une vision plus globale, sorte d'odyssée du rock dans tout ce qu'il a de plus chaotique et démesuré à la fois. Du coup, et même si le rock semble peu approprié pour certains des textes (« Vous peignez ? », par exemple, semble aux antipodes), « Whatever » frappe durablement l'imagination, et donne une coloration à l'ouvrage — mais il est vrai que d'autres récits se passent dans le milieu du rock, l'auteur ayant été musicien. L'argument fantastique de « Whatever », lui, est beaucoup plus discret, voire quasiment inexistant. Ce n'est d'ailleurs pas le seul texte dans ce cas : Dystopia — 2 présente en effet un certain nombre de textes inclassables, et qu'on se gardera donc bien de classer, préférant les savourer comme autant de morceaux de vie ou de libres digressions sur des sujets tenant à cœur à l'auteur.
     Pour autant, Richard Christian Matheson est avant tout un auteur de fantastique et de terreur  ; il est donc normal que l'on retrouve ici les « recettes » qu'il affectionne : des textes courts et percutants (« Pense-bête » consiste uniquement en une liste d'affaires à emporter, « Groupies », prend la forme d'un entretien avec une fan qui narre les penchants très pervers de son idole). La gamme va du fantastique classique (« Impasse », où un couple se perd dans une banlieue de Los Angeles) à un fantastique plus moderne, plus gore (« Entretien », ou l'histoire d'un homme qui vend peu à peu toutes les parties de son corps pour gagner de l'argent).
     Bref, on le voit, ce recueil montre une nouvelle fois la grande variété d'inspiration de Richard Christian Matheson, puisqu'il donne à lire des textes fort différents dans la forme, les thèmes ou la visée (on n'oubliera pas l'humour très noir de certaines nouvelles). Un compagnon indissociable de Dystopia — 1, avec lequel il constitue une manière de (quasi) intégrale des textes courts de l'auteur.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 21/11/2002 nooSFere


     Après Dystopia-1 (critiqué dans le précédent Bifrost), voici donc la suite et fin des nouvelles de l'étonnant Richard Christian Matheson, fils du légendaire Richard Matheson. Un second opus plutôt placé sous le signe du rock'n'roll et du mainstream avec des textes comme « Whatever » (la novella qui ouvre le recueil), « Je suis toujours là » et « Groupies ». Tout comme dans Dystopia-1, ce recueil contient un nombre indéniable de perles, notamment « Etudes supérieures » ou encore le susnommé « Whatever ». Dans ce dernier, on suit le parcours chaotique d'un groupe de rock, de sa fondation à sa disparition tragique dans un accident d'avion. En soixante pages, Richard Christian Matheson se paye le luxe de décrire deux décennies (les années soixante et les seventies), l'univers du rock, ses trips, ses outrances et ses incarcérations. Un tour de magie que ce « Whatever », un coup de maître qui arriverait presque à éclipser des textes comme « Je suis toujours là », récit poignant où l'on rencontre et écoute une groupie qui a accepté d'être greffée sur le chanteur qu'elle aime afin de prolonger la vie de celui-ci, de le laisser se nourrir d'elle tel un vampire. Derrière l'humanité « freak » de Richard Christian Matheson brillent des lames de rasoir, des phares sur Mulholland Drive, des incendies criminels à Hollywood, des rails de cocaïne sur l'échine moite du showbiz. Tout est là, derrière le rideau lourd et épais qui sépare le jour de la nuit, le monde d'en bas du monde d'en haut, l'Amérique du reste de la planète. Si vous aimez le grand frisson, franchissez donc ce rideau... vous ne le regretterez pas.

CID VICIOUS
Première parution : 1/1/2003 dans Bifrost 29
Mise en ligne le : 20/2/2004


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies