Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Trois automnes fantastiques

Ray BRADBURY


Illustration de Guillaume SOREL

DENOËL, coll. Lunes d'Encre n° (37)
Dépôt légal : octobre 2002
960 pages, catégorie / prix : 30 €
ISBN : 2-207-25263-9   
Genre : Fantastique 

Ce volume incorpore, dans le recueil "L'homme illustré", la nouvelle éponyme qui était absente dans les éditions précédentes (et pour cause, puisqu'elle ne fait pas partie du recueil original).



    Quatrième de couverture    
     « Qu'est devenu l'artiste ?
     — Elle est retournée dans l'avenir. Je ne plaisante pas. C'était une vieille femme qui vivait dans une petite maison au milieu du Wisconsin, quelque part près d'ici. Une vieille petite sorcière qui avait l'air d'avoir mille ans à certains moments, et vingt l'instant d'après. Mais elle disait qu'elle pouvait se déplacer dans le temps. J'ai ri. Je m'en garde bien à présent. « 
     Il me raconta comment il l'avais rencontrée. Il avait vu son enseigne peinte, au bord de la route : Illustrations sur la peau ! Illustrations, et non tatouages ! Bien tourné ! Il était resté assis toute une nuit, tandis que ses aiguilles magiques dardaient sur lui des piqûres de guêpes mordantes et d'abeilles délicates. Au matin, il avait l'apparence d'un homme tombé sous une presse d'imprimerie, polychrome, d'où on l'aurait retiré tout enluminé et coloré.
     « Je la cherche chaque été depuis cinquante ans, dit-il en étendant les bras. Quand j'aurai retrouvé cette sorcière, je la tuerai. »

     Au fil de ces Trois automnes fantastiques, Ray Bradbury nous propose des récits où la terreur et la poésie se mêlent sans cesse, se cachent derrière chaque ombre, dans les greniers et les caves, au sein de chaque goutte de pluie.

    Sommaire    
1 - L'Homme illustré (The Illustrated Man), pages 7 à 290, Recueil de nouvelles, trad. C. ANDRONIKOF & Brigitte MARIOT
2 - Danser pour ne pas être mort (Dancing, So As Not to Be Dead), pages 9 à 13, Préface, trad. Brigitte MARIOT
3 - Prologue : L'homme illustré (Prologue), pages 14 à 20, Prologue, trad. C. ANDRONIKOF
4 - La Brousse (The Veldt), pages 21 à 39, Théâtre, trad. C. ANDRONIKOF
5 - Kaléidoscope (Kaleidoscope), pages 40 à 52, trad. C. ANDRONIKOF
6 - Comme on se retrouve (The Other Foot), pages 53 à 70, trad. C. ANDRONIKOF
7 - La Grand-route (The Highway), pages 71 à 76, trad. C. ANDRONIKOF
8 - L'Homme (The Man), pages 77 à 92, trad. C. ANDRONIKOF
9 - La Pluie (The Long Rain / Death-by-Rain), pages 93 à 110, trad. C. ANDRONIKOF
10 - L'Homme de l'espace (The Rocket Man), pages 111 à 125, trad. C. ANDRONIKOF
11 - La Dernière nuit du monde (The Last Night of the World), pages 126 à 130, trad. C. ANDRONIKOF
12 - Les Bannis (The Exiles / The Mad Wizards of Mars), pages 131 à 148, trad. C. ANDRONIKOF
13 - Ni un soir ni un matin (No Particular Night or Morning), pages 149 à 161, trad. C. ANDRONIKOF
14 - Le Renard et la forêt (The Fox and the Forest / The Fox in the Forest / To the Future), pages 162 à 182, trad. C. ANDRONIKOF
15 - Le Visiteur (The Visitor), pages 183 à 199, trad. C. ANDRONIKOF
16 - La Bétonneuse (The Concrete Mixer), pages 200 à 225, trad. C. ANDRONIKOF
17 - Automates, société anonyme (Marionettes, Inc.), pages 226 à 235, trad. C. ANDRONIKOF
18 - La Ville (The City / Purpose), pages 236 à 245, trad. C. ANDRONIKOF
19 - L'Heure H (Zero Hour), pages 246 à 259, trad. C. ANDRONIKOF
20 - La Fusée (The Rocket / Outcast of the Stars), pages 260 à 272, trad. C. ANDRONIKOF
21 - L'Homme illustré (The Illustrated Man), pages 273 à 289, trad. Brigitte MARIOT
22 - Épilogue (Epilogue), pages 290 à 290, Épilogue, trad. C. ANDRONIKOF
23 - Le Pays d'octobre (The October country), pages 291 à 635, Recueil de nouvelles, trad. Brigitte MARIOT
24 - Puissé-je mourir avant mes voix !, pages 293 à 297, Introduction, trad. Brigitte MARIOT
25 - Le Nain (The Dwarf), pages 299 à 315, trad. Brigitte MARIOT
26 - Au suivant ! (The Next in Line), pages 316 à 360, trad. Brigitte MARIOT
27 - Le Jeton de poker vigilant d'Henri Matisse (The Watchful Poker Chip of H. Matisse), pages 361 à 372, trad. Brigitte MARIOT
28 - Squelette (Skeleton), pages 373 à 394, trad. Brigitte MARIOT
29 - Le Bocal (The Jar), pages 395 à 414, trad. Brigitte MARIOT
30 - Le Lac (The Lake), pages 415 à 422, trad. Brigitte MARIOT
31 - L'Émissaire (The Emissary), pages 423 à 433, trad. Brigitte MARIOT
32 - Canicule (Touched with Fire), pages 434 à 450, trad. Brigitte MARIOT
33 - Le Petit assassin (The Small Assassin), pages 451 à 474, trad. Brigitte MARIOT
34 - La Foule (The Crowd), pages 475 à 487, trad. Brigitte MARIOT
35 - Le Diablotin à ressort (Jack-in-the-box), pages 488 à 510, trad. Brigitte MARIOT
36 - La Faux (The Scythe), pages 511 à 530, trad. Brigitte MARIOT
37 - Oncle Einar (Uncle Einar), pages 531 à 541, trad. Brigitte MARIOT
38 - Le Vent (The Wind), pages 542 à 555, trad. Brigitte MARIOT
39 - Le Locataire (The Man Upstairs), pages 556 à 572, trad. Brigitte MARIOT
40 - Il était une vieille femme (There Was an Old Woman), pages 573 à 590, trad. Brigitte MARIOT
41 - Le Collecteur (The Cistern), pages 591 à 600, trad. Brigitte MARIOT
42 - La Grande réunion (The Homecoming), pages 601 à 619, trad. Brigitte MARIOT
43 - La Mort merveilleuse de Dudley Stone (The Wonderful Death of Dudley Stone), pages 620 à 635, trad. Brigitte MARIOT
44 - La Foire des ténèbres (Something Wicked This Way Comes), pages 637 à 955, Roman, trad. Brigitte MARIOT & Richard WALTERS
45 - Ma Foire des ténèbres, pages 952 à 955, Postface, trad. Thomas DAY

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Out There ( episode : The Man ) , 1951, Byron Paul & Andrew McCullough (D'après le texte : L'Homme), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
CBS Television Workshop ( Saison 1 - Episode 10 : Rocket ) , 1952 (D'après le texte : La Fusée), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Homecoming , 1953 (D'après le texte : La Grande réunion), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Star Tonight ( Episode : Zero Hour ) , 1955 (D'après le texte : L'Heure H), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Alfred Hitchcock Presente ( Saison 1 - Episode 18 : Shopping For Death ) , 1956, Robert Stevens (D'après le texte : Canicule), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Alfred Hitchcock Presente ( Saison 4 - Episode 06 : Design For Loving ) , 1958, Robert Stevens (D'après le texte : Automates, société anonyme), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Suspicion ( Saison 2 - Episode 17 : The Jar ) , 1964, Norman Lloyd (D'après le texte : Le Bocal), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Out of the Unknown ( episode : The Fox and the Forest ) , 1965, Robin Midgley (D'après le texte : Le Renard et la forêt), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
L'Homme tatoué , 1969, Jack Smight (D'après le texte : L'Homme illustré)
Savannen , 1983, Tord Pååg (D'après le texte : La Brousse), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 1 - Episode 03 : The Crowd ) , 1985, Ralph L. Thomas (D'après le texte : La Foule), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 1 - Episode 01 : Marionettes, Inc. ) , 1985, Paul Lynch (D'après le texte : Automates, société anonyme), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Alfred Hitchcock présente ( Saison 1 - Episode 19 : Le Bocal ) , 1986, Tim Burton (D'après le texte : Le Bocal), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 2 - Episode 02 : Skeleton ) , 1988, Steve Dimarco (D'après le texte : Squelette), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 2 - Episode 03 : The Emissary ) , 1988, Sturla Gunnarsson (D'après le texte : L'Odeur de l'automne), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 2 - Episode 11 : There Was an Old Woman ) , 1988, Bruce MacDonald (D'après le texte : Il était une vieille femme…), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 2 - Episode 05 : The Man Upstairs ) , 1988, Alain Bonnot (D'après le texte : L'Homme du second), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 2 - Episode 06 : The Small Assassin ) , 1988, Tom Cotter (D'après le texte : Le Petit assassin), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 3 - Episode 01 : The Dwarf ) , 1989, Costa Botes (D'après le texte : Le Nain), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 3 - Episode 03 : The Lake ) , 1989, Pat Robins (D'après le texte : Le Lac), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 3 - Episode 04 : The Wind ) , 1989, Grahame McLean (D'après le texte : Le Vent), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 3 - Episode 11 : The Veldt ) , 1989, Brad Turner (D'après le texte : La Brousse), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 3 - Episode 07 : The Wonderful Death of Dudley Stone ) , 1989, David Copeland (D'après le texte : La Merveilleuse mort de Dudley Stone), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 4 - Episode 03 : Canicule ) , 1990, Roger Tompkins (D'après le texte : Canicule), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 5 - Episode 03 : The Jar ) , 1992, Randy Bradshaw (D'après le texte : Le Bocal), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 5 - Episode 02 : Zero Hour ) , 1992, Don McBrearty (D'après le texte : L'Heure H), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 5 - Episode 05 : The Concrete Mixer ) , 1992, Eleanore Lindo (D'après le texte : La Bétonneuse), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
Ray Bradbury présente ( Saison 6 - Episode 06 : The Long Rain ) , 1992, Lee Tamahori (D'après le texte : La Pluie), (" & trim(rec_adapt(10)) & ")
 
    Critiques    
     Ray Bradbury fait partie de ces auteurs connus au-delà du cercle des amateurs des littératures de genre. Ses Chroniques martiennes, mais aussi l'adaptation cinématographique de son roman Fahrenheit 451 par François Truffaut, ont contribué à lui associer, auprès du grand public, l'image d'un auteur de SF. Trois automnes fantastiques viendra peut-être dissiper ce malentendu, puisque, comme l'auteur l'indique lui-même (page 295) : « Je m'étais imaginé, à l'âge de douze, dix-huit et vingt ans, que je serais un écrivain de science-fiction, mais je pris très vite conscience que j'étais, pour le pire ou le meilleur, le fils illégitime du Fantôme de l'Opéra, de Dracula et de la Chauve-Souris. (...) Le résultat fut, bien sûr, Chroniques martiennes, cinq pour cent de science-fiction, le reste étant de la fantasy. » Et c'est bien de cela qu'il s'agit ici : de fantasy — très noire, parfois, l'acceptation anglo-saxonne du terme intégrant souvent ce que nous appelons, en France, le fantastique.
     C'est L'Homme illustré qui ouvre le bal. Ce recueil de nouvelles paru pour la première fois en 1951 propose une vingtaine de textes réunis par l'épiderme de l'homme illustré qui lui donne son titre. En effet, sa peau est recouverte de dessins qui s'animent, au fur et à mesure de la lecture et font office de passage de témoin entre ces histoires. Ce n'est qu'un prétexte, un rien artificiel : les nouvelles se suffisent à elle-même et n'ont guère de rapport entre elles, à part peut-être, pour plusieurs récits, le thème récurrent du voyage spatial. Mais nous sommes loin de l'approche hard science d'un tel sujet. L'espace de Bradbury est le miroir des qualités et des défauts de l'humanité. Ainsi, dans Les Bannis, une fusée en provenance de la Terre s'apprête à se poser pour la première fois sur la planète rouge. Ses occupants sont loin de se douter qu'ils sont attendus de pied ferme par tous ces auteurs dont les œuvres ont été détruites par la censure terrienne. Poe, Shakespeare, Bierce... ils sont tous là, bien décidés à prendre leur revanche. Dans La Fusée, Fiorello Bodoni emmène ses enfants dans l'espace sans quitter la terre ferme, mais y gagne l'amour de sa famille, là où l'argent et la technologie lui ont fait défaut. Comme on se retrouve reprend les prémices des Bannis, mais cette fois c'est la communauté noire exilée sur Mars qui attend la première fusée terrienne depuis des années, ses membres les plus remontés bien décidés à appliquer le vieux principe « œil pour œil, dent pour dent » à l'encontre de l'équipage — blanc — du vaisseau. Prenez le temps de (re)découvrir ce classique qui a sa place dans toute bonne bibliothèque.
     Juste à côté de lui, il vous faudra aussi garder une petite place pour Le Pays d'octobre, un recueil plus ouvertement fantastique qui réunit des nouvelles écrites entre 1943 et 1955. Nous y faisons la connaissance d'une famille d'immortels peu ordinaires (Oncle Einar, inspiré d'un oncle pour lequel Bradbury avait une profonde affection et qu'il a affublé d'une paire d'ailes du plus bel effet, avant de l'immortaliser, et La Grande Réunion, un rassemblement familial qui doit beaucoup... à Charles Addams, créateur de la famille du même nom) qui reviendra fréquemment dans l'œuvre de l'auteur (voir ci-dessous). Humour et horreur dans Le Squelette, émotion et hantise enfantine dans Le Lac, poésie et terreur dans Le Vent, Le Pays d'octobre est sans aucun doute le meilleur recueil de son auteur, celui où s'affirme sa maîtrise de tous les thèmes classiques du fantastique et où il entre en pleine possession de ses moyens d'écrivain dans des vignettes tour à tour nostalgiques, cruelles, drôles ou émouvantes. Un must !
     Le troisième automne fantastique est un roman. On ne présente plus La Foire des ténèbres, le récit fantastique d'initiation par excellence, celui qui inspira King (Ça), Dan Simmons (Nuit d'été), Robert McCammon (Le Mystère du lac) et bien d'autres encore. Paru en 1962, ce roman a défini pour les années à venir la façon dont serait mis en scène l'éveil de jeunes adolescents dans une petite ville américaine. Jim Nightshade et William Holloway ont treize ans lorsque le cirque dirigé par messieurs Cooger et Dark entre dans Green Town, Illinois. « Tous deux allaient sur leurs quatorze ans ; ils les voyaient déjà frémir dans leurs mains. Au cours de cette fameuse semaine d'octobre, ils vieillirent en une seule nuit et ne retrouvèrent jamais leur jeunesse... » (page 640). Je n'en dirais pas plus, pour ne pas gâcher votre plaisir. Si vous n'avez pas encore lu La Foire des ténèbres, je vous envie.
     Faites-vous plaisir et plongez dans ces 950 pages de bonheur dont la traduction a été — admirablement — révisée pour l'occasion. C'est l'introduction idéale au roman de l'auteur publié simultanément dans la même collection : De la poussière à la chair.

Benoît DOMIS (lui écrire)
Première parution : 1/2/2003 dans Asphodale 2
Mise en ligne le : 1/10/2004


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies