Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Les Conquérants d'Omale

Laurent GENEFORT

Science Fiction  - Cycle : Omale  vol.

Illustration de EIKASIA
J'AI LU, coll. Millénaires n° (6063), dépôt légal : août 2002
414 pages, catégorie / prix : 15 €, ISBN : 2-290-32049-8
Autres éditions
   in Omale - tome 1, DENOËL, 2012
   in Omale, 1, GALLIMARD, 2015
   J'AI LU, 2005
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Depuis des siècles, la guerre fait rage entre les trois espèces qui peuplent la surface d'Omale : les Hodgqins, les Chiles et les Humains. À l'ouest, le front qui oppose les Humains aux Chiles s'étend sur vingt mille kilomètres et mobilise cent cinquante millions d'hommes. Une offensive chile a été repoussée, mais pour combien de temps ? Menée par le lieutenant Jeremiah, une mission secrète va peut-être changer la face du conflit...
     Ailleurs, une catastrophe sans précédent frappe Omale : une nappe d'obscurité inexplicable et permanente avance à la vitesse d'un cheval au galop, plongeant les terres traversées dans un hiver polaire invivable. Et personne ne sait comment enrayer ce phénomène. La solution viendra peut-être de ces créatures mystérieuses qui progressent au sein de la nuit...
     Tandis qu'à des millions de kilomètres encore, le seul îlot de paix au sein de cet Âge Obscur — un territoire neutre où se lient les tractations diplomatiques entre les espèces — semble menacé par un complot... Trois destins, trois fils qui s'entrecroisent pour tisser la trame d'une fresque épique.

     Fils spirituel des grands écrivains de space opéra (au premier rang desquels Stefan Wul), Laurent Genefort s'est vite fait remarquer pour son talent de créateur d'univers et sa verve d'ethnologue découvreur de civilisations extraterrestres. Lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire en 1995 pour Arago, il fait partie du « quintette d'auteurs majeurs qui est à l'origine du renouveau de la science-fiction française. » (Jacques Baudou, Le Monde). Avec Les conquérants d'Omale, il apporte une nouvelle pierre à la construction de cet univers à l'ampleur et aux enjeux démesurés.

 
    Critiques    
     Serait-ce le challenge qui stimule Laurent Genefort ? Possible. Quoiqu'il en soit, avec Les Conquérants d'Omale, le second « Millénaires » (après Omale) de l'auteur, il nous livre une préquelle encore meilleure que le premier opus.

     Les Conquérants d'Omale se déroule pendant les Âges Obscurs d'Omale et se compose de trois histoires distinctes dont les protagonistes ne se croisent jamais. Humains, Chiles et Hodgqins, les trois espèces intelligentes de la planète, se livrent une guerre sans merci depuis plusieurs siècles. Au centre, un territoire neutre où les armes s'appellent politique et diplomatie, et où un équilibre précaire semble s'être installé. Un équilibre menacé, car un complot se prépare. Sur le front Humains/Chiles, le Généralissime Haïdar organise une mission secrète qui pourrait bien faire basculer le conflit en faveur des humains. Une mission tellement secrète que même les soldats qui l'animent ne savent ni où ils vont, ni pourquoi. Ailleurs enfin, un groupe de cartographes est confronté à un phénomène d'une ampleur catastrophique : une plaque d'un noir de nuit en progression constante s'insinue entre Omale et son soleil, plongeant des régions entière dans une nouvelle ère glacière. Serait-ce tout simplement la fin d'Omale ?

     Jusqu'à présent, le point fort de Laurent Genefort résidait dans sa façon de créer des mondes extraordinaires de complétude et de vie. Avec Les Conquérants d'Omale, il rajoute une dimension de plus à son talent et prend enfin l'envergure d'un véritable conteur. Avec son précédent roman, Genefort avait cantonné ses personnages dans une nef en perdition, nous coinçant dans un huis clos qui finissait par tourner en rond. Ici, le parti pris est radicalement différent et nous entraîne à la suite des protagonistes sur des milliers de kilomètres, nous permettant l'exploration d'une planète que nous n'avions pu jusque là contempler que de haut. Les personnages sont de plus en plus intéressants, quoique encore un peu trop caricaturaux. Pas de temps mort dans ces trois aventures menées à cent à l'heure, avec un petit défaut cependant : l'histoire, ou plutôt les histoires dans ce cas, sont un peu longues à s'installer. Il faut dire, à la décharge de l'auteur, que passer d'un format poche calibré Fleuve Noir à un « Millénaires », avec tout ce que cela implique de place pour s'exprimer, a de quoi griser n'importe quel écrivain. Gageons qu'une fois les bulles de champagne digérées, Laurent Genefort atteindra la complète maîtrise de la gestion du rythme et du temps et donnera enfin la pleine mesure de son talent. Reste un livre qui se lit avec plaisir, assurément.

Sandrine GRENIER
Première parution : 1/1/2003
dans Bifrost 29
Mise en ligne le : 21/4/2004


     Projet conçu comme un « livre-univers », la série Omale comprend désormais deux romans en plus des deux nouvelles parues dans Galaxies n°19 et n°26. Les internautes trouveront même un prolongement de cet univers sur le site www.omale.biome.net. Notons d'emblée que si l'intrigue des Conquérants d'Omale est indépendante de celle d'Omale (critiqué dans Galaxies n°21), il est fortement conseillé de pénétrer dans cet univers par ce dernier ouvrage si l'on veut éviter d'être perdu, car Laurent Genefort ne revient guère sur la description de l'étrange « planète » — une sphère de Dyson — ni sur la présentation des différentes races extraterrestres qui la peuplent.

     Omale nous invitait à suivre une sorte de pèlerinage à la Hypérion ; de même, l'intrigue principale de ce deuxième tome suit un schéma volontairement très classique : c'est, simplement, transposée dans un cadre science-fictif, une chronique des temps de guerre et la relation d'un haut fait d'armes. Au cœur de l'interminable lutte qui oppose les humains et les chiles, une fine équipe se voit en effet confier une mission qui peut modifier l'issue du conflit : ces humains doivent récupérer une locomotive atomique qui fournira l'énergie nécessaire au fonctionnement d'un fabuleux canon ! Dans cette nouvelle quête itinérante, chaque personnage en apprendra évidemment autant sur lui-même que sur son monde...

     Pour qui apprécie avant tout la découverte de nouveaux horizons et de nouvelles idées, la relative sagesse de ce récit héroïque pourra sembler fade et moins excitante que d'autres romans de l'auteur — par exemple l'excellent Une porte sur l'éther. Malgré les indéniables qualités narratives de cette épopée, il me paraît même dommage d'utiliser un décor aussi grandiose pour y situer une histoire qui pourrait tout aussi bien se dérouler sur Terre en pleine Seconde Guerre Mondiale. Mais, par bonheur, Genefort met également en scène une deuxième histoire : quelque part sur Omale, une « plaque de nuit » s'avance et plonge le monde dans les ténèbres et la froideur, rendant toute vie impossible dans les territoires touchés... De quelle nature est ce fléau qui oblitère le soleil intérieur d'Omale ? On pourrait voir une simple métaphore de la guerre dans cet obscur hiver qui condamne certains peuples à un exode désespéré, mais en fait il s'agit bien de l'une de ces passionnantes énigmes scientifiques dont Genefort a le secret : comme toujours, l'auteur montre le meilleur de lui-même lorsqu'il aborde le domaine de la hard science.

     En fin de compte, Les Conquérants d'Omale souffre un peu de l'intérêt inégal que pourra porter le lecteur à une première intrigue assez conventionnelle, hypertrophiée au point de comporter des longueurs, et à une singulière tragédie scientifique suffisamment originale pour mériter sans doute d'être développée sur toute la longueur d'un roman.

     Sans vraiment rivaliser encore avec les grands modèles anglo-saxons de livres-univers, Omale et ses suites forment néanmoins un space opera d'une ampleur inhabituelle. Une lecture d'autant plus recommandable que Genefort n'est sans doute pas à court d'idées pour de futurs développements.


Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/12/2002
dans Galaxies 27
Mise en ligne le : 2/9/2004



    Sur la toile    
 
Base mise à jour le 16 avril 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.