Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Festin nu

William Seward BURROUGHS

Titre original : The Naked Lunch, 1959
Première parution : Olympia Press, 1959
Traduction de Éric KAHANE
Illustration de (non mentionné)

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 93
Dépôt légal : mars 2002, Achevé d'imprimer : 11 mars 2002
Roman, 352 pages, catégorie / prix : F9
ISBN : 2-07-042237-2
Format : 11,0 x 18,0 cm
Genre : Science-Fiction

Couverture d'après l'affiche du film.


Quatrième de couverture
L'Interzone.
Un territoire qui ne figure sur aucune carte, situé quelque part entre New York et Tanger, dédale infini de rues semblable aux méandres du cerveau d'un drogué. Un lieu fantomatique, où se réfugie William Lee après avoir accidentellement tué sa femme. Persuadé d'être un agent secret au centre d'une gigantesque machination, Lee commence à rédiger des rapports pour le compte d'une mystérieuse corporation internationale, communiquant avec elle par l'intermédiaire d'une machine à écrire fort loquace qui se transforme volontiers en cafard...
Vertigineuse descente aux enfers de la drogue — de toutes les drogues — , le chef-d'oeuvre de William Burroughs est d'une veine à la fois terrifiante, macabre, et d'un comique presque insoutenable.
Le Festin nu a été porté à l'écran en 1991 par David Cronenberg, le réalisateur, le réalisateur de Videodrome, Faux-semblants et Crash.
 
Associé aux écrivains de la Beat Generation. William Burroughs (1914-1997) a longtemps été considéré comme un auteur maudit. Avec Le Festin nu, récit à peine voilé de sa propre existence, il a exploré les plus lointaines et les plus sombres contrées de l'imaginaire humain.
Critiques
     Figure emblématique de la littérature du XXe siècle, pilier de la « Beat Generation » (avec Jack Kerouac, Allen Ginsberg, John Clellon Holmes, Neal Cassady) William S. Burroughs nous a quittés en 1997 en laissant derrière lui une œuvre considérable. Depuis sa mort, on commence à mesurer réellement son influence sur la littérature moderne, mais aussi sur les autres arts : musique (une collaboration avec Kurt Cobain, le nom du groupe The Soft Machine), cinéma (Le Festin nu de David Cronenberg, une apparition remarquée dans Drugstore Cowboy de Gus Van Sant), théâtre (la pièce Interzone), bande dessinée, etc.

     Le lecteur de science-fiction (qui a forcément entendu parler de la revue britannique Interzone) trouvera dans l'œuvre tentaculaire du camé céleste quatre romans (encore que cette dénomination ne puisse s'appliquer aux livres de William S. Burroughs) susceptibles de l'intéresser : la trilogie formée par La Machine molle (1960), Le Ticket qui explosa (1961), Nova Express (1962)... et évidemment Le Festin nu (1959 — The Naked Lunch, qui est plutôt un déjeuner nu, un repas nu, et non un festin comme le laisse supposer à tort le titre français).

     Dans Le Festin nu, on suit la lente dérive de William Lee perdu dans le territoire intermédiaire que l'auteur appelle l'Interzone, une ville grotesque et dangereuse située quelque part à la collision de New York et de Tanger, en un endroit sans doute hors de l'espace et du temps où deux cultures antagonistes s'interpénètrent. Là, William Lee jouera le rôle d'espion, découvrira sa sexualité (une sexualité placée au-delà du clivage des sexes, mais qu'il est difficile de qualifier de bisexualité) et fera connaissance avec quelques-unes des créatures les plus flippées de l'univers burroughsien : le scolopendre aquatique noir (qui donne la viande noire, une drogue parmi tant d'autres) et les mugwumps dont on suçote les fluides vitaux. Récit sans queue ni tête, brûlot paranoïaque où « rien n'existe, tout est permis » et où les envolées de prose se mêlent à la pornographie la plus dure (pages 138 à 149 de l'édition « Folio-SF »), Le Festin nu est une œuvre incontournable, unique, à mettre sur la même étagère qu'Au Cœur des ténèbres de Conrad, Les Fleurs du mal de Baudelaire et Moby Dick de Melville. Quant à savoir s'il s'agit (ou non) de science-fiction, le moins que l'on puisse dire c'est que cette question ne présente pas le moindre intérêt.

CID VICIOUS
Première parution : 1/7/2002 dans Bifrost 27
Mise en ligne le : 11/9/2003

Cité dans les pages thématiques suivantes
Drogues


    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     
Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Francis Berthelot : Bibliothèque de l'Entre-Mondes (liste parue en 2005)

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
Le Festin Nu , 1991, David Cronenberg

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72589 livres, 86389 photos de couvertures, 67915 quatrièmes.
8502 critiques, 39077 intervenant·e·s, 1500 photographies, 3731 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.