Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Ligue de Prométhée

Christopher FOWLER

Titre original : Disturbia, 1997

Traduction de Philippe SAFAVI
Illustration de GETTY IMAGES

J'AI LU (Paris, France), coll. Fantastique (2000 - 2007) n° 6179
Dépôt légal : mars 2002
320 pages, catégorie / prix : J
ISBN : 2-290-31799-3   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Ecrire un essai sur la persistance des hiérarchies de classes dans la société anglaise : voilà l'opportunité rêvée de faire ses preuves pour Vincent Reynolds, qui aspire à voir son talent pour le journalisme d'investigation reconnu. Issu lui-même d'un milieu populaire, il décide de rencontrer le distingué Sebastian Wells, fils de lord et archétype du nanti, pour confronter ses opinions aux siennes. Rapidement, les deux hommes sympathisent, et une déroutante relation de fascination/répulsion s'instaure entre eux. Mais le charme et le raffinement de Wells cachent un esprit des plus retors : membre éminent de la mystérieuse ligue de Prométhée, il n'attendait qu'une rencontre comme celle de Vincent pour tisser la toile du plus machiavélique des traquenards...

     Né en 1953, Christopher Fowler est, à l'instar de Neil Gaiman, l'un des plus brillants représentants de la nouvelle vague d'écrivains britanniques de fantastique. Il a construit son œuvre sur le thème des « fractures urbaines », mêlant subtilement des univers baroques et décalés à une description sans fard de la réalité sociale de l'Angleterre contemporaine.
 
    Critiques    
     Que reste-t-il du Londres du XIXe siècle ? Un peu de ce bon vieux fog, des ruelles obscures, des fantômes édentés qui se perdent sur le pavé. L'ombre des fiacres d'où les aristocrates regardent se tortiller le peuple en s'encanaillant parfois sur sa misère. Cette merveilleuse injustice sociale que chacun dénonce en l'acceptant, comme une rengaine propre à forger une identité revendicatrice.

     Londres d'en haut, Londres d'en bas... On pourrait penser à Neverwhere de Gaiman et sa cassure dans le temps. On pourrait aussi continuer à faire le parallèle habituel entre Neil Gaiman et Christopher Fowler. Mais la Ligue de Prométhée s'éloigne de la Londres étrange de Gaiman pour revenir à des questions plus proches de nous et bien plus effrayantes, quelques mois après que la France s'est posée la question des groupuscules extrémistes.

     À Londres, Vincent Reynolds, intellectuel précaire et prolétaire, attend la gloire, flanqué d'amis tout droit issus d'un roman de Nick Hornby. Lorsqu'il a enfin la possibilité de percer en rédigeant un article sur la lutte des classes, il se trouve confronté à quelques problèmes majeurs. Son sujet, Sebastian Wells, un aristocrate cynique, l'entraîne dans une relation étrange et se révèle être un prédateur exercé. La société secrète dont il est président, la Ligue de Prométhée, prône toutes sortes de théories captivantes : le droit féodal (vie ou mort), la soumission des femmes, le sang pur, la séparation traditionnelle pour l'Angleterre du reste du monde. Renversant les rôles de l'observateur et du sujet, Wells impose une course macabre à Vincent, dont l'enjeu est sa propre survie. Mais si Wells maîtrise les lois et ses représentants dans leur moindre détournement, Reynolds connaît mieux que quiconque ce Londres populaire vomi par la Ligue.

     Fowler fournit ici un huitième roman subtil. La dualité ne s'exprime pas dans l'affrontement de personnages monochromes. Reynolds plonge dans l'indicible : la fascination qu'exerce le pouvoir sur ceux qui en dénoncent, par tradition inverse, les dysfonctionnements, lorsque la peur de la différence se dit civilisée, s'organise en caste et prend l'apparence du raisonnement. L'absence de doute qui fait la force du nationalisme de la Ligue, et du nationalisme en général, est bien à l'origine de l'attirance de Reynolds pour son adversaire.

     Au-delà du jeu à la Running Man où Vincent devra résoudre des énigmes de potaches sanguinaires et hellénistes, le véritable sujet de Fowler rejoint donc la question du surhomme. Toucher la « grandeur », même lorsqu'elle est mensongère, même lorsqu'elle est répugnante, permet-elle de la disséquer et d'en sortir indemne ? Wells semble trancher dans la chair : le destin de Prométhée, qu'il détourne en prédication, suffit à lui faire accepter définitivement sa déchéance.

     Que reste-t-il du Londres du XIXe siècle ? Un Londres de la fin du XXe. Une ambiance schizophrénique et familière — au dessus et dans la ville fracturée grouillent deux classes distinctes — qui cache encore un mal-être social que Fowler exploite avec talent. Roman fantastique, noir ou policier, tout simplement un bon livre qui, à défaut de mener quelques irréductibles vers les bureaux de vote, fait exploser en douceur certaines idées reçues, sur le genre comme sur le sujet.

Anne FAKHOURI
Première parution : 1/10/2002 dans Bifrost 28
Mise en ligne le : 1/5/2004


 

Dans la nooSFere : 62403 livres, 58367 photos de couvertures, 56882 quatrièmes.
7958 critiques, 34217 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.