Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Homme illustré

Ray BRADBURY

Titre original : The Illustrated Man, 1951

Traduction de C. ANDRONIKOF

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 3
Dépôt légal : 3ème trimestre 1971
254 pages
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Sommaire    
1 - Prologue (Prologue), pages 7 à 12, Prologue, trad. C. ANDRONIKOF
2 - La Brousse (The Veldt), pages 13 à 29, Théâtre, trad. C. ANDRONIKOF
3 - Kaléidoscope (Kaleidoscope), pages 30 à 39, trad. C. ANDRONIKOF
4 - Comme on se retrouve (The Other Foot), pages 40 à 54, trad. C. ANDRONIKOF
5 - La Grand-route (The Highway), pages 55 à 59, trad. C. ANDRONIKOF
6 - L'Homme (The Man), pages 60 à 73, trad. C. ANDRONIKOF
7 - La Pluie (The Long Rain / Death-by-Rain), pages 74 à 89, trad. C. ANDRONIKOF
8 - L'Homme de l'espace (The Rocket Man), pages 90 à 101, trad. C. ANDRONIKOF
9 - Les Boules de feu (The Fire Balloons), pages 102 à 122, trad. C. ANDRONIKOF
10 - La Nuit dernière (The Last Night of the World), pages 123 à 127, trad. C. ANDRONIKOF
11 - Les Bannis (The Exiles / The Mad Wizards of Mars), pages 128 à 143, trad. C. ANDRONIKOF
12 - Ni un soir ni un matin (No Particular Night or Morning), pages 144 à 155, trad. C. ANDRONIKOF
13 - Le Renard et la forêt (The Fox and the Forest / The Fox in the Forest / To the Future), pages 156 à 173, trad. C. ANDRONIKOF
14 - Le Visiteur (The Visitor), pages 174 à 188, trad. C. ANDRONIKOF
15 - La Bétonneuse (The Concrete Mixer), pages 189 à 211, trad. C. ANDRONIKOF
16 - Automates, société anonyme (Marionettes, Inc.), pages 212 à 220, trad. C. ANDRONIKOF
17 - La Ville (The City / Purpose), pages 221 à 228, trad. C. ANDRONIKOF
18 - L'Heure H (Zero Hour), pages 229 à 240, trad. C. ANDRONIKOF
19 - La Fusée (The Rocket / Outcast of the Stars), pages 241 à 251, trad. C. ANDRONIKOF
20 - Épilogue (Epilogue), pages 252 à 252, Épilogue, trad. C. ANDRONIKOF

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Annick Béguin : Les 100 principaux titres de la science-fiction (liste parue en 1981)
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)


    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Out There ( episode : The Man ) , 1951, Byron Paul & Andrew McCullough (d'après le texte : L'Homme), (Episode Série TV)
CBS Television Workshop ( Saison 1 - Episode 10 : Rocket ) , 1952 (d'après le texte : La Fusée), (Episode Série TV)
Star Tonight ( Episode : Zero Hour ) , 1955 (d'après le texte : L'Heure H), (Episode Série TV)
Alfred Hitchcock Presente ( Saison 4 - Episode 06 : Design For Loving ) , 1958, Robert Stevens (d'après le texte : Automates, société anonyme), (Episode Série TV)
Out of the Unknown ( episode : The Fox and the Forest ) , 1965, Robin Midgley (d'après le texte : Le Renard et la forêt), (Episode Série TV)
L'Homme tatoué , 1969, Jack Smight (d'après le texte : L'Homme illustré)
Savannen , 1983, Tord Pååg (d'après le texte : La Brousse), (Téléfilm)
Ray Bradbury présente ( Saison 1 - Episode 01 : Marionettes, Inc. ) , 1985, Paul Lynch (d'après le texte : Automates, société anonyme), (Episode Série TV)
Ray Bradbury présente ( Saison 3 - Episode 11 : The Veldt ) , 1989, Brad Turner (d'après le texte : La Brousse), (Episode Série TV)
Ray Bradbury présente ( Saison 5 - Episode 02 : Zero Hour ) , 1992, Don McBrearty (d'après le texte : L'Heure H), (Episode Série TV)
Ray Bradbury présente ( Saison 5 - Episode 05 : The Concrete Mixer ) , 1992, Eleanore Lindo (d'après le texte : La Bétonneuse), (Episode Série TV)
Ray Bradbury présente ( Saison 6 - Episode 06 : The Long Rain ) , 1992, Lee Tamahori (d'après le texte : La Pluie), (Episode Série TV)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition GALLIMARD, Folio SF (2005)


     Alors que L'Homme illustré fut le troisième livre de la défunte collection « Présence du Futur », Gallimard, nouveau propriétaire du fonds Denoël, a attendu le numéro 218 pour l'intégrer à la collection « Folio SF ». Un signe qu'entre 1954 et 2005, l'étoile de Ray Bradbury a pâli. Sans doute serons-nous quelques-uns à penser qu'il s'agit d'une injustice. Si Bradbury peut sembler démodé aux yeux des acharnés du cyberpunk, décalé face aux tenants de la hard science, naïf au regard du cynisme contemporain, il n'en reste pas moins l'un des auteurs les plus imaginatifs du genre. L'Homme illustré en apporte une preuve éclatante.

     Ray Bradbury excelle dans la nouvelle mais il rêvait sans doute surtout de réussir dans le roman. C'est pourquoi il s'attache, à ses débuts, à réunir ses nouvelles à l'intérieur d'une structure. Tout le monde connaît les Chroniques martiennes (1950) où le saccage de la planète rouge par les humains sert de fil conducteur pour réunir des textes courts. Le personnage central de L'Homme illustré (1951) a le corps recouvert de tatouages étranges, réalisés par une sorcière venue de l'avenir. Une œuvre digne des plus grands peintres, fascinante mais aussi inquiétante : les scènes se modifient au fil du temps ; elles prédisent le futur. Chaque personne qui approche cette œuvre d'art vivante finit par lire son destin sur la peau de l'homme illustré. Son destin et celui de l'humanité.

     Les nouvelles, dont chacune correspond à un tatouage, sont au nombre de dix-huit. Certaines sont devenues de grands classiques de la science-fiction : La Brousse où des enfants font dévorer leurs parents par des lions sortis de l'écran de la télévision ; Automates société anonyme où un homme désireux de tromper sa femme se fait remplacer auprès d'elle par un androïde, avant de comprendre que l'épouse a eu la même idée ; L'Homme de l'espace où un enfant et sa mère songent que si le père, astronaute, mourait sur Mars, ils ne pourraient plus jamais lever les yeux sur la planète ; le vaisseau du père tombe dans le soleil... Relire les grands classiques de la SF n'est jamais inutile. Outre que cela évite de prendre pour des chefs-d'œuvre des textes contemporains qui ne font que reprendre des motifs anciens, on y découvre des modes de pensée aujourd'hui révolus, des techniques narratives oubliées. Avec L'Homme illustré, s'y ajoute le plaisir de l'imagination pure et cette mélancolie teintée de poésie qui est la marque de Ray Bradbury.

Gilbert MILLET
Première parution : 1/9/2005
dans Galaxies 38
Mise en ligne le : 29/1/2009


 

Edition GALLIMARD, Folio SF (2013)


Pour le commun des mortels, Ray Bradbury est l’homme qui a écrit Chroniques martiennes et Fahrenheit 451. Dans cette frange « informée » des mortels, une bonne partie n’a même pas lu les livres cités. Alors les nouvelles… Considéré comme un classique, sans cesse réimprimé en France depuis sa première parution, cet Homme illustré est un très bon choix pour découvrir les textes courts de l’auteur. Il s’agit d’un recueil de dix-neuf récits rédigés autour de 1950, précédés d’une préface et encadrés d’un prologue et d’un épilogue qui en font en quelque sorte un roman.

Un voyageur rencontre un homme intégralement tatoué, un freak comme on en exposait dans les cirques américains au début du XXe siècle. Lui ne se dit pas tatoué ; il est « illustré », ce qui semble supérieur. Une vieille femme, une « sorcière » qu’il recherche depuis cinquante ans pour la tuer, lui fit sur le corps ces illustrations qu’il hait, qu’il veut détruire car elles sont vivantes, mobiles, et prédisent l’avenir, même le plus tragique.

Tout au long du recueil — chaque nouvelle étant l’histoire « racontée » par une illustration —, Bradbury aborde les grands thèmes qui sont au cœur des préoccupations au début des années 50 : famille, société de consommation, racisme (et réconciliation), peur de la guerre, peur de l’anéantissement atomique, fascination pour une exploration spatiale devenue envisageable. Il s’attaque aussi aux deux thèmes qui le rendront célèbres : Mars et les autodafés.

Comme la plupart des auteurs de l’époque, il le fait de manière très prosaïque. Bradbury décrit des personnages qui sont, fondamentalement, des Américains des années 50, mis en scène plus tard ou ailleurs. De ce point de vue, la SF de Bradbury ressemble à ce fantastique défini comme l’intrusion du surnaturel dans le réel. Ce n’est pas le surnaturel qui s’immisce ici, c’est le scientifique, mais l’impression est la même : un élément scientifique, inédit pour le lecteur et pas toujours pour les personnages, interagit avec une personne ou une famille qui fleurent bon la classe moyenne américaine (on y boit de la citronnade dans la véranda à claire-voie avant de prendre la fusée). Ce n’est pas du world-building contemporain, la totalité du système politique, social, économique et technique n’est pas bouleversée ; ce sont des nouveautés scientifiques, imaginées par l’auteur et posées sur une trame connue, qui la transforment, dans une littérature que Bradbury lui-même qualifie de littérature du « Et si ? » ; l’auteur change un détail et rapporte ce que les hommes en font.

On trouvera donc dans cet Homme illustré, entre autres :

• Une première intuition des dangers de la réalité virtuelle, surtout laissée entre des mains d’enfants — « La Brousse ».

• Un accident spatial qui confronte ses héros malheureux à leur propre mort et à leurs insuffisances de caractère — « Kaléidoscope », un texte maintes fois joué sur scène.

• Le plaidoyer antiraciste sur le mode arroseur/arrosé — « Comme on se retrouve », que Bradbury ne parvint pas à publier aux USA.

• La guerre et l’anéantissement dans « La Grand-route » et « La Ville » ; l’espoir de les fuir dans « Le Renard et la forêt ».

• Le rêve du voyage spatial, si risqué et si beau ; tragique dans « L’Homme de l’espace », heureux dans « La Fusée ».

• L’incapacité à profiter d’une chance de rédemption, que ce soit dans « L’Homme », où un astronaute, à deux doigts de rencontrer Jésus sur une autre planète, ne peut se débarrasser des oripeaux qui l’empêchent de voir, ou dans « Le Visiteur », texte dans lequel des désespérés tuent par égoïsme celui qui leur apportait un peu d’espoir.

• Des planètes proches vivables, habitées, ou colonisées, comme on pouvait encore faire semblant d’y croire à l’époque, dans le terrifiant et excellent « La Pluie », ou le surprenant « Les Bannis ».

• Des automates indiscernables de leur modèle, « Automates, société anonyme », qui préfigurent Les Femmes de Stepford de Ira Levin, voire la série TV Real Humans.

• Des invasions extraterrestres, menées par des enfants complices dans « L’Heure H », ou vouées à se briser sur les charmes vénéneux de la société de consommation dans « La Bétonneuse ».

Un bien beau kaléidoscope de textes puisant dans l’inconscient de son époque pour se projeter dans l’avenir.

Éric JENTILE
Première parution : 1/10/2013
Bifrost 72
Mise en ligne le : 17/2/2019




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66177 livres, 66209 photos de couvertures, 60993 quatrièmes.
8090 critiques, 36212 intervenant·e·s, 1462 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.