Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

La Tour des rêves

Jamil NASIR

Titre original : Tower of Dreams, 1999
Science Fiction  - Traduction de Dominique HAAS
Illustration de Wojtek SIUDMAK
POCKET, coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5758, dépôt légal : novembre 2001
320 pages, catégorie / prix : 6, ISBN : 2-266-10770-4

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Demain, dans une ville du Caire secouée par les attentats terroristes et les tremblements de terre, Blaine Ramsey, prospecteur d'images pour le compte d'une importante compagnie publicitaire, fait sans arret le même reve :
     Une jeune femme d'une beauté surnaturelle, Aïda, lui apparaît, et lui demande de venir l'aider. En fait, il s'avère qu'elle est la plus grande star du cinéma égyptien, et qu'elle réside dans une tour aussi haute que Babel autrefois, à l'abri des cris du peuple, de sa misère, et de la révolte qui gronde.
     Mais qui est-elle vraiment, et pourquoi lui apparaît-elle ?

     Un livre étonnant, original. A la fois un grand récit de mystère et de science-fiction, mais, avant tout, une magnifique histoire d'amour, entre « Les mille et une nuits » et « Blade Runner ».


    Prix obtenus    
Grand Prix de l'Imaginaire, roman étranger, 2003

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques    
     Premier publié en France, La Tour des rêves est en fait le troisième roman SF (ses autres titres sont Quasar et The Higher Space, puis Distance Haze, sorti en 2000) de ce jeune écrivain américain, issu côté père de la diaspora palestinienne. Justement, la question des origines de l'auteur est fort pertinente à propos d'un récit situé entièrement au Proche-Orient.
     Blaine Ramsey (comme l'auteur, un arabo-américain) est chercheur d'Images pour Icon, une compagnie à la pointe des recherches dans le domaine de la « neurosociologie des archétypes ». Autrement dit, il est l'une des rares personnes capables, avec l'aide de stimulants chimiques et d'un « ancrage » électronique, de capter au cours des rêves les contenus profonds de l'inconscient collectif. Quel intérêt ? Demandez cela aux agences publicitaires, qui utilisent des Images psycho-actives recueillies par ce procédé et reproduites par ordinateur dans leurs spots. Le seul hic, c'est que les pouvoirs de séduction des Images s'épuisent rapidement dès qu'elles font surface à la conscience, d'où un appel constant aux talents des gens comme Blaine.
     Ce dernier se retrouve en mission sur la rive orientale du Jourdain, signalée par des éclaireurs d'Icon comme un gisement riche en potentiel d'Images (à l'instar des réserves pétrolifères, les régions du monde seraient plus ou moins bien loties). Grâce à son « affinité génétique locale », les employeurs de Blaine s'attendent à des trouvailles rentables. Mais si l'apparition, au milieu de ses rêves lucides, d'une jeune et belle Arabe est prometteuse, le contexte est franchement cauchemardesque : à chaque fois, elle est entraînée hors de vue et brutalisée par un agresseur invisible ; et puis il y a cette vision d'une grande ville dont les immeubles sont en train de s'effondrer. Et le mystère s'épaissit encore quand Blaine aperçoit une affiche de film et se rend compte que la créature de ses rêves est le sosie d'une actrice égyptienne célèbre. Obsédé, Blaine va entamer un voyage au Caire, devenue une métropole de 35 millions d'âmes qui vit au bord d'une catastrophe sans pareille dans l'Histoire.
     Jamil Nasir joue habilement avec les contrastes, sur tous les plans : entre la mentalité cynique et post-moderne de l'Occident et une société musulmane profondément attachée à ses traditions, entre l'opulence et la misère, entre la quête romantique du protagoniste et la réalité effroyable de la vie quotidienne au Caire, et même entre connaissance scientifique et message prophétique. Malgré un certain flou artistique en ce qui concerne la technologie et un penchant vers le mysticisme (pas trop éloigné du « cyberpunk oriental » d'un Alexander Besher, par exemple), il a écrit un livre tout à fait saisissant, rempli de scènes qui marqueront les esprits à vif, par leur dureté et leur justesse. À une époque où, du fait de l'actualité géopolitique, on parle beaucoup d'un « choc des civilisations », ce roman tombe à pic. Car en sus des intérêts conscients qui sont en jeu, il se peut qu'on assiste au grand frottement entre les inconscients collectifs des peuples, comme des plaques tectoniques. Gare aux séismes !

Tom CLEGG (lui écrire)
Première parution : 1/12/2001
dans Galaxies 23
Mise en ligne le : 1/9/2003


     Blaine Ramsey est un prospecteur d'un type particulier : il recherche à travers le monde les images s'adressant à l'inconscient collectif pour le compte d'une agence de publicité qui a besoin de régulièrement réactiver son stock d'icônes susceptibles de toucher un large public. Mais en Palestine, il fait un cauchemar récurrent où la superbe Aïda le supplie de la sauver de ses tortionnaires.

     Dans la réalité, Aïda est la star du cinéma égyptien, d'autant plus inaccessible que ses fans sont prêts à tout pour l'approcher. D'autres prospecteurs s'y sont brûlé les ailes... Malgré la désapprobation de ses employeurs, Blaine Ramsey se rend au Caire, tant pour élucider le mystère de cette image envahissante que pour déclarer sa flamme à celle qui hante ses nuits.

     Quel archétype incarne Aïda ? De quelle catastrophe est-elle la prophète ? Débarquant dans une ville au bord du chaos, où les attentats succèdent aux tremblements de terre, Blaine s'engage à corps perdu dans une quête qui le mènera sur les rives de la folie.

     On ne peut qu'être séduit par cette S-F orientaliste, où la technologie, loin d'être omnipotente (ni utile, quand on songe à l'usage que font les publicistes des icônes archétypales), laisse la place à une culture plus axée sur la spiritualité et où le romantisme ainsi qu'une certaine poésie ont encore droit de cité. De quoi faire paraître étriqués et conservateurs les romans de S-F traditionnelle. Il fut un temps où l'apparition de la sexualité dans la S-F la rendit moins conformiste. Des auteurs de la trempe de Jamil Nasir la rendraient enfin plus universaliste.

     Voilà une première traduction d'un auteur qui devrait faire parler de lui, une découverte à ne pas rater...

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/4/2002
dans Bifrost 26
Mise en ligne le : 10/9/2003


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.