Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Temps

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Sybille MARCHETTO


Cycle : Revues - Les Vagabonds du Rêve  vol.


Illustration de Stephanie PUI-MUN LAW

OXALIS , coll. Les Vagabonds du Rêve n° 2
Dépôt légal : mai 2001
154 pages, catégorie / prix : 9 €
ISBN : 2-9513070-2-0   
Genre : Imaginaire 



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - P.J.G. MERGEY, Repères cartographiques pour la 4e dimension, pages 6 à 14, Article
2 - Claude ECKEN, Liaison parallèle, pages 15 à 25
3 - Éric BOISSAU, Crue romance, pages 26 à 53
4 - Jonas LENN, Tapisserie, pages 54 à 66
5 - Lucile NÉGEL, Byzantine, pages 67 à 74
6 - Philippe HEURTEL, Temps de guerre, pages 75 à 97
7 - Jean-Pierre HUBERT, Connais-tu cette petite mort ?, pages 98 à 107
8 - Fabrice LINNSKY, Sarah évanescente, pages 108 à 123
9 - Philippe WARD, Prorata temporis, pages 124 à 130
10 - Matthieu BAUMIER, Sous le joug de l'empire pataphysique, pages 132 à 139
11 - Mélanie FAZI, Une chambre à Tucson, pages 140 à 152
 
    Critiques    
     Ce deuxième volume des Vagabonds du Rêve – anthologies thématiques proposées par les jeunes éditions Oxalis – , est consacré au « temps  », thème majeur des littératures de l'imaginaire. Dans ses Repères cartographiques pour la 4ème dimension, Pascal Mergey – par ailleurs responsable du site de La Clepsydre – nous propose un rapide survol de cette thématique, du roman historique à l'uchronie, du steampunk au voyage temporel et à son fameux paradoxe... La brièveté de l'article ne permet malheureusement pas de dépasser les généralités et le destine plus au lecteur néophyte qu'au véritable amateur du genre qui n'apprendra pas grand chose.

     Côté nouvelles, Claude Ecken ouvre le recueil en s'attachant à piéger son personnage dans des univers faussement parallèles, en une amusante variation du triangle amoureux.
     Eric Boissau joue aussi la carte de l'humour avec ses quatre cavaliers de l'Apocalypse au chômage qui cherchent à s'occuper, dans un texte un peu long qui aurait gagné à être plus incisif. L'habitué des listes de discussions sur Internet y relèvera cependant quelques clins d'œil, malheureusement incompréhensibles pour la plupart des lecteurs,
     Jonas Lenn traite le temps comme une matière, comme un fil de soie que l'on peut tisser. Le narrateur-auteur est lui-même impliqué dans le récit, au titre de témoin à la manière des ouvrages du XIXème siècle, ce qui donne une forme désuète – évidemment volontaire – à cet hommage aux vieilles pierres enfermant la substance de notre passé. Un très joli conte.
     Lucile Négel met en scène les trépidantes aventures d'un voyageur spatio-temporel amoureux. Anecdotique, mais la rapidité des péripéties et la désinvolture du héros qui traverse superficiellement les époques sont assez réjouissantes.
     Patrouille du temps et boucles temporelles sont à l'honneur chez Philippe Heurtel qui met en scène une guerre entre le XXIème et le XXIIIème siècle. Comme d'habitude, l'exercice est séduisant mais pas pleinement convaincant car on imagine mal comment ce genre de situation pourrait ne pas sombrer dans la confusion la plus totale, alors que l'auteur s'évertue bien sûr à conserver une cohérence.
     Difficile de résumer l'étrange nouvelle de Jean-Pierre Hubert, dont l'écriture est sans doute la plus originale du lot  : une suite d'impressions autour des communications virtuelles, des mensonges de l'amour et du temps... L'impression du lecteur dépendra beaucoup de sa sensibilité.
     Sarah évanescente, de Fabrice Linnsky est une variation vampirique dont le style peut-être trop appliqué ne laisse pas filtrer assez d'émotion, sur un thème par ailleurs rebattu.
     Au contraire, Philippe Ward parvient à nous intriguer jusqu'au bout avec son curieux narrateur qui détient un moyen astucieux de gagner – et donc de prêter – du temps...

     En bonus, deux nouvelles « hors thème  ».
     Celle de Matthieu Baumier brosse le tableau d'un monde sous l'emprise des pataphysiciens, régenté par Ubu le cinquante-quatrième, et il retranscrit l'acte d'accusation d'un certain « Julius Vernus  ». Se déroulant en une année 1922 alternative, cette « uchronie steampunk pataphysicienne  » colle tout à fait au thème de l'anthologie et il est curieux de l'en avoir écarté. Cet univers décalé étant particulièrement intéressant, on espère que l'auteur y reviendra et le développera.
     Enfin, Mélanie Fazi met à nouveau en scène une Amérique vaudou – comme dans Le Nœud Cajun paru dans l'anthologie De minuit à minuit. Une ghost story de facture classique, mais si prenante et si bien écrite qu'on en redemande.

     Même si « le temps  » n'est au bout du compte qu'un fil conducteur un peu lache dont tous les aspects n'auront pas été visité, ce deuxième Vagabonds du rêve remplit parfaitement ses objectifs en donnant une vision vivante et colorée du genre. En effet, il mélange les genres – du fantastique le plus sobre de Mélanie Fazi à la SF la plus excentrique de Matthieu Baumier – , associe auteurs débutants et écrivains confirmés, étale une palette de divers styles et des sources d'inspiration variées. Pas de chef d'œuvre absolu et des nouvelles comme toujours inégales – les préférences de chaque lecteur seront sans doute différentes – mais des textes tous d'un bon niveau, qui confèrent à ce volume une homogénéité plaisante. On ne regrette finalement que l'absence d'un ou deux articles plus pointus sur le thème central.
     On souhaite donc longue vie à ces Vagabonds qui permettent à l'imaginaire de respirer et au lecteur d'explorer d'autres contrées et de rencontrer d'autres auteurs.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 10/6/2001 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 60836 livres, 54942 photos de couvertures, 54748 quatrièmes.
7938 critiques, 33015 intervenant·e·s, 1222 photographies, 3638 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies/RGPD