Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Cycle de Tschaï

Jack VANCE

Cycle : Tschaï (omnibus)

Traduction de Michel DEUTSCH
Illustration de Philippe CAZA
J'AI LU, coll. Science-Fiction (2001 - 2007) n° 5796
Dépôt légal : novembre 2000
864 pages
ISBN : 2-290-30975-3
Genre : Science Fiction 


Autres éditions
   J'AI LU, 2002, 2002 sous le titre Tschaï – l'intégrale, 2016
Couverture

    Quatrième de couverture    
     En découvrant la planète Tschaï, le vaisseau terrien Explorator IV est aussitôt détruit par un missile. Unique survivant de la catastrophe, Adam Reith va devoir affronter un monde baroque, violent et d'une beauté envoûtante. Un monde peuplé de quatre races extraterrestres  : les belliqueux Chasch, les impénétrables Wankh, les farouches Dirdirs et les mystérieux Pnume.
     Déjouer les traquenards, explorer les secrets des cités géantes, percer le mystère des hommes hybrides  : autant d'étapes pour une extraordinaire odyssée, qui permettra peut-être à Reith de rentrer chez lui...

     Jack Vance est né en 1916. Après des études d'ingénieur, il se lance dans le journalisme avant de servir dans la Marine pendant la Seconde Guerre mondiale. De ses voyages, il a gardé un goût de l'exotisme et une verve de conteur qui se manifestent dans toute son oeuvre.


    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Stan Barets : Le Science-Fictionnaire - 2 (liste parue en 1994)  pour la série : Tschaï
Annick Béguin : Les 100 principaux titres de la science-fiction (liste parue en 1981)  pour la série : Tschaï
Jacques Sadoul : Anthologie de la littérature de science-fiction (liste parue en 1981)  pour la série : Tschaï
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)  pour la série : Tschaï
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)  pour la série : Tschaï
 
    Critiques    
     Voici une réédition dont le besoin se faisait sentir depuis un certain temps. Ce classique de la SF d'aventure peuple à nouveau les rayons des librairies, cette fois en un seul volume, pour la plus grande joie du profane : enfin, il n'a plus à se poser de questions pour savoir dans quel ordre lire les quatre romans !
     On ne présente plus ce chef-d'œuvre, ou si peu ! En comparaison des aventures d'Adam Reith (dont le titre original est d'ailleurs, platement, Planet of Adventure), les plus trépidants films d'action semblent poussifs. Mais Tschaï, c'est bien autre chose encore : des décors grandioses, « vanciens » en diable, aux couleurs électriques magnifiquement rendues par Caza dans les précédentes éditions de J'ai lu (de ce point de vue, la nouvelle couverture semble moins dans le ton) ; un climat alliant froid sibérien et chaleur tropicale ; une atmosphère variant entre steppes, ruines, océans, ergs sauvages et souterrains oppressants... Enfin et surtout, Tschaï représente de bien des manières le sommet de l'art de Vance — un fabuleux parcours d'exo-ethnologie : des descriptions fondues dans l'action, ciselées à l'extrême, de sociétés étranges qui sont autant une invitation au voyage dans l'imaginaire qu'aux confins de notre propre monde, riche de cette multitude de cultures, de mœurs, de rêves... d'antagonismes et de haines.
     En effet, dans le sillage de Reith poursuivant sa quête, l'auteur entraîne le lecteur pantois tant dans les grands espaces que dans les bas-fonds d'un univers en état de guerre latente depuis des millénaires... Quoi de plus simple que cette histoire de Terrien prisonnier d'un monde hostile et complexe, cherchant à retourner sur sa planète natale ? Mais quel pari plus réussi ? Les personnages peuplant la planète Tschaï (les dernières espèces extra-terrestres dont Jack Vance nous ait gratifiés à ce jour, soit dit en passant) marqueront le lecteur pour longtemps, et certaines séquences, telles que la chasse aux sequins (in Le Dirdir), ou la visite de la Salle de la Perpétuation (in Le Pnume — prononcer « noume » en vancien original), lui feront perdre de bon cœur quelques heures de sommeil. Mieux, le magnétisme opère tout autant à la relecture : si vous avez découvert le cycle voici une décennie, ou deux, ou trois, reprenez donc l'un des deux derniers volumes, pour voir !
     On notera, pour la petite histoire, que l'auteur aurait souhaité modifier le titre des deux premiers romans (le mot Chasch lui semblant inadapté à l'espèce visée, et le sens de Wankh, en slang britannique — que Vance ignorait à la sortie du livre — induisant trop facilement des interprétations erronées) : détails... Certains regretteront aussi dans cette œuvre le côté trop hollywoodien du héros ; certes, le cycle n'échappe pas aux lois du genre. Mais la peinture, hallucinante de créativité et de précision, des sociétés étrangères qui peuplent Tschaï (les Dirdir et les Pnume, notamment, valent le voyage vers la Carène !), ainsi que la psychologie très fine de personnages « secondaires » plus qu'attachants (Traz, Zap 210, et surtout Anacho) font bien vite oublier quelques clichés, et Tschaï reste le modèle, à notre avis inégalé à ce jour, du planet opera.

Xavier Noy & Bruno della Chiesa


Xavier NOY
Première parution : 1/9/2001 dans Galaxies 22
Mise en ligne le : 15/10/2002

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies