Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
1938-1957, l'âge d'or

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Jacques SADOUL


Cycle : Une histoire de la science-fiction  vol.


Illustration de Bernard BITTLER

LIBRIO (Paris, France), coll. SF-Fantastique n° 368
Dépôt légal : mai 2000
128 pages, catégorie / prix : 10 FF
ISBN : 2-290-30531-6   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
Une histoire
de la science-fiction -2

1938-1957 L'âge d'or

La ville... Il a décidé de la détruire.
Mais le Léviathan de béton
et d'acier engage une lutte titanesque
pour se défendre...
Un système solaire disparaît, un mode
s'éteint... Quelle entité supérieure
peut impunément s'octroyer
le droit de détruire une civilisation
au profit d'une autre ?

Alors que le siècle vit ses plus grands
bouversements, la science-fiction
entre dans son âge d'or.
Mondes post-apocalyptiques, voyages
exploratoires dans l'espace, paradoxes
temporels... Le genre se tourne plus
ouvertement vers la prospective
scientifique, et les écrits se font reflet
des inquiétudes contemporaines.

Jacques Sadoul a rassemblé ici onze
nouvelles classiques de A. E. van Vogt,
Richard Matheson, Ray Bradbury,
Arthur C. Clarke ou Robert Heinlein,
parfaitement représentatives
d'un courant littéraire
qui devient incontournable.

    Sommaire    
1 - Jacques SADOUL, Introduction, pages 5 à 11, Introduction
2 - Alfred Elton VAN VOGT, Bucolique (Process), pages 13 à 21, trad. Richard CHOMET
3 - Jack LEWIS, Qui a copié? (Who's cribbing ?), pages 22 à 28, trad. France-Marie WATKINS
4 - Robert ABERNATHY, Un homme contre la ville (Single combat), pages 29 à 40
5 - Charles L. HARNESS, L'Enfant enproie au temps (Child by Chronos), pages 41 à 56, trad. Alain DORÉMIEUX
6 - Ray BRADBURY, L'Éclat du phénix (Bright Phoenix), pages 57 à 64, trad. Jacques CHAMBON
7 - Robert A. HEINLEIN, Ces gens-là (They), pages 65 à 81, trad. Michel DEUTSCH
8 - Robert SHECKLEY, La Clé Laxienne (The Laxian Key), pages 82 à 93, trad. Michel DEUTSCH
9 - Richard MATHESON, Cycle de survie (Pattern for Survival), pages 94 à 98, trad. Alain DORÉMIEUX
10 - Arthur C. CLARKE, L'Étoile (The Star), pages 99 à 105, trad. France-Marie WATKINS
11 - Clifford Donald SIMAK, Escarmouche (Skirmish), pages 106 à 124, trad. France-Marie WATKINS
12 - Fredric BROWN, F.I.N. (The End / Nightmare in Time), pages 125 à 126, trad. Jean SENDY

    Prix obtenus    
L'Étoile : Hugo, nouvelle / Short story, 1956

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
La Cinquième dimension ( Saison 1 - Episode 32 : L'étoile du berger ) , 1985, Gerd Oswald (d'après le texte : L'Étoile), (Episode Série TV)
 
    Critiques    
     La SF est une littérature collective, avec références communes et échanges thématiques. Or les contraintes de l'édition tendent à escamoter la mémoire du genre, surtout pour les nouvelles. Des anthologies à dix francs, offrant des points de repère à tous, surtout aux plus jeunes, ne peuvent qu'être applaudies.
     Évidemment, on chipotera. Ce n'est pas une « histoire », malgré préface et courtes présentations. Renvoyer aux œuvres disponibles des auteurs n'aurait pas été un luxe. Quel que soit le sujet, parler d'âge d'or en incluant la seconde guerre mondiale peut irriter. Les dates sont d'ailleurs un peu formelles, huit textes sur onze datant de la première moitié des années cinquante. Enfin, l'illustration, pastiche de celles d'époque (astronaute musculeux, belle androïde dénudée, tentacule menaçant), trahit le contenu, et peut gêner une carrière parascolaire.
     Reste l'important. Les textes. Venant de la guerre, et de la guerre froide. Paranoïaques. Mais décalés. Mettant en scène le radicalement autre, l'impossible. La forêt pensante dont van Vogt emprunte le point de vue. La ville hostile, meurtrière, d'Abernathy. Les machines devenues pensantes de Simak. Celle, inarrêtable, de Sheckley. Le fou hospitalisé d'Heinlein, raisonneur, dont les symptômes sont détaillés, mais qui a peut-être raison, héros d'un Truman show aux tenants indicibles. Ou, badinerie d'un fan inconnu, l'auteur de SF dont les manuscrits reprennent mot pour mot des textes d'autrui, vieux de vingt ans, qu'il ne peut se procurer. Le paradoxe temporel de Harness donne la clé, conflit et rivalité entre une jeune fille et sa mère renvoyant à un mal-être adolescent auquel ces textes fournissent et portes de sortie et aliments. Clarke, lui, frappe plus haut, contre Dieu, dans un grand classique trouvable dans la même collection. Hormis une demie page de Brown, reste le beaucoup moins impossible, le très immanent, Bradbury esquissant Farenheit, la vie post-bombe vue par Matheson : l'espoir et l'humour y sont plus présents, comme si, même en pleine guerre froide, l'impensable restait pire que la méchanceté humaine.
     Evidemment, ce n'est qu'une sélection, sans Asimov par exemple, sans le premier Dick. Il ne faudrait pas jouer les paléontologues, prétendre reconstituer toute la SF de l'époque. Mais c'est un des fins du fin possibles du genre à un moment donné, et à un prix dérisoire : de bonnes œuvres, à tous les sens du terme.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/9/2000 dans Galaxies 18
Mise en ligne le : 1/3/2002


     Jacques Sadoul poursuit son Histoire de la science-fiction par le biais de la réédition d'anciennes nouvelles classiques. Nous voici arrivés à l'Âge d'or, cette fameuse période centrée autour des années quarante aux États-Unis. L'époque de Campbell et de Gold, d'Astounding et de Galaxy. Oui, ces nouvelles sont archi-connues, mais quel plaisir avons-nous, tout de même, à relire Bucolique de Van Vogt, L'Étoile d'Arthur C. Clarke, ou Escarmouche de Clifford D. Simak. Elles font partie de notre inconscient imaginaire... J'attire l'attention sur Qui a copié ?, ébouriffant paradoxe temporel de Jack Lewis (1953), sur Un homme contre la ville, fort fameux combat d'un homme contre une ville entière, du méconnu Robert Abernathy, et sur l'inénarrable La clé laxienne de Sheckley, champion absolu d'humour SF. Si je vous dis que l'anthologie comporte également Ces gens-là d'Heinlein, et qu'elle se termine sur le célébrissime F.I.N. de Fredric Brown, vous avouerez qu'il s'agit ici d'une parution très essentielle. La couverture, hyper-kitsch, vous fera baver...
     À recommander totalement, malgré une introduction un peu trop sommaire. Pour les fans, au rang desquels je me compte, le troisième volume s'intitulera L'expansion et couvrira les années 1958-1983.

Bruno PEETERS
Première parution : 1/9/2000 dans Phenix 55
Mise en ligne le : 1/2/2004


 

Dans la nooSFere : 62386 livres, 58319 photos de couvertures, 56863 quatrièmes.
7958 critiques, 34214 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.