Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Passeport pour les étoiles

Francis VALÉRY

Hors Genre  - GALLIMARD, coll. Folio SF n° 30, dépôt légal : septembre 2000
320 pages, catégorie / prix : 8, ISBN : 2-07-041591-0
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Du mythe de Frankenstein aux grandes fresques spatiales, la science-fiction s'est imposée comme une littérature majeure. Une littérature qui s'est donné pour tâche d'appréhender le futur, de comprendre le présent, et dans laquelle se sont illustrés Isaac Asimov, Jules Verne, H. G. Wells, René Barjavel, John Varley...
     Indispensable outil pour les enseignants, fidèle compagnon de voyages pour le lecteur néophyte ou confirmé, ce guide de lecture propose un parcours, parfois surprenant, parmi les œuvres les plus mémorables de ce genre littéraire riche d'images et de réflexions, profondément ancré dans le réel.
     . Historique de la science-fiction
     . 107 Propositions de lecture
     . Un panorama de 400 œuvres à découvrir

     Critique littéraire, directeur de collection, traducteur, éditorialiste, rédacteur en chef, essayiste et écrivain de talent, Francis Valéry, né en 1955, est depuis la fin des années 70 une figure majeure de la science-fiction française.


    Listes de références proposées par cet ouvrage :    
Conseils de lecture / Bibliothèque idéale
Passeport pour les étoiles
 
    Critiques    
     Pour le démarrage de la collection Folio Science-Fiction chez Gallimard, l'éditeur a eu la bonne idée de proposer parmi les premiers titres un guide de lecture, afin que les nouveaux lecteurs de SF puissent s'y retrouver. Ce guide est signé de la plume de Francis Valéry, auteur, éditeur, traducteur, directeur de revue et donc grand connaisseur de la science-fiction.

     Le livre se décompose en deux parties (et non trois, comme semble l'indiquer la quatrième de couverture) : une histoire du genre et une proposition de 107 textes, romans et nouvelles, jugés représentatifs du genre depuis ses débuts jusqu'à nos jours.

     L'histoire du genre débute par une introduction maladroite, qu'on aurait aimée moins expéditive. L'historique lui-même se décompose en huit chapitres, un sur la SF ancienne, un sur l'ère des pulps, puis un par décennie des années 40 aux années 90. L'auteur se permet de temps à autre de petites digressions (notamment sur Dune), qui permettent d'aérer l'ouvrage, qui sans cela ne serait qu'une énumération d'auteurs et de textes. En effet, limité par le nombre de pages de l'ouvrage (une centaine pour cette histoire), Francis Valéry se voit la plupart du temps contraint de survoler son sujet, au contraire d'un Jacques Sadoul dont l'Histoire de la Science-Fiction — à laquelle fait irrémédiablement penser cet essai — prenait le temps de narrer des anecdotes et développer chacune des périodes. Mais il est vrai que l'ouvrage de Sadoul ne couvrait pas une période aussi étendue que celui de Valéry.
     Au fil des pages, l'amateur pointilleux dénombrera quelques légères erreurs (Dangerous Visions Again à la place de Again, Dangerous Visions ; l'intégrale des Seigneurs de l'Instrumentalité en 5 tomes chez Pocket au lieu de 6 ; Temple de l'Aurore Radieuse et non Temple Sacré de l'Aube Radieuse pour désigner Tem, le détective de Roland C. Wagner...), erreurs qui néanmoins ne nuisent pas à la tenue globale du livre.

     La deuxième partie présente un choix de textes couvrant la période 1923-2000. Valéry insiste sur son intention délibérée de consacrer un quart de sa sélection à des ouvrages dans la dernière décennie, afin d'accomplir un travail salutaire de déchiffrage de cette période récente pour les nouveaux lecteurs. Autre bonne idée, celle d'intégrer au choix des textes des nouvelles (même si elles ne sont pas très nombreuses), dont certaines sont aussi essentielles au genre que les romans. De plus, pour les anglo-saxons, l'auteur s'est limité au choix de textes traduits en français.
     Hormis quelques noms inhabituels (Paroutaud, d'Ormesson, Fleutiaux, de Juan, Bologne), le choix de Valéry est assez consensuel : la plupart des grands titres habituellement cités sont présents. Quelques oublis, toutefois : Dune (oubli volontaire, si l'on en croit ce qu'en dit Valéry dans la première partie), Robert Sheckley, C.J. Cherryh et Loïs McMaster Bujold (qui, quoi qu'en pense l'auteur, aurait mérité qu'on parle de son cas aux Etats-Unis). Valéry profite de ce choix de textes pour parler d'auteurs qu'il aime visiblement beaucoup (Robert A. Heinlein, Chad Oliver, Zenna Henderson, Marie Darrieussecq...) et pour régler certains comptes avec ce qu'il appelle la « jeune génération » (qualifiée notamment d'intégristes de la mouvance F.A.U.S.T.).

     Pour finir, on notera l'absence fort regrettable d'index, ce qui rend cet ouvrage difficile à manier pour y rechercher un renseignement. Ce livre souffre manifestement d'un manque chronique de place, ce qui ne permet pas à son auteur de développer certaines idées pourtant intéressantes.
     On conseillera donc ce titre au grand public pour un rapide survol du genre et un premier choix de textes (même si on déplorera une fois de plus les absences mentionnées ci-dessus, dommageables quant on veut couvrir correctement le domaine). L'amateur éclairé de science-fiction n'apprendra, quant à lui, pas grand-chose de cet ouvrage.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 10/11/2000
nooSFere


     Pour qui veut intelligemment s'ouvrir à la SF...

     La collection SF Folio démarre au quart de tour : on a salué les rééditions de tant de classiques de la défunte « Présence du Futur », et voici que moi, je salue la parution d'un ouvrage critique dès le début de cette nouvelle grande aventure éditoriale, ce qui est une idée excellente. C'est le moment où jamais, en effet, de « guider » le lecteur dans l'inextricable et fabuleux fouillis de la littérature de SF. Lecteur néophyte ou plus averti, il trouvera son compte dans ce petit ouvrage, impeccablement pensé. Un tiers est consacré à un bref historique du genre, de Gilgamesh à Greg Egan. Les deux autres tiers à l'analyse succincte mais pertinente de 107 livres de SF, choix personnel de Francis Valéry. Je dis bien personnel, et lui aussi : il ne s'agit pas ici d'un hit-parade des meilleurs ouvrages SF de tous les temps, non, simplement de ses coups de cœur à lui, Francis Valéry. Connaissant notre homme, fanéditeur, nouvelliste, et romancier bien connu, je pense qu'on peut lui faire confiance. Son historique est brillant, d'autant plus qu'il est bridé par le nombre de pages (à peine 100). Classique, il insiste sur l'importance des pulps, des maîtres de l'Âge d'or tels Heinlein ou Bester, sur la SF française. Par contre, il n'aime pas trop Dune, et c'est son droit. Il analyse finement le creux des années soixante, le boom des soixante-dix, la « grande confusion » des années quatre-vingt (le « recyclage » de la thématique par des écrivains comme Dan Simmons, par exemple), insiste sur Gregory Benford, passe au cyberpunk ou au mouvement français « Limite », pour évoquer les mangas japonais, Iain Banks, et enfin terminer par l'incroyable renouveau de la SF française depuis ces dix dernières années. Quant à ses 107 propositions de lectures, elles ne visent pas à l'exhaustivité d'un Stan Barets, évidemment. Je l'ai dit, ce sont des coups de cœurs. On sera d'accord ou pas. Tous les grands classiques y sont, mais, en plus, il cite des auteurs beaucoup moins connus comme Paroutaud, Fleutiaux, Weiner, Jablokov, Kress, de Juan, ou Bologne. Pourquoi pas ? C'est ce qui fait le piquant de l'ouvrage, résolument personnel. Les résumés ne sont pas classiques, mais subjectifs et souvent augmentés d'une réflexion sur l'auteur ou sa thématique particulière. Un livre très passionnant donc, ouvrant une multitude de pistes. Il intéressera le nouvel amateur de SF par sa généralité et la liste des livres importants, mais aussi le connaisseur, par une analyse très pertinente, moderne et délibérément engagée vers le plaisir de la lecture. Il fallait rappeler ce plaisir, en ces temps parfois trop secs. Merci à Valéry de s'être ressouvenu de cette vérité avant-première...

Bruno PEETERS
Première parution : 1/2/2001
dans Phenix 56
Mise en ligne le : 5/4/2004


     Clarté et austérité.

     La première partie, qui fait le tiers du volume, est consacrée à un historique. Les dernières pages sont importantes qui laissent entendre la possible fusion de la science-fiction dans la littérature générale (comme Truismes de Marie Darrieussecq, par exemple), lui donnant la fonction de développer l'imaginaire et de questionner le réel, et permettant aux lecteurs de comprendre les enjeux du futur, ses horreurs, ses merveilles. Pour Valéry, la SF n'a pas une place particulière au sein de la création littéraire et artistique. Un auteur écrit pour dire les choses, pour témoigner, changer le réel, il doit s'engager. Ce que l'on appelle de façon étriquée science-fiction, avec la seule recherche du divertissement et de la monstration qui lui est liée, serait plutôt réservé à un certain cinéma et aux séries télévisées.
     La seconde partie comprend un choix d'une centaine d'œuvres, chacune occupant environ deux pages, dans lesquelles Valéry présente succinctement un auteur et une note de lecture sur l'œuvre proposée. Tous les classiques y sont, et on sent la prédilection de Valéry pour des auteurs comme Clifford Simak, Robert Heinlein, Theodore Sturgeon, Ray Bradbury ou Arthur C. Clarke, dans la filiation desquels il se situe. Une part belle est faite aux dix dernières années : près d'une trentaine d'auteurs, où figurent évidemment les Anglo-saxons, mais aussi les Italiens Evangelisti et Masali, témoignage de l'essor de la SF dans ce pays. Des Français font partie de la sélection — Joël Champetier, Elisabeth Vonarburg, Serge Brussolo, Philippe Curval, Maurice G. Dantec, Marie Darrieussecq, Serge Lehman, Pierre Bordage, Roland C. Wagner et Sylvie Denis. On est surpris de ne rencontrer ni Ayerdhal, ni Jean-Marc Ligny, ni Jean-Claude Dunyach par exemple.
     Présentés clairement, l'historique et la sélection intéresseront évidemment les fans de l'auteur, mais aussi tous ceux qui voudraient aborder la SF avec des bases suffisantes. La présentation est sans recherche, et on peut regretter que la liste des œuvres retenues ne mentionne pas de pagination.

Roland ERNOULD
Première parution : 1/2/2001
dans Phenix 56
Mise en ligne le : 5/4/2004


 
Base mise à jour le 17 juillet 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.