Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Persistance de la vision

John VARLEY

Titre original : In the Hall of Martian Kings / Persistence of vision, 1978

Cycle : Persistance de la vision  vol. 2

Traduction de Michel DEUTSCH

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 17
Dépôt légal : septembre 2000
512 pages, catégorie / prix : 9
ISBN : 2-07-041592-9   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Qu'importe la mort, dans ce monde futur où le clonage est devenu un succédané d'immortalité  ; qu'importent la vieillesse, la laideur, le sexe, puisque le génie génétique peut reconstruire, transformer, améliorer à volonté un corps imparfait. Pourtant la vie, parfois, impose sa simple évidence. Sur la planète Mars, une expédition terrienne découvre, émerveillée, les prémices d'une résurrection. Dans une communauté de sourds et d'aveugles surdoués, un homme apprend l'intense douceur d'un langage corporel absolu.
     Neuf nouvelles d'une qualité littéraire exceptionnelle, neuf joyaux étincelants d'une science-fiction qui refuse les horizons étriqués de notre morne quotidien.

     Révélé en 1977 par Le Canal Ophite, vaste et truculent space opera, John Varley, né en 1947, s'est affirmé comme un brillant nouvelliste, dévoilant une sensibilité narrative et un humour parodique qui lui ont valu la plus grande considération. Son œuvre a été récompensée par de nombreux prix (trois Hugo et deux Nebula).

    Sommaire    
1 - Le Fantôme du Kansas (The Phantom of Kansas), pages 9 à 72
2 - Raid aérien (Air raid), pages 73 à 97
3 - Un été rétrograde (Retrograde summer), pages 99 à 133
4 - Le Passage du trou noir (The black hole passes), pages 135 à 178
5 - Dans le palais des rois martiens (In the hall of the Martian kings), pages 179 à 251
6 - Dans le chaudron (In the bowl), pages 253 à 312
7 - Dansez, chantez (Gotta sing, gotta dance), pages 313 à 366
8 - Trou de mémoire (Overdrawn at the memory bank), pages 367 à 424
9 - Les Yeux de la nuit (The persistence of vision), pages 425 à 510

    Prix obtenus    
Locus, recueil, 1979
Apollo, [sans catégorie], 1980
Prix obtenus par des textes au sommaire :
Dans le palais des rois martiens : Jupiter, novella / Court roman, 1978
Les Yeux de la nuit : Nebula, novella / Court roman, 1978, Hugo, novella / Court roman, 1979, Locus, novella / Court roman, 1979

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Overdrawn at the Memory Bank , 1985, Douglas Williams (d'après le texte : Trou de mémoire), (Téléfilm)
Millenium , 1989, Michael Anderson (d'après le texte : Raid aérien)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition DENOËL, Présence du futur (1979)


 
     ET VARLEY VINT

     Deux recueils qui n'en font qu'un puisqu'il s'agit de l'énorme Persistence of the vision paru en 1978 aux Etats-Unis et scindé, vu l'importance de la bête, en deux volumes qui paraissent simultanément chez Denoël 1.
     Présence du Futur. Le titre de la collection dirigée par Elisabeth Gille convient tout particulièrement à John Varley, tant celui-ci parvient à rendre présent ce futur que nombre d'auteurs s'échinent à faire émerger de leurs écrits. L'emploi du « je » dans plus de la moitié des nouvelles permet une narration en prise directe avec la temporalité de la fiction qui oblige le lecteur à faire sien cet univers dont il ne connaît pourtant que des éléments épars. Décalé vers le futur et sommé de changer de quotidien, il est aussi « dérangé » dans son univers culturel car Varley n'utilise le cadre et les ingrédients de la science-fiction classique que pour mieux les détourner (tout en leur rendant un discret hommage, les private-jokes étant nombreux). Quoi qu'affadie par une traduction qui m'a semblé quelque peu paresseuse, la « Varley touch » est toujours reconnaissable, manière de raconter différente qui joue à pousser la science dans ses derniers retranchements (n'oublions pas que l'auteur est diplômé de physique de l'Université de Michigan), à la presser avec humour et poésie pour en extraire l'inquiétante étrangeté. D'une très grande richesse thématique et s'irisant de surréalisme, la hard SF selon Varley est inimitable.
     Neuf nouvelles donc, où l'on retrouve les clones chers à l'auteur (variation policière : comment échapper à votre meurtrier lorsque celui-ci est votre double et qu'il vous a déjà tué trois fois ? Variation érotique : faire l'amour avec son propre clone, n'est-ce pas de la masturbation à quatre mains ?), les chasseurs de trous noirs, les changements de sexe (dans la cellule socio-familiale future, votre mère peut fort bien être en fait votre père ( !) le goût pour une SF sexuée (comment l'acte sexuel peut devenir symphonie grâce au synapticon), le thème du double, etc. Bref, Varley fidèle à l'univers du Canal Ophite 2. Trop sans doute... Et soudain, le choc de la dernière nouvelle, ces merveilleux Yeux de la nuit aux accents douloureusement sturgeoniens 3. Friande d'univers parallèles, la science-fiction a coutume d'aller les chercher dans les déchirures du continuum spatio-temporel. Or il en existe un, tragique et quotidien, à portée de notre main, celui des sourds non-voyants. Keller est un village où vit une communauté de sourds et aveugles surdoués, un lieu où ceux-ci ont repensé le monde en fonction de leur « infirmité », un univers qui a sa logique propre, son organisation sociale, son éthique. Keller est un organisme dont la force est la communication, « une nouvelle manière de concevoir les relations humaines ». Chassé par la crise et le chômage, le héros s'y réfugiera de longs mois, le temps de se rendre compte que le seul infirme de la communauté, c'était lui.

Notes :

1. Dans le palais des rois martiens contient : Le fantôme du Kansas, Raid aérien. Un été rétrograde. Le passage du trou noir et Dans le palais des rois martiens. Et au sommaire de Persistance de la vision : Dans le chaudron (parus — mais très mal traduite — dans Fiction 298 sous le titre A l'intérieur de la boule), Dansez, chantez. Trou de mémoire, (déjà parue dans Futurs 3) et Les yeux de la nuit (prix Nebula 78 pour la nouvelle).
2. A moins que ce ne soit l'inverse. Car n'ayant pas les dates de première parution des nouvelles, il est fort possible que certaines d'entre elles aient été écrites avant Le Canal Ophite (Coll. Dimensions — Ed. Calmann Levy — Critique parue dans Fiction 292).
3. Titre original Persistance of the vision (Un oubli regrettable : les titres originaux des nouvelles ne sont pas mentionnés).

Denis GUIOT
Première parution : 1/9/1979
dans Fiction 304
Mise en ligne le : 11/10/2009




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 63868 livres, 61155 photos de couvertures, 58493 quatrièmes.
8040 critiques, 35008 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.