Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Royaume des devins

Clive BARKER

Titre original : Weave World, 1987

Traduction de Jean-Daniel BRÈQUE
Illustration de Tim WHITE

ALBIN MICHEL (Paris, France), coll. Romans étrangers
Dépôt légal : avril 1989
684 pages
ISBN : 2-226-03660-1   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
Un peuple de devins depuis des temps immémoriaux s'est réfugié au coeur d'un tapis enchanté.
Des aventures extraordinaires attendent ceux qui veulent en protéger le secret. Car il faut lutter contre le pouvoir terrifiant du Fléau, puissance maléfique qu'affronte le peuple du tapis.
Clive Barker, le grand maître de l'étrange, construit autour de ce royaume une oeuvre visionnaire, un chef-d'oeuvre du merveilleux, une épopée fantastique.
Un livre magique en passe de devenir une légende.
« Clive Barker est un grand, un vrai novateur... A côté de lui, nous avons l'air d'avoir passé ces dix dernières années à dormir... Jamais je n'ai ressenti un tel mélange d'horreur, d'excitation et d'émerveillement à la lecture d'un roman. » Stephen King
« Un écrivain fort et fascinant, doué d'une brillante imagination. Le Royaume des Devins nous fait découvrir Clive Barker, un extraordinaire conteur. » J.G. Ballard
Le Royaume des Devins de Clive Barker a été traduit en sept langues et vendu à plus de 800 000 exemplaires en Angleterre et aux Etats-Unis.

    Prix obtenus    
Cosmos 2000, [sans catégorie], 1990

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
André-François Ruaud : Cartographie du merveilleux (liste parue en 2001)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)

 
    Critiques    
     Les Devins sont un peuple qui vivait autrefois au sein de l'humanité mais qui, étant différent du fait de ses pouvoirs magiques particuliers, faisait l'objet de multiples pogroms. Les Devins s'étaient donc d'abord camouflés, puis avaient été contraints de se réfugier dans la Trame. La Trame c'est un tapis tissé avec les éléments du monde que les Devins ont emporté avec eux / les lieux où ils vivaient, tel un verger, un coin de rue, un pont, un pré inondé, une fontaine, un groupe de menhirs, etc. Autant d'endroits constituant la Fugue (le pays des merveilles ?) qu'ils ont emporté avec eux et dont les humains (les coucous comme ils nous appellent jamais remarqué la disparition.
     Le royaume des devins c'est surtout l'histoire de Cal, un jeune homme qui vit un jour par accident la Fugue, et celle de Suzanna, la petite fille de la dernière gardienne de la Trame. C'est aussi celle d'Immacolata, une folle morbide aux puissants pouvoirs qui veut se venger de la Fugue qui l'a rejetée, celle de Shadwell, un Coucou qui se définit comme étant un Vendeur et qui manipule Immacolata et ses sœurs mortes pour sa propre soif de pouvoir, celle de Hobbart, un flic anglais totalement obsédé par l'idée d'Ordre.
     C'est aussi et surtout un roman sur le mythe, une œuvre qui nous fait toucher du bout des doigts ce que peut être le pays des merveilles, et ce que les humains en feraient s'ils avaient la possibilité d'en fouler le sol. Les livres sont des mondes et les mondes s'imbriquent : le Royaume des Coucous, la Fugue, le Livre de Contes de Mimi, le Gyrus... Le lecteur est pris dans un tourbillon d'événements qui s'enchaînent parfaitement les uns aux autres, sans un temps mort, sans une erreur. Le royaume des devins est bien plus qu'un simple roman fantastique : tous les genres s'y trouvent transcendés (horreur, polar, fantasy, mainstream) et sous la forme d'un roman d'aventure particulièrement prenant se cache une oeuvre fondamentale sur l'imaginaire et sa structure. Si des romans comme Le pays du fou-rire de Jonathan CARROLL (J'ai Lu SF — Prix Appollo 89) et La forêt des mythimages de Robert HOLDSTOCK (La Découverte Fiction) étaient excellents, sur un terrain semblable, celui-ci est tout simplement une pierre angulaire de la littérature spéculative.


André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/7/1989 dans Fiction 410
Mise en ligne le : 3/4/2005

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, Thriller Fantastique (2004)


     En tentant de récupérer un pigeon de concours fugueur, Calhoun Mooney (Cal), chute sur un grand tapis déroulé dans une cour par des déménageurs. Il croit alors plonger dans un autre monde, le Pays des Merveilles. Sa vie en sera changée à jamais.
     Car Cal, comme plus tard Suzanna, la petite-fille de la vieille dame qui possédait le tapis, est entré en contact avec les Devins. Comme les humains, les Devins sont des êtres de chair et de sang. Mais ils sont capables de provoquer des extases, c'est-à-dire des illusions. Ces êtres sont en fait dotés de pouvoirs magiques.
     Cependant, ils ont deux problèmes. L'humanité d'une part, plus ambitieuse et plus envahissante chaque jour, qui impose partout ses lois rationnelles (les Devins surnomment les humains les Coucous). Et Le Fléau, un monstre fou dont le but est d'éradiquer par le feu toute trace de magie. Raison pour laquelle le peuple des Devins s'est réfugié, avec toutes ses possessions, dans la Trame d'un tapis. Des mondes à l'intérieur des mondes. La Trame contient la Fugue, qui n'est autre que le monde des contes, du rêve, de l'imaginaire, des merveilles.
     Shadwell, un Vendeur particulièrement doué, a fait alliance avec Immacolata, un créature de la nuit rejetée par les Devins. La belle Immacolata, est toujours en compagnie de deux spectres infernaux, ses sœurs fantômes. La Madeleine, assoiffée de sexe, et la Harpie, qui se nourrit des morts. La Madeleine procrée des enfants terribles et cauchemardesques : les résidus. Immacolata a fait don à Shadwell d'une veste aux pouvoirs hypnotiques qui lui permet de soumettre à sa volonté n'importe quel Coucou.
     Le royaume des devins conte une longue et terrible histoire : le combat des Devins, aidés par Cal et Suzanna, contre ses divers ennemis. Il serait bien sûr vain de vouloir résumer plus avant un récit aussi long, aussi riche en péripéties, aussi imaginatif. En revanche, il convient de noter à quel point le sens aiguisé de la métaphore et le style de Clive Barker font de ce livre un modèle de récit fantastique. La force qui génère toute cette histoire, c'est la magie. Mais une magie rarement plaisante. Le mal, l'horreur, la perversité, la souffrance et la mort ne sont jamais bien loin. On ne peut s'empêcher de placer Stephen King et Clive Barker sur le même rayon de la bibliothèque.
     Malgré son impressionnante longueur, le royaume des devins se lit quasiment d'une traite. C'est un récit envoûtant, excitant. Les personnages créés par l'esprit visionnaire de ce talentueux conteur qu'est Barker marquent l'imagination. Les péripéties sont surprenantes. Publié pour la première fois en 1987, ce livre, qui mêle en un subtil mélange poésie et horreur, reste percutant presque vingt ans après.
     N'est-ce pas ainsi que se créent les classiques ?

Jean-François THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/6/2004
nooSFere




 

Dans la nooSFere : 62662 livres, 58933 photos de couvertures, 57152 quatrièmes.
7958 critiques, 34386 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.