Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Le Chat venu du futur

Dany JEURY & Michel JEURY

Science Fiction  - Illustration de Jean-Yves KERVÉVAN
HACHETTE Jeunesse, coll. Vertige S-F n° 1015, dépôt légal : janvier 1998
96 pages, catégorie / prix : 6, ISBN : 2-01-209857-6
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Très intelligent, télépathe, et... rose, voici Groseille, un chat exceptionnel. Il n'est autre qu'un agent secret venu du XXXème siècle mener une enquête capitale pour l'avenir de la civilisation chat...
     Cette enquête aurait-elle à voir avec les deux chiens de la famille ?
     Louise, la petite fille de la maison, se le demande... Sa curiosité lui vaut de drôles d'aventures spatio-temporelles qui la mèneront dans le Grand Réseau Virtuel...


    Prix obtenus    
Ozone, roman de Science-Fiction pour la jeunesse, 1999

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)
 
    Critiques    
     Les chats tiennent une place considérable dans la Science-Fiction. Probablement parce que tous les écrivains cohabitent avec un (ou plusieurs) chat(s). Et parce qu'il arrive, à l'occasion, que la Science-Fiction soit écrite par des écrivains. Qu'il nous soit permis — juste pour titiller la fibre nostalgique de nos lecteurs les plus âgés — d'évoquer les numéros spéciaux consacrés aux greffiers du légendaire fanzine Lunatique, de Jacqueline Osterrath. Introuvables, bien sûr ! Au rayon des moins grandes raretés (trouvables donc chez les bouquinistes), on conseillera sans réserve Une porte sur l'été de Robert Heinlein, variation majeure sur le motif du voyage dans le temps et ses effets pervers, et Parabellum Tango, l'un des meilleurs romans de Pierre Pelot. Dans l'un comme dans autre, le centre de la problématique science-fictive est occupé par un matou.

     Quant au signataire de cette critique, les lecteurs de Bifrost savent déjà que les pages de sa fiction sont animées des déambulations d'un matou archétypal : Georges (dans l'Agence Arkham), Albert (dans le jardin d'Howard et Henry), Alexandre (le chasseur d'archéoptéryx dans « Un rêve d'hippocampe » in Étoiles Vives 3), et j'en passe. C'est que ce matou archétypal, véritable Chat Eternel faisant pendant au Héros Eternel de Michael Moorcock, occupe bel et bien le centre de l'univers, donc de la Littérature. Et par conséquent de la Science-Fiction (voir plus haut).

     Et l'on en restera là.

     Sauf à signaler le petit ouvrage hérétique cosigné par Jeury « père et fille » (comme le précise le bandeau publicitaire), et dans lequel les chats n'ont pas, à proprement parler, beau rôle. Les auteurs ont visiblement fait cause commune avec les chiens : ces êtres stupides, vicieux et bruyants, dotés d'une âme d'esclave, dont les étrons tapissent nos rues et les pissous font crever nos arbres. Se la jouant « culture de la culture » — on le dira ainsi pour moquer gentiment d'Edgar Morin — les auteurs nous relatent l'arrivée d'un chat du futur venu enquêter sur « quand, comment et pourquoi l'intelligence est arrivée aux chiens » (et non aux femmes — comme au cinéma) ; le but étant de justifier le départ de la Terre des chiens et des robots, en l'an presque 3000. Ça vous rappelle quelque chose ? C'est exprès.... (cf. Edgar Morin).

     Retour inattendu (dans tous les sens du terme) de Michel Jeury dans la S-F — et premiers pas (publiés) de Dany Jeury dans l'écriture. Je ne suis pas certain que le double ghetto S-F/Littérature Jeunesse soit ce que l'on peut offrir de mieux à une jeune auteure souhaitant se faire la main, a fortiori avec un parrainage aussi lourd à porter — les plus jeunes de nos lecteurs l'ignorent probablement, mais Jeury le père, fut en son temps une jolie pointure dans la catégorie S-F française.

     Bref, cette collaboration nous vaut un livre très mince, à peine une novella, avec un synopsis linéaire, des dialogues saupoudrés d'expressions « à la mode » chez les jeunes (enfin, les auteurs le croient...), et où la psychologie des personnages prend vite des allures de girouette dans la tempête. La cible est ici les « à partir de 10 ans ». Ce qui nous confirme dans l'idée que plus la tranche d'âge visée est basse, plus il est difficile d'écrire quelque chose à la fois original, léger, bien mené, agréable à lire... en un mot : convaincant. Ce Chat venu du futur évolue hélas à des années-lumière du Jeury du Monde du Lignus...

Francis VALÉRY
Première parution : 1/4/1998
dans Bifrost 8
Mise en ligne le : 2/11/2003


     Trouver un chat, c'est assez banal. Quand ses yeux et son pelage virent parfois au rose groseille, et qu'il dispose d'un panier high tech, c'est plus étrange. Et quand il s'avère être télépathe et voyageur temporel en mission, on a le point de départ d'une histoire pour enfants qui pourrait par ailleurs être l'esquisse d'un retour de Michel Jeury à la SF, et marquer l'apparition dans cette même SF de sa fille, aujourd'hui étudiante en psychologie.

     On y trouve assez de vie quotidienne pour que les jeunes lecteurs, et surtout les jeunes lectrices, se projettent sans difficulté, plus des scènes très visuelles, à base d'animaux intelligents, entre rêve et réalité virtuelle, ou entre La Fontaine et Internet. Cela facilite sans doute l'absorption de l'idée de guerre temporelle (entre chiens et chats, en l'occurrence), tandis que des références explicites communiqueront peut-être l'envie d'aller lire Demain les chiens. Cela facilite aussi le passage en douceur d'idées bien sympathiques : au-delà du « grand rêve de l'intelligence partagée » et de l'entente nécessaire entre tous les êtres pensants, il est dit ou suggéré que le camp dans lequel le hasard vous a placé n'a pas toujours automatiquement raison, que l'obéissance aux autorités supérieures n'est pas toujours une vertu, mais aussi que si la sagesse, le calme et la paix sont des valeurs appréciables, il n'est pas interdit pourtant de vouloir s'amuser et même chahuter... Les enfants devraient apprécier un conte merveilleux ancré dans le quotidien, des personnages proches d'eux, une histoire à rebondissements, une initiation à la science-fiction, et une morale sans moralisme. Les adultes pourront leur offrir ce petit livre, et même y jeter un coup d'œil pour leur propre plaisir : ils y retrouveront et leurs yeux d'enfant et un grand nom de la SF, hélas éloigné du genre depuis une décennie.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/3/1998
dans Galaxies 8
Mise en ligne le : 6/4/2009


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.