Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Bête à cinq doigts

William Fryer HARVEY

Titre original : The Beast with five fingers and other midnight tales, 1946

Traduction de Yvonne BAUDRY

TERRE DE BRUME (Dinan, France), coll. Terres Fantastiques - Littérature n° (7)
Dépôt légal : mars 2000
224 pages
ISBN : 2-84362-072-4   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Une inquiétante malade réussit-elle à échanger sa santé déficiente contre celle, florissante, de son infirmière ? Une idole africaine, offerte à une petite fille anglaise, peut-elle imposer sa domination sanglante aux blondes poupées de la chambre d'enfant ? Une main embaumée est-elle devenue cette « bête à cinq doigts » qui sème la peur et la mort autour d'elle ?
     Voici quelques-unes des questions que suggère l'imagination débordante de William Fryer Harvey (1885-1937), l'un des grands auteurs de la littérature fantastique anglaise, dont l'oeuvre était demeurée peu connue du public français. Avec un art diabolique, Harvey peut faire frissonner d'horreur son lecteur comme il peut faire naître en lui une sourde inquiétude. Jouant tour à tour des explications rationnelles et des hypothèses surnaturelles, il sait créer un climat apparemment banal. Quoi de plus rassurant que le tic-tac familier d'un réveil récemment remonté ? Mais quoi de plus angoissant s'il s'égrène dans une maison aussi hermétiquement close qu'inhabitée ?
     Avec La bête à cinq doigts, considéré en Grande-Bretagne comme un des classiques du genre, et les vingt nouvelles de ce recueil, William Fryer Harvey apparaît comme l'un des maîtres incontestés de la peur.

    Sommaire    
1 - Maurice RICHARDSON, Préface, pages 5 à 14, Préface, trad. Yvonne BAUDRY
2 - La Maison de minuit (Midnight House), pages 15 à 22, trad. Yvonne BAUDRY
3 - Les Dabblers (The Dabblers), pages 23 à 31, trad. Yvonne BAUDRY
4 - De fil en aiguille (Unwinding), pages 33 à 39, trad. Yvonne BAUDRY
5 - Madame Ormerod, pages 41 à 51, trad. Yvonne BAUDRY
6 - Les Démons vont par deux (Double Demon), pages 53 à 61, trad. Yvonne BAUDRY
7 - L'Instrument (The Tool), pages 63 à 76, trad. Yvonne BAUDRY
8 - Le Cœur de l'âtre (The Heart of the Fire), pages 77 à 87, trad. Yvonne BAUDRY
9 - Le Réveil (The Clock), pages 89 à 93, trad. Yvonne BAUDRY
10 - Peter Levisham (Peter Levisham), pages 95 à 102, trad. Yvonne BAUDRY
11 - Miss Cornélius (Miss Cornelius), pages 103 à 122, trad. Yvonne BAUDRY
12 - L'Homme qui détestait les Apidistras, pages 123 à 126, trad. Yvonne BAUDRY
13 - Sambo (Sambo), pages 127 à 134, trad. Yvonne BAUDRY
14 - L'Étoile (The Star), pages 135 à 138, trad. Yvonne BAUDRY
15 - A travers la lande (Across the Moors), pages 139 à 144, trad. Yvonne BAUDRY
16 - Le Disciple (The Follower), pages 145 à 151, trad. Yvonne BAUDRY
17 - Dans la chaleur d'août (August Heat), pages 153 à 158, trad. Yvonne BAUDRY
18 - Sarah Bennet, la possédée (Sarah Bennet's Possession), pages 159 à 169, trad. Yvonne BAUDRY
19 - Le Banc d'église des Ankardyne (The Ankardyne Pew), pages 171 à 183, trad. Yvonne BAUDRY
20 - Miss Avenal (Miss Avenal), pages 185 à 194, trad. Yvonne BAUDRY
21 - La Bête à cinq doigts (The Beast With Five Fingers), pages 195 à 222, trad. Yvonne BAUDRY

    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
La Bête aux cinq doigts , 1946, Robert Florey (d'après le texte : La Bête à cinq doigts)
Great Ghost Tales ( Saison 1 - Episode 05 : August Heat ) , 1961, Ron Winston (d'après le texte : Dans la chaleur d'août), (Episode Série TV)
 
    Critiques    
     La nouvelle titre traite évidemment un thème fantastique particulièrement en vogue au XIXème siècle, celui de la main coupée animée d’une volonté propre, qui aura inspiré des auteurs comme Maupassant (La main) ou Jean Ray (La main de Goetz von Berlinchingen).
     Cette nouvelle – la plus célèbre de Harvey, adaptée au cinéma en 1946 par Robert Florey –, est probablement la plus effrayante de toutes celles qui exploitent ce thème du corps éclaté. Elle se déroule en deux parties : au début, la main d’un aveugle semble acquérir un talent d’écriture automatique, tandis qu’après la mort de son propriétaire, elle acquiert une autonomie totale et persécute le neveu du mort. Qu’est-elle ? Quels sont ses buts ? Cet Autre est d’autant plus terrifiant que nous n’en savons rien.

     Harvey évite les effets saisissants. Ses histoires nous sont racontées de façon simple, comme si tout se déroulait le plus naturellement du monde, jusqu’au point de rupture. Le surnaturel s’installe alors de façon subtile et insidieuse, par petites touches, et le récit, à la limite du psychologique et du fantastique, bascule sans que l’explication surnaturelle soit toujours évidente.

     William Fryer Harvey est un grand classique, injustement méconnu en France. Cette redécouverte ravira tous les amateurs de fantastique britannique et de Ghost stories.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/6/2000 nooSFere


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64105 livres, 61689 photos de couvertures, 58750 quatrièmes.
8084 critiques, 35134 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.