Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Livre d'Or de la science-fiction : La citadelle écarlate

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Marc DUVEAU


Cycle : L'Épopée fantastique  vol.


Illustration de Wojtek SIUDMAK

POCKET (Paris, France), coll. Le Livre d'or de la science-fiction n° 5055
Dépôt légal : 2ème trimestre 1979
384 pages, catégorie / prix : 5
ISBN : 2-266-00758-0   
Genre : Fantasy


Autres éditions
Sous le titre Heroic Fantasy 2 : La Citadelle Ecarlate   POCKET, 1979

    Quatrième de couverture    
Entre la science-fiction et le roman d'aventures, le fantastique et l'utopie, l'Epopée fantastique (« Heroic Fantasy ») nous livre la quintessence du rêve : mondes et temps parallèles, dieux et démons, magiciens et sorciers, héros, princesses et monstres... Littérature des origines, mais aussi littérature d'aujourd'hui parce que nous avons besoin de ses visions inquiétantes ou gratifiantes, de ses excès et de ses outrances. Elle est présentée ici en plusieurs volumes enrichis de nombreuses illustrations. Après le Manoir des roses, recueil de textes tendres et précieux, la Citadelle écarlate réunit des récits au ton plus sombre et plus violent, où des guerriers farouches luttent par le fer et par le feu contre les monstres les plus horribles et les sorcelleries les plus noires. Bon voyage pour les pays d'où l'on ne revient pas !

    Sommaire    
1 - Marc DUVEAU, L'Épopée fantastique, pages 7 à 24, Introduction
2 - Marc DUVEAU, La Citadelle écarlate, pages 25 à 27, Préface
3 - Clark Ashton SMITH, Yondo (The Abominations of Yondo), pages 29 à 38, trad. Alain GARSAULT
4 - Roger ZELAZNY, Les Cloches de Shoredan (The bells of Shoredan), pages 39 à 63, trad. Annie PEREZ
5 - Robert E. HOWARD, Le Crâne du silence (The Screaming Skull of Silence), pages 65 à 76, trad. Alain GARSAULT
6 - Clark Ashton SMITH, Memnons de la nuit (Memnons of the Night), pages 77 à 78, trad. Alain GARSAULT
7 - Lyon Sprague DE CAMP, Kâ le terrifiant (Ka the Appalling), pages 79 à 112, trad. Françoise SERPH
8 - Fritz LEIBER, La Tristesse du bourreau (The Sadness of the Executioner), pages 113 à 126, trad. Jacques CORDAY
9 - Robert E. HOWARD, Clair de lune sur un crâne (Moonlight on a Skull), pages 127 à 128, Poésie, trad. Mimi PERRIN
10 - Lin CARTER, Le Gardien de la flamme émeraude (Keeper of the Emerald Flame), pages 129 à 182, trad. Jacques CORDAY
11 - John W. JAKES, Les Fantômes de pierre (Ghosts of Stone), pages 183 à 210, trad. Annie PEREZ
12 - Michael MOORCOCK, Le Retour du dieu mort (Dead God's Homecoming), pages 211 à 269, trad. Frank STRASCHITZ
13 - Robert E. HOWARD, Ninive, mais où sont tes rêves d'autrefois (Dreams of Nineveh), pages 271 à 272, Poésie, trad. Mimi PERRIN
14 - Herbert George WELLS, La Plaine des araignées (The Valley of Spiders), pages 273 à 288, trad. Henry D. DAVRAY & Bronislaw KOZAKIEWICZ
15 - Clark Ashton SMITH, Le Désert désolé de Soom (The Desolation of Soom), pages 289 à 290, trad. Alain GARSAULT
16 - Robert E. HOWARD, Cimmérie (Cimmeria), pages 293 à 295, Poésie, trad. Mimi PERRIN
17 - Robert E. HOWARD, La Citadelle écarlate (The Scarlet Citadel), pages 297 à 359, trad. Alain GARSAULT
18 - Dictionnaire des auteurs, pages 361 à 371, Dictionnaire d'auteurs
19 - Marc DUVEAU, A propos de Conan et des Marvel Comics, pages 373 à 374, Article
 
    Critiques    
 
     FANTAISIES HEROÏQUES

     « Qu'il s'agisse de Kull, de Conan, de Thongor ou de Brak, quels que soient le temps, le lieu ou l'auteur, les personnages des nouvelles qui suivent donnent des héros de l'épopée fantastique un portrait assez juste. » C'est ainsi qu'en une phrase, la première de sa préface, Marc Duveau ouvre le feu — ou tire l'épée. Il a tout à fait raison, le bougre.
     Cette Epopée Fantastique dans le domaine de l'heroic-fantasy découvre pour nous (dans le sens où Colomb découvrit nous dit-on l'Amérique) un monde, un continent, un univers bien spécifiques : l'univers hors du temps des héros, que dis-je ! des HEROS, des Héros véritablement Héroïques. Un monde peuplé de gentils gentils et de méchants méchants comme c'en est triste d'être méchant à ce point — mais voilà bien l'éternel combat entre le Bien et le Mal, n'est-ce pas, et il vaut toujours mieux dans ce cas que le Mal soit vraiment mauvais... Tant qu'à faire. Manichéisme ? évidemment, et de grand cru, puisant racines au cœur de notre nuit des temps, là-bas dans les circonvolutions de notre reptilienne cervelle. Un pont jeté, toujours debout, entre les ancestrales histoires contées devant l'être et notre jour d'aujourd'hui : voici l'heroic-fantasy et son épopée fantastique. Un univers, disais-je, grouillant de mages et magiciens, faiseurs de miracles en tous genres, cracheurs d'épouvante à tous les étages. Voici les monstres, voici les goules, voici les maléfices et les châteaux hantés perchés là-haut sur des pics inaccessibles au cœur de contrées parfaitement inconnues. Et interdites, généralement. Essayez donc d'interdire quoi que ce soit à un héros. Les voici, encore et toujours, les Héros, ceux qui nous emporteront dans leurs bagages pour nous permettre d'être témoins. Sans témoins pas de Héros. On est témoins. Ils sont musclés, bardés de fer et de feu, pas spécialement fûtés, généralement, ni sortis des Ecoles, comme disait ma grand'mère — mais dans le contexte, les mathématiques, même modernes, ne leur seraient d'aucun secours. Mieux : lorsqu'ils ont un rien de cervelle, ce serait plutôt un handicap : voilà qu'ils sont forcés de réfléchir, parfois de n'être pas d'accord en conscience avec ce que leur destin de Héros les oblige à accomplir. Mais, ach ! la rage aux dents, le cœur serré, ou vice et versa, ils le feront, leur devoir.
     Littérature cimentée de clichés — mais l'heroic-fantasy n'existerait pas sans eux. Les ambiances et les atmosphères, les paysages sont attendus, souhaités, prêts à être reconnus, les démarches héroïques également, à quelques exceptions près. Qu'à cela ne tienne ! Contes de brumes, ces histoires ne nous épargnent pas comme une sinusite, en plus agréable. La différence, c'est qu'on n'est pas heureux quand on sent venir et monter la sinusite.
     Cela dit, de l'éventail (très bien conçu) présenté par Duveau, se détachent à mon avis Sprague de Camp et son humour, ainsi que Leiber. Et puis l'exception confirmant la règle du jeu citée plus haut : un admirable texte de... H.G. Wells.
     C'était bien, Marc. Le menu était parfait.
 

Pierre PELOT
Première parution : 1/2/1980 dans Fiction 306
Mise en ligne le : 21/6/2009


 

Dans la nooSFere : 62418 livres, 58402 photos de couvertures, 56897 quatrièmes.
7958 critiques, 34223 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.