Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Caroline oh Caroline !

Paul VAN HERCK


Traduction de Michel VEDEWE
Illustration de Atelier Pascal VERCKEN

LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES (Paris, France), coll. Le Masque Science-Fiction n° 42
Dépôt légal : 2ème trimestre 1976
256 pages
ISBN : 2-7024-0507-X   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Du côté de Londres des flammes léchaient le ciel, et de gros nuages de fumée rouge s'élevaient en tournoyant. Bientôt ils purent entendre le fracas de milliers de pas cadencés. Les cheveux de Bill se dressèrent quand, au travers des cris et des grondements, lui parvinrent les lambeaux d'un chœur entonné par des milliers de poitrines, un chant ample... pour tout dire... « Siegfried au Rhin » chanté par des voix noires, puissantes et profondes Le chant s'enflait Une voiture s'avançait en cahotant, précédée de motocyclistes couverts de poussière. A l'intérieur se trouvait Adolf, avec ses yeux pâles, la moustache teinte en rouge, l'énorme coiffure de plumes coquettement inclinée sur l'oreille, et, par sollicitude pour la race noire, un os dans le nez, généralissime des armées noires et rouges.
     Né près d'Anvers en 1938, Paul Van Herck est un des écrivains marquants du domaine néerlandais. II débuta en 1965 par un recueil de nouvelles, et il vit en 1972 couronner à Trieste son roman « Sam of de Pluterdag ». Publié depuis aux U.S.A. par Daw Books Dans CAROLINE OH ! CAROLINE, la science fiction, la satire, le fantastique s'unissent en une farce énorme qui rappelle la verve de certains Frédéric Brown.
 
    Critiques    

     Un univers parallèle prétexte à tirer à hue et à dia les ficelles de l'Histoire : Napoléon a gagné la bataille de Waterloo, toute l'Europe est francisée, Noirs et Indiens ont rejeté les Blancs à la mer et se partagent l'Amérique, le Moyen-Orient est israélien. Là-dessus vient se greffer une « autre » GM-2, au cours de laquelle Noirs et Indiens, sous la conduite d'un Adolf Hitler ayant jeté un voile pudique sur ses théories racistes, débarquent en Europe et se la partagent au cours d'un Yalta-bis. Contrairement à ce qu'en dit le préfacier-traducteur, ce roman néerlandais ne se place pas sous le parrainage de Marcel Aymé, mais bien du cinéma burlesque et nonsensique juif-américain, des Marx Brother's à Woody Allen, avec ses tombereaux de gags, de références détournées, d'anachronismes (les Indiens dressant des tribunes et distribuant le programme avant une séance de poteau de torture...). Même si c'est facile, si parfois la tension baisse, et si on se passerait volontiers de l'infra-trame du récit (l'univers parallèle pratique la réincarnation et tout un chacun peut conserver avec les anges, Saint-Pierre ou le diable, sans parler du « Patron »), on rit ou on sourit souvent, et de bon cœur. Les romans de s-f humoristiques sont trop rares, et trop souvent sinistres, pour qu'on puisse se permettre de bouder ou d'ignorer ce truculent exercice flamand.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/1/1977 dans Fiction 276
Mise en ligne le : 6/12/2012


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66398 livres, 66976 photos de couvertures, 61237 quatrièmes.
8090 critiques, 36311 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.