Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Les Fous d'avril

DOA

Science Fiction  - Illustration de David SALA
FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, coll. Rendez-vous ailleurs n° (16), dépôt légal : mars 2004
252 pages, catégorie / prix : 16 €, ISBN : 2-265-07801-8
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Paris, 2019. Markus Freys est un flic pas comme les autres, recruté par Europol. A ses origines russes un peu troubles s'ajoutent des talents particuliers qui sont encore un mystère pour la communauté scientifique européenne.
     Tout commence par une prise d'otages dans un grand magasin parisien où un homme semble avoir été victime d'un accès de rage et de démence incontrôlé. Quand Markus parvient à le maîtriser, l'homme délire et évoque vaguement des activités sur le réseau informatique. Très vite, avec l'aide de sa coéquipière Nelly, Markus découvre que d'autres cas de ce genre ont été repérés à travers le monde. Ce sont tous des passeurs, des techniciens du Net. Joshua, le jeune frère de Markus, est lui aussi un passeur, un petit génie de la réalité virtuelle, et va mettre en garde Markus sur d'étranges affaires de cyber-criminalité.
     L'enquête ne fait que commencer et Markus voit peu à peu ceux qui l'entourent mis en grand danger. Y a-t-il un tueur sur le Réseau ? Qui est-il ? Comment l'arrêter et échapper à la conspiration politique de plus en plus puissante qui a pris le contrôle de cette enquête terrifiante ? Et pourquoi ce mystérieux criminel semble-t-il si bien connaître Markus et son frère ?

     DOA n'est pas un auteur virtuel. Les Fous d'avril est son premier roman.

 
    Critiques    
     Doa. Trois lettres pour un auteur encore peu connu, qui signe ici son premier roman. Et s'offre ainsi l'honneur d'être le premier texte français de la collection « Rendez-vous ailleurs » du Fleuve Noir. Une œuvre brève, efficace, dans la plus pure tradition cyberpunk, avec quelque chose d'un roman d'espionnage un brin désuet. Le tout entre X-Files, James Bond, et un nouvel élément inconnu, le « facteur Doa », peut-être.

     Markus Freys est un policier d'origine russe au passé obscur, recruté par Europol pour ses talents parapsychologiques surprenants. Son jeune frère, Joshua, vit exclusivement branché sur le Net : un petit génie du Réseau, qui compense son handicap physique par des aptitudes exceptionnelles à la manipulation du cybermonde. Lorsqu'un détraqué prend en otage les clients d'un grand magasin, on découvre que circule sur le Réseau un personnage qui s'attaque aux passeurs, tentant d'infiltrer leur esprit et générant chez eux une folie meurtrière. L'enquête que débute Freys révèle qu'il a déjà fait des victimes aux quatre coins du monde, et que le rythme de ses attaques s'accélère de façon alarmante. Aidé de Nelly, sa collègue, ainsi que de la psychologue Lise, Freys tente de remonter à la source du mal en recoupant les indices jusqu'à un hôpital militaire américain ; mais il se trouve rapidement bloqué par l'autorité des services secrets de divers pays en cause... Et tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à l'enquête commencent à mourir... Son frère, lors d'une plongée virtuelle, est attaqué par le cyber-criminel : Freys découvre alors que ce dernier est au courant de secrets les concernant, lui et son frère, qui n'ont jamais été divulgués, pas même aux autorités d'Europol. S'adjoignant l'aide d'un groupe de jeunes passeurs, Joshua remonte la piste de l'entité jusqu'à un laboratoire américain dont les activités sont curieusement suspendues...

     Et les « fous d'avril », me direz-vous ? Eh bien, c'est un petit groupe d'amis vivant en Ecosse et qui ont en commun d'être arrivés dans cette région au mois d'avril...

     L'ensemble se lit d'un trait. Le suspense n'est pas à couper au couteau — le dénouement est convenu — , mais le récit est bien ficelé, sans longueurs inutiles, et les personnages attachants. L'analyse psychologique de Freys, par exemple, est une des grandes forces du texte : on est fasciné par ce qu'il considère comme sa « singularité ». On regrette toutefois que certains personnages et épisodes particulièrement maîtrisés soient comme étouffés par un récit qui demeure très, trop classique. Comme si, pour son premier essai, Doa s'était senti obligé, par convention peut-être, de se couler dans le moule du « techno-thriller » alors que son talent exigerait un cadre probablement plus « déjanté », moins balisé. Mais quoi : voici un bon roman, agréable à lire, et qui promet de l'avenir. On attend du coup le prochain opus, et ce dans un registre qu'on souhaite plus personnel afin de juger pleinement du talent de ce petit nouveau.

Sylvie BURIGANA
Première parution : 1/7/2004
dans Bifrost 35
Mise en ligne le : 4/8/2005


     Markus Freys va découvrir que le boulot de flic n'est pas vraiment de tout repos. Surtout lorsque le virtuel décide de se mêler des affaires du réel, que des hommes apparemment sans histoires décident de jouer au ball-trap aveugle partout dans la ville, et que les cadavres se mettent à pleuvoir dans un bain de sang inimaginable. Seul indice : tous sont des « passeurs », des hommes presque machine qui gèrent le réseau. Qui se cache derrière le masque synthétique de manipulateur ? Pourquoi celui-ci semble-t-il si bien connaître Markus ? Un véritable imbroglio où les méchants n'ont pas le visage que l'on attend... Avec la venue de Bénédicte Lombardo aux commandes de la collection « Rendez-Vous Ailleurs » du Fleuve Noir, la politique semble être un peu plus axée sur la découverte de nouveaux talents, et surtout de talents français. Un coup de pouce qu'on ne peut que saluer. Ce premier titre hexagonal est un techno-thriller d'anticipation, où les influences anglo-saxonnes sont légion. Défaut diront certains, mais c'est sans compter sur l'habileté de DOA qui, en piquant à droite à gauche, se permet un mélange efficace d'action et d'espionnage, le tout assaisonné de technologie. La touche Cyberpunk n'est pas loin, ce qui permet aussi de donner une ampleur réflexive à ce roman. Une véritable critique de notre société rongée par l'omniprésence de la technologie. Un envahissement de l'homme par les machines qui, derrière des apparences de progrès, lui font perdre un peu de son humanité. Une humanité qui se pose trop peu de questions sauf quand elle a le nez dans les problèmes. Toujours trop tard.

     Réflexion, oui, mais jamais prise de tête gratuite et « intello-chiante ». DOA a voulu écrire avant tout une véritable aventure de flic sur les traces d'un assassin diabolique. Une enquête qui pousse les personnages dans un embrouillamini politico-financier épouvantable. Qui révèle les failles d'un policier rattrapé par son passé trouble, assistant, impuissant, à la mort de ses proches au fil des pages. Un flic qui retrouvera une horreur qu'il avait voulu fuir. Un véritable schéma d'univers noir hard-boiled, où les héros sont voués à la misère et à sans cesse patauger dans une merde noire. Autant être bien accroché. Pour ce premier roman, ce nouvel auteur a su manipuler les astuces de plusieurs genres et les agencer avec précision pour réussir un livre sanglant, techno, noir et futuriste. Certains pourront toujours y trouver un certain manque d'originalité. Mais le plaisir est là, et le second coup de DOA est à surveiller de près.

Michaël ESPINOSA
Première parution : 1/6/2004
dans Galaxies 33
Mise en ligne le : 6/1/2009


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.