Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Garçons de l'été

Ray BRADBURY

Titre original : One More for the Road, 2002

Traduction de Hélène COLLON
Illustration de KAÏN

FLAMMARION, coll. Imagine n° (49)
Dépôt légal : septembre 2004
364 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 2-08-068456-6   
Genre : Imaginaire 



    Quatrième de couverture    
     Né en 1920 dans l'Illinois, Ray Bradbury publie ses premiers récits dans des pulps tels Weird Tales. Son style poétique et son imaginaire onirique en font vite un écrivain à part, décalé, inclassable. Auteur des incontournables chefs-d'œuvre que sont Chroniques martiennes et Fahrenheit 451, il donne à voir notre propre monde sous un angle et dans un style très personnel en feignant d'en inventer d'autres. A plus de quatre-vingts ans, il a été couronné d'un prestigieux National Book Award pour l'ensemble de sa carrière.

     Voici dix-huit nouvelles récentes signées du maître Ray Bradbury, parues en revues mais jamais réunies en volume, auxquelles s'ajoutent sept inédits. Nouvelliste prolifique, ce prodigieux artiste propose ici un florilège de ses thèmes de prédilection : la douce innocence de la jeunesse, la sagesse ou, au contraire, l'inconséquence de la vieillesse, la nostalgie des mystérieux étés évanouis, des amours trahies, des lieux abandonnés, à la faveur de récits étranges, intensément dialogués, de personnages attendrissants et de décors dépaysants, le tout assaisonné d'humour discret. Si la science-fiction qui a fait sa gloire reste présente ici (Laurel et Hardy apaisant la nostalgie des colons humains qui ont essaimé dans l'espace), il est surtout question du passé qui s'éloigne et revient parfois hanter ceux qui le regrettent. Un homme s'émeut ainsi de voir son défunt père lui apparaître au bord d'un terrain de golf ; ou encore un écrivain construit une machine à voyager dans le temps pour retourner convaincre un de ses ex-protégés de continuer à écrire car il a du génie... Un savoureux cocktail de tendresse et de fantaisie, par l'un des plus grands auteurs américains, dont la réputation a dépassé depuis longtemps les strictes frontières de la littératures de genre.

    Sommaire    
1 - La Rentrée (First Day), pages 11 à 24, trad. Hélène COLLON
2 - Greffe de coeur (Heart Transplant), pages 25 à 37, trad. Hélène COLLON
3 - Donnant donnant (Quid Pro Quo), pages 39 à 52, trad. Hélène COLLON
4 - Après le bal (After the Ball), pages 53 à 64, trad. Hélène COLLON
5 - In memoriam (In Memoriam), pages 65 à 73, trad. Hélène COLLON
6 - Tête-à-tête (Tête-à-tête), pages 75 à 83, trad. Hélène COLLON
7 - Le Dragon danse à minuit (The Dragon Danced at Midnight / The Year the Glop Monster Won the Golden Lion at Cannes), pages 85 à 106, trad. Hélène COLLON
8 - Le Dix-neuvième trou (The Nineteenth), pages 107 à 113, trad. Hélène COLLON
9 - Les Bêtes (Beasts), pages 115 à 136, trad. Hélène COLLON
10 - Après-midi d'automne (Autumn Afternoon), pages 137 à 141, trad. Hélène COLLON
11 - Là où règne le vide, on se déplace comme on veut (Where All is Emptiness There is Room to Move), pages 143 à 162, trad. Hélène COLLON
12 - One-Woman Show (One-Woman Show), pages 163 à 173, trad. Hélène COLLON
13 - La Grande tournée d'adieu de Laurel et Hardy sur Alpha du Centaure (The Laurel and Hardy Alpha Centauri Farewell Tour), pages 175 à 190, trad. Hélène COLLON
14 - Nettoyage par le vide (Leftovers), pages 191 à 207, trad. Hélène COLLON
15 - Un dernier pour la route (One More for the Road), pages 209 à 223, trad. Hélène COLLON
16 - « Tangerine » (Tangerine), pages 225 à 244, trad. Hélène COLLON
17 - Des sourires grands comme l'été (With Smiles as Wide as Summer), pages 245 à 252, trad. Hélène COLLON
18 - Entre-temps (Time Intervening / Interim), pages 253 à 260, trad. Hélène COLLON
19 - L'Ennemi dans le blé (The Enemy in the Wheat), pages 261 à 275, trad. Hélène COLLON
20 - Gare ! (Fore!), pages 277 à 285, trad. Hélène COLLON
21 - Mon fils Max (My Son, Max), pages 287 à 297, trad. Hélène COLLON
22 - L'Accumulateur F. Scott/Tolstoï/Achab (The F.Scott/Tolstoy/Ahab Accumulator), pages 299 à 314, trad. Hélène COLLON
23 - Alors, qu'as-tu à dire pour ta défense ? (Well, What Do You Have to Say for Yourself?), pages 315 à 324, trad. Hélène COLLON
24 - Diane de Forêt (Diane de Forêt), pages 325 à 333, trad. Hélène COLLON
25 - Le Grillon du foyer (The Cricket on the Hearth), pages 335 à 351, trad. Hélène COLLON
26 - La Métaphore, petit déjeuner du champion (Metaphors, the Breakfast of Champions), pages 353 à 359, Postface, trad. Hélène COLLON
 
    Critiques    
     Pénétrer dans un recueil de nouvelles de Ray Bradbury, c'est déclencher un torrent d'émotions. La première, c'est assez invariablement l'agacement : quoi, Bradbury nous redonne à lire les mêmes textes qu'auparavant ? Il faudrait qu'il se renouvelle un peu, quand même !
     Toutefois, cet énervement laisse très rapidement la place à une sorte de quiétude, à mesure que l'on se replonge dans ces textes finement ciselés, qui nous parlent avec nostalgie de notre enfance, de nos souvenirs, de cette époque révolue où tout n'était qu'insouciance et apprentissage de la vie. Et, sans qu'on s'en soit rendu compte, on est passé au stade du ravissement, tant le plaisir de l'auteur — celui qu'il a eu à composer ces petits morceaux d'humanité — est communicatif. Bien sûr, tout n'est pas toujours totalement réussi ou abouti (le texte sur Laurel et Hardy ressuscités aux quatre coins de la galaxie est plaisant, sans plus), mais il est des textes qui s'imposent comme des réussites majeures. Dans « Donnant donnant », par exemple, un écrivain remonte dans le temps pour y convaincre un de ses collègues qu'il doit persévérer, car il est un génie (dans le monde « réel », il a abandonné la littérature). Ou encore « In Memoriam », où un père n'arrive pas à faire le deuil de son fils décédé trop tôt. Dans « Entre-temps », le jour de son arrivée dans sa nouvelle maison, un homme croise plusieurs instances de lui-même, datant aussi bien de sa jeunesse que de son futur.
     On ne résumera bien évidemment pas toutes les histoires, mais en conclusion une chose est sûre : Ray Bradbury sait parler au coeur de ses lecteurs. Et, dans les domaines de l'imaginaire, c'est une vertu de plus en plus rare.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 19/12/2004 nooSFere


     Avec Les garçons de l'été, vous allez vous retrouver avec, entre les mains, un recueil de vingt-cinq nouvelles du maître Bradbury. Dix-huit nouvelles récentes, et sept inédites. N'allez cependant pas chercher ici des textes « de genre ». Avec seulement trois nouvelles flirtant vaguement avec la science-fiction (deux machines à voyager dans le temps, « Donnant donnant » et « L'Accumulateur F.Scott/Tolstoï/Achab », et un voyage sur Alpha du Centaure avec Laurel et Hardy), c'est plutôt du côté du réalisme magique et de la littérature générale qu'il faut aller chercher. Et encore, réalisme magique est une expression souvent trop forte, tant il faudrait plutôt parler de merveilleux, de rêve éveillé, de fantasmagorie.

     Avec la délicatesse, l'humour et l'humanité qui caractérisent cet auteur, Ray Bradbury nous offre ici un recueil d'images, d'émotions, de mots. Une poésie douce-amère, une constatation sur le temps qui passe et les émotions qu'il recouvre, de l'enfance à la vieillesse et retour. Il donne surtout l'impression d'un travail de l'auteur sur la vie et les hommes en général. Non pas un arrêt, un regard en arrière après une longue vie bien remplie, mais plutôt une halte sur le bord du chemin, le temps de souffler avant de reprendre la route.

     Certains textes sont de véritables perles poétiques, claires et limpides (« Filet de basket » ; « Le 19éme trou »), d'autres ressemblent à des cartes postales (« Là où règne le vide... »). D'autres encore sont une succession de mots à la limite du compréhensible, un travail sur le langage poétique qui rend souvent le texte difficile à saisir, où le lecteur doit lutter pour trouver un sens, sens qui, malgré tout, lui échappe parfois (« One-woman show » ; « Les Bêtes »). L'humour n'est pas exempt, mais un humour blême, qui cache bien souvent l'amertume et la tristesse (« La Grande tournée d'adieu de Laurel et Hardy... » ; « Nettoyage par le vide »). L'œil et la plume de Ray Bradbury s'allient pour nous offrir un monde étrange et irréel, à la limite du fantastique.

     Un recueil magnifique, qui défie le temps, à lire les rares fois où l'on est en paix avec le monde et avec soi, par une froide soirée d'automne au coin du feu. Un peu de frissons, et beaucoup de nostalgie.

Sandrine GRENIER
Première parution : 1/1/2005 dans Bifrost 37
Mise en ligne le : 30/1/2006


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies