Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Bibliothèque de l'Entre-Mondes

Francis BERTHELOT

Hors Genre  - Illustration de Éric SCALA
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 225, dépôt légal : octobre 2005
336 pages, catégorie / prix : F8, ISBN : 2-07-042846-X
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Il existe, à mi-chemin entre le continent de la littérature dite générale et celui de l'imaginaire, une contrée fabuleuse habitée par Kafka, Borges, Dick, Buzzati, Cortazar, Murakami, Palahniuk, Ballard et bien d'autres dissidents dont les œuvres ont en commun de briser toutes les conventions de genre.
     Ce sont ces transfictions que Francis Berthelot nous invite à découvrir dans les rayons de cette Bibliothèque, restée sans nom jusqu'à présent, dont il explore étages et allées avant de nous proposer une sélection d'ouvrages emblématiques. Oubliez toute idée reçue, vous découvrirez un territoire fascinant...

     Né à Paris en 1946, Francis Berthelot se partage entre son métier de chercheur en théorie littéraire et sa carrière d'écrivain. On lui doit entre autres merveilles Rivage des intouchables ou plus récemment Nuit de colère, Forêts secrètes et Hadès Palace. Vous avez dit transfictions ?


    Sommaire    
1 - Introduction, pages 13 à 17, Introduction
2 - Les Transfictions, pages 19 à 59, Essai
3 - Ici et ailleurs, pages 60 à 133, Article
4 - Panorama, pages 134 à 312, Guide de lecture
5 - ANONYME, Index des noms, pages 315 à 320, Index
6 - ANONYME, Index des titres, pages 321 à 332, Index

    Listes de références proposées par cet ouvrage :    
Conseils de lecture / Bibliothèque idéale
Bibliothèque de l'Entre-Mondes
 
    Critiques    
     Quel point commun entre Le Grand Meaulnes d'Alain-Fournier, Le Festin nu de William Burroughs, Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes, Démons et merveilles de H.P. Lovecraft, Les Fleurs bleues de Raymond Queneau, Cristal qui songe de Theodore Sturgeon et Les Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar ?
     Mmmmmh ?
     Alors ?
     Aucune idée ?
     Vraiment pas ?

     Enfin voyons... c'est pourtant simple.
     Tous ces ouvrages sont des « transfictions » !
     Et qu'est-ce qu'une transfiction, me direz-vous ? Eh bien, « donner en deux mots une définition à la fois claire et complète des transfictions est d'autant plus difficile qu'elles sont par nature inclassables. Elles constituent en effet non pas un genre littéraire à proprement parler, mais plutôt une interface, une sorte de nébuleuse entourant la frontière littérature générale/littératures de l'imaginaire. » (p.19) Nous voilà bien avancé...
     Alors qu'on a déjà beaucoup de mal à cerner le coeur et les contours des principaux genres de l'imaginaire, voilà que Francis Berthelot tente ainsi de regrouper des oeuvres d'inspirations fort diverses, sous prétexte qu'elles seraient aussi inclassables que transgressives. Le concept paraît a priori assez fumeux, mais Berthelot est d'une part chercheur en narratologie, d'autre part l'auteur remarquable d'un des cycles littéraires figurant justement parmi les plus inclassables qui soient, Le Rêve du démiurge — dont le sixième tome, Hadès Palace, est publié quasi-simultanément aux éditions du Bélial'. Sa Bibliothèque de l'Entre-Mondes mérite donc sûrement le détour...
     Dans cette bibliothèque, vous pourrez en effet découvrir les deux types de transgressions possibles — transgression de l'ordre du monde et transgression des lois du récit — et leurs infinies variations et associations. Vous pourrez comprendre que ce qui est transgressif en littérature générale ne l'est pas forcément en science-fiction, et vice-versa, du fait de la nature différente de ces littératures. Vous pourrez réfléchir sur l'évolution de ces transfictions dans le temps, un livre manifestement transgressif dans le contexte d'une époque pouvant être considéré un siècle plus tard comme caractéristique d'un genre. Enfin, vous pourrez faire le tour du monde des transfictions, l'inclassable s'avérant naturellement sans frontières.

     Bien sûr, le concept même de transfiction demeure discutable. Sommes-nous très loin de la speculative fiction, concept aux marges tout aussi insaisissables ?
     Peu importe : à un essai qui bénéficie du style limpide de Berthelot et qui offre une vision très personnelle de la littérature du XXème siècle succède un guide de lecture, un vaste panorama de cette nébuleuse transfictionnelle, qui, à lui seul, fait de La Bibliothèque de l'Entre-Mondes un ouvrage nécessaire. Pas pour les lecteurs qui se contentent de romans codifiés et répétitifs — comme les resucées du Seigneur des anneaux ou les interminables space sagas — , mais pour tout ceux que régalent les oeuvres excentriques, hors normes, stimulantes ou dérangeantes, de ces oeuvres qu'on peut adorer ou détester mais qui ne laissent jamais indifférentes. De Abé Kôbô à Yourcenar, chacun des livres disséqués dans ce panorama répond avant tout à des critères d'originalité et de qualité qui ne peuvent que séduire le lecteur curieux et exigeant. De nombreuses découvertes en perspective, car on peut parier que bien des titres et des auteurs cités vous auront jusqu'à présent échappé.


Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 24/10/2005
nooSFere


[Chronique commune à Bibliothèque de l'entre-mondes et à Hadès Palace]

     Noël 2005, c'est deux Berthelot pour le prix d'un. Le genre de promotion impossible à refuser, d'autant que le produit répond à toutes les attentes. D'un côté, un roman, Hadès Palace, sixième variation (ou déviation) inscrite dans le grand œuvre « Le Rêve du démiurge » cher à l'auteur. De l'autre, Bibliothèque de l'entre-mondes , un travail de recherche beaucoup plus universitaire autour du thème des transfictions. Indispensable guide de lecture qui complétera en beauté les trois guides Folio « SF » précédents (Passeport pour les étoiles, de Valéry, Atlas des brumes et des ombres, de Marcel, et Cartographie du merveilleux de Ruaud), le guide de Francis Berthelot définit enfin (et avec élégance) l'indéfinissable : les romans et textes qui relèvent de l'imaginaire sans y appartenir vraiment, les histoires bizarres, tordues, vicieuses et si personnelles que la grande famille de la S-F ne pouvait qu'y retrouver ses petits. Dès lors, après une introduction qui explique avec à propos les raisons qui font basculer un roman mainstream dans la transfiction (processus détaillé allègrement et que l'on pourra résumer en un seul mot lourd de sens : transgression), Francis Berthelot convoque son lecteur et le promène agréablement au milieu d'œuvres aussi classiques que Le Rivage des syrtes, Le K ou Gormenghast, tout en s'autorisant quelques pas de côté (c'est là tout le sel du livre) en évoquant des œuvres beaucoup plus singulières, voire méconnues (dont on pourra citer Lanark, de Gray, ou encore L'Autre côté, de Kubin). Au final, la Bibliothèque de l'entre-mondes rassemble cent fiches de lecture, mais c'est plutôt mille qu'il faudrait, tant le voyage est inépuisable. Reste que Berthelot livre ici un travail de pionnier qui fera date et ouvre un chemin que l'on espère royal. Aux autres de prendre la relève et d'augmenter un corpus qui réconcilie enfin les genres tout en les séparant. Paradoxe ultime, sans doute, mais vrai plaisir de lecture, vraie balade riche en découvertes et chemins de traverses, avec le gai savoir pour seule récompense, ce qui n'est pas mal quand même 1.

     [...] 2


     Résumons. Nous avons le Berthelot romancier et le Berthelot chercheur. Miracle, les deux se complètent harmonieusement et nous passionnent toujours autant. Chapeau, monsieur. Beau travail, comme on dit à la Légion.

Notes :

1. Précisons que nous consacrerons, dans notre prochain numéro, une étude plus détaillée, signée Jacques Goimard, à cet essai de Francis Berthelot. [NDRC]
2. La partie de la chronique consacrée à Hadès Palace n'est pas reproduite ici [note de nooSFere]


Patrick IMBERT
Première parution : 1/1/2006
dans Bifrost 41
Mise en ligne le : 23/4/2007


     Pour éviter tout malentendu, il importe de considérer ce livre comme ce qu'il est : un petit guide de lecture, et non une encyclopédie (on recommande donc au lecteur de lire d'abord la page 134, où l'auteur expose son ambition et en définit les limites). Qu'est-ce qu'une transfiction ? En gros, une œuvre difficilement classable, située quelque part entre l'imaginaire et la littérature générale.

     L'analyse du phénomène se concentre sur la première partie du volume, tandis que la seconde (Ici et ailleurs : chronologie des transfictions, classées par continents) et surtout la troisième (Panorama : liste d'œuvres, une par auteur, en ordre alphabétique) sont davantage des catalogues commentés. Qui lira le texte in extenso pourra regretter que les trois parties se répètent plus qu'elles ne se complètent. Mais si l'on voit dans le Panorama un manuel auquel se reporter pour telle ou telle entrée particulière, les redondances ne poseront pas problème.

     La première partie éclaire donc le lecteur sur la nature des transfictions et sur leurs caractères propres, qui restent (par définition, pourrait-on dire) difficiles à cerner. De surcroît (et toujours par définition), il faut parfois les débusquer dans les collections mainstream (exemple : 1984 d'Orwell), parfois au rayon SF, merveilleux ou fantastique des librairies (exemple : Le berceau du chat de Vonnegut). Les contours de ce nouveau « genre » restent donc assez flous pour permettre à chaque lecteur de se forger une image personnelle de ce que recouvre le terme de transfiction (ce qui, selon le point de vue, peut être perçu comme une force ou comme une faiblesse du concept). Pour être imprécis, le territoire délimité n'en est cependant pas abstrait, puisqu'il est explicitement fait référence à de nombreux textes, pertinemment analysés de surcroît. Mais à ce stade risquent d'apparaître, pour certains lecteurs, les difficultés.

     Répétons-le : impossible d'être exhaustif dans un tel cadre. Mais gageons qu'en dépit des précautions oratoires prises par l'auteur à ce sujet, d'aucuns ne manqueront pas d'exprimer leur scepticisme quant au choix des œuvres retenues pour illustrer le propos. On pourra par exemple s'étonner de trouver sous le nom de Philip K. Dick les deux seuls Ubik (pure speculative) et Le Maître du Haut Château (pure uchronie) sans que mention soit faite de la Trilogie Divine, qui semble pourtant passer bien mieux que tout autre Dick les tests de « transfictionalité » imaginés par l'auteur. Par ailleurs, peut-on sérieusement considérer que la carrière littéraire de Christopher Priest ne commence véritablement qu'avec La Fontaine Pétrifiante ? (même si dans ce cas, le choix de l'œuvre comme transfiction n'est pas contestable). Enfin, et même si la notoriété n'est pas en soi un argument de sélection, les esprits chagrins déploreront que certains livres devenus ou restés mineurs trouvent place à égalité d'éloges avec d'indiscutables chefs-d'œuvre classiques...

     Bref, la liste des récriminations ne manquera pas de s'allonger au gré des connaissances, voire des goûts, de chaque lecteur — mais c'est la loi du genre. En vertu de quelle loi l'auteur d'un tel essai n'aurait-il pas droit lui aussi à la subjectivité ? Quelles que soient les imperfections que tout un chacun pourra trouver dans ce guide de lecture, un constat s'impose : on ressort de cette visite guidée de la bibliothèque de Berthelot avec une curiosité nouvelle qui promet un élargissement des horizons littéraires. Comment ne pas saluer un travail qui vous précipite dans une obscure librairie provinciale à portée et vous donne envie de lire (ou relire) Paul Auster, Italo Calvino, Julio Cortázar, Franz Kafka, Ernst Jünger, Vladimir Nabokov, Arto Paasilinna, Bruno Schultz, José Carlos Somoza, Virginia Woolf ou... Francis Berthelot ? Le foisonnement de romans dont il est question ici permettra au moins à chacun de trouver à son pied chaussures qu'il n'a pas encore portées.
Bruno della Chiesa & Xavier Noÿ

Bruno DELLA CHIESA
Première parution : 1/4/2006
dans Galaxies 39
Mise en ligne le : 10/2/2009


 
Base mise à jour le 18 juin 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.