Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Mondes perdus de Clark Ashton Smith

Jean MARIGNY


Illustration de Clark Ashton SMITH
La CLEF D'ARGENT

Dépôt légal : novembre 2004
28 pages, catégorie / prix : 5 €
ISBN : 2-908254-44-1
Genre : Fantastique 
Sous-titré "D'Atlantis à Zothique".


Couverture

    Quatrième de couverture    
     Connu tardivement en France, puisque les premières traductions de ses oeuvres datent de la fin des années 1960, Clark Ashton Smith (1893-1961), correspondant et ami de Lovecraft et de Robert E. Howard, est l'un des pionniers de la fantasy aux États-Unis. Ses nouvelles s'organisent pour la plupart en cycles et elles ont pour théâtre des contrées imaginaires qui peuvent être soit des continents disparus appartenant au patrimoine imaginaire de l'humanité comme l'Atlantide, l'Hyperborée, ou la Lémurie, soit des contrées qu'il a totalement imaginées comme Averoigne, cette étrange province qu'il situe au coeur de la France médiévale et dont il a calqué le nom sur celui de la province d'Auvergne, soit un continent du futur comme Zothique, soit encore de lointaines planètes comme Lophai, Yondo, ou Xiccarph. Les continents terrestres décrits par l'auteur peuvent être qualifiés de « mondes perdus », dans la mesure où ils semblent situés, selon une expression empruntée au titre de l'un de ses recueils, « en dehors du temps et de l'espace », et où ils sont irrémédiablement voués à la destruction. C'est à l'étude de ces mondes perdus que la présente étude est consacrée.

     Jean Marigny, professeur émérite de l'Université Stendhal à Grenoble, où il enseignait la littérature anglaise et américaine, est maintenant connu du public grâce à ses travaux sur le vampire : Le Vampire dans la littérature anglo-saxonne (Didier-Érudition, 1985), Sang pour sang : le réveil des vampires (Découvertes/Gallimard, 1993), Le Vampire dans la littérature du XXe s. (Honoré Champion, 2003). Il est le fondateur du GERF (Groupe d'Études et de Recherches sur le Fantastique) qu'il a dirigé pendant de nombreuses années à l'Université Stendhal, et il est membre de la branche canadienne de la Transylvanian Society of Dracula. Il a également traduit et présenté pour la première fois en langue française un des classiques de la littérature vampirique outre-Atlantique, le roman de l'écrivain américain d'origine allemande George Sylvester Viereck : La Maison du Vampire (La Clef d'Argent, 2003).

 
    Critiques    
     Clark Ashton Smith est l'un des mythiques auteurs — et poètes — américains de fantastique et fantasy ayant publié dans la revue Weird Tales, ami de Lovecraft et de Howard. Smith était un artiste complet, puisqu'il sculptait et peignait également. Son oeuvre écrite est essentiellement composée de nouvelles, qui la plupart du temps s'articulent en cycles. Parmi ceux-ci, Jean Marigny a choisi de s'intéresser à ceux concernant les mondes perdus, soit l'Atlantide, la Lémurie (hypothétique continent qui aurait relié l'Afrique à l'Asie du sud-est) et l'Hyperborée. Il y adjoint Zothique, principale série de l'auteur avec seize récits, qui bien que située dans le futur, se passe après que les glaces des pôles aient fondu et quasiment recouvert la planète.
     Après une présentation de ces quatre cycles, et notamment une précieuse car complète bibliographie, Marigny s'intéresse à la mise en oeuvre de ces mondes perdus : ils se dévoilent à nos yeux par le biais de nouvelles éparses qui, juxtaposées, nous donnent à connaître leur histoire globale. Enfin, cet essai se conclut par une analyse du pessimisme de l'auteur : en effet, chez Klarkash-Ton , comme l'appelait HPL dans ses récits du mythe de Cthulhu, pas de rémission, ses héros sont de stature moyenne (contrairement aux protagonistes d'un Robert Howard, Conan en tête), et donc confrontés à des forces qui les dépassent, s'avouent fatalement vaincus. C'est d'ailleurs cette caractéristique de l'oeuvre de Smith qui a permis à celle-ci de passer les décennies sans une ride, et qui nous fait regretter aujourd'hui qu'aucun éditeur ne se soit lancé dans une réédition de l'intégrale des textes de l'auteur. Remercions donc Jean Marigny et la Clef d'Argent, ardent promoteur de l'oeuvre de l'auteur, de nous livrer ce petit mais précieux fascicule.


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 21/11/2004 nooSFere


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies