Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Monde tous droits réservés

Claude ECKEN



Illustration de Éric SCALA

BÉLIAL'  n° (31)
Dépôt légal : mars 2005
368 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 2-84344-062-9   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
Sous le titre Le Monde, tous droits réservés   POCKET, 2009 sous le titre Le Monde tous droits réservés, 2009

    Quatrième de couverture    
     Aujourd'hui : le futur...

     Imaginez un monde où les organes de presse auraient le pouvoir de copyrighter l'information...
     Un monde où il serait possible de déléguer les tâches subalternes auprès de clones et mener ainsi plusieurs vies de front...
     Un monde où les génotypes seraient contrôlés par l'État et où, avant votre naissance, votre avenir serait prédéterminé en fonction d'un ADN attribué...
     Un monde où il serait possible de parcourir l'univers en s'incarnant dans des entités extraterrestres...
     Un monde qui, ayant banni la mort, punirait le suicide par une peine de vie à perpétuité...
     Imaginez... demain.

     Depuis la sortie de son premier roman, L'Abbé X en 1984, Claude Ecken a écrit une vingtaine d'ouvrages, récits, livres illustrés et bandes dessinées. Nouvelliste rare, couronné par le prix Rosny Aîné à deux reprises (en 2001 et 2004), il a publié la plupart de ses textes récents dans la revue Bifrost et les anthologies du Fleuve Noir. Enfer clos, son dernier roman, a été salué par une critique enthousiaste et unanime.
     Le Monde tous droits réservés propose une sélection de ses meilleurs récits de science-fiction, douze nouvelles pour autant de visions vertigineuses de notre futur possible, douze textes aux problématiques câblées sur notre présent, dans la droite ligne des meilleurs nouvellistes anglo-saxons, Greg Egan en tête.

    Sommaire    
1 - Roland C. WAGNER, Avant-propos, pages 13 à 17, Introduction (lire ce texte en ligne)
2 - Le Monde, tous droits réservés, pages 19 à 61
3 - Membres à part entière, pages 63 à 79
4 - Edgar Lomb, une rétrospective, pages 81 à 100
5 - L'Unique, pages 103 à 153
6 - Les Déracinés, pages 155 à 162
7 - Esprit d'équipe, pages 165 à 172
8 - Fantômes d'univers défunts, pages 175 à 211
9 - La Bête du recommencement, pages 213 à 221
10 - Éclats lumineux du disque d'accrétion, pages 223 à 279
11 - La Dernière mort d'Alexis Wiejack, pages 281 à 292
12 - En sa tour, Annabelle, pages 295 à 301
13 - La Fin du Big Bang, pages 303 à 359
14 - Coda, Futurs scénarios, pages 361 à 362

    Prix obtenus    
Grand Prix de l'Imaginaire, nouvelle / Short story, 2006
Prix obtenus par des textes au sommaire :
Éclats lumineux du disque d'accrétion : Rosny aîné, nouvelle / Short story, 2004
La Fin du big bang : Rosny aîné, nouvelle / Short story, 2001
 
    Critiques    
     Claude Ecken est un écrivain discret. Il appartient à cette génération d'auteurs ayant fait leurs premières armes au Fleuve Noir, au début des années 80. Vingt-cinq ans de création, critiques, romans et donc nouvelles, dont le Bélial' propose un pot-pourri. A deux ou trois exceptions près, la plupart des textes présentés sont issus de plaquettes à tirages confidentiels. D'où l'intérêt d'une telle initiative.

     Ecken défend une certaine idée de la science-fiction. Deux exigences mènent son travail : inventer des histoires qui se nourrissent d'une documentation scientifique précise, sans négliger la dimension humaine. Le texte d'ouverture du recueil, qui lui donne aussi son titre (une réflexion sur le devenir du réel, au cœur d'une civilisation qui a érigé l'information en spectacle, en marchandise soumise aux règles d'une économie cannibale), est à cet égard surprenant, puisque l'argument scientifique, la science, y est réduit à sa portion congrue. C'est que, comme le signale le préfacier Roland C. Wagner : « traitant d'un sujet qui ne nécessite pas d'approfondissements, ni d'extrapolations scientifiques, sauf de légères anticipations technologiques, il a eu cette fois recours aux techniques du roman noir, un genre [...] qui possède une dimension sociologique assez forte pour que cette extrapolation passe par lui. » La démarche de l'auteur consiste donc en un savant procédé de va-et-vient entre perspectives multiples, l'approche scientifique ou « sociologique » venant nourrir, compléter l'approche purement narrative, l'une éclairant l'autre et inversement. L'effet, saisissant, se répète dans la plupart des textes suivants. Quelques leitmotivs remplissent les mondes décrits par l'auteur : l'évolution du concept de progrès, la vitesse, l'angoisse née d'un environnement où la science et la technologie dominent.

     « L'Unique » dépeint une société strictement utilitariste, où le génie génétique tient lieu de système reproductif ; les hommes sont programmés d'avance, selon leur ADN, et les individus considérés comme simples rouages de la Machine sociale. De fait, les possibilités d'altération de la génétique, et la déshumanisation subséquente, sont d'évidence des thèmes chers à l'auteur, puisque ayant fait l'objet de deux préquelles, « Esprit d'équipe » et « Les Déracinés ». Le futur rend fou ou aliène. La pression presque insupportable exercée sur les protagonistes ne leur laisse guère de choix : s'adapter ou mourir. Certains s'adaptent au prix fort (« Membres à part entière ») ; d'autres préfèrent embrasser la camarde plutôt que s'intégrer et perdre leur âme. Mais que faire quand même la mort vous est refusée ? (« La Dernière mort d'Alexis Wiejack »). Reste la fuite : par translation de conscience pour Edgar Lomb (« Edgar Lomb, une rétrospective ») ; aux marges de la société pour les paumés de « Eclats lumineux du disque d'accrétion » ; ou bien encore dans les univers divergents de la physique quantique (« Fantômes d'univers défunts », « La Fin du Big Bang »). Ce dernier récit figurant sans doute parmi les plus beaux qu'a produit le domaine dans notre langue. Si la tonalité d'ensemble est plutôt inquiétante, et si dangereuses sont les visions du futur annoncé, Ecken n'oublie pas qu'il a de l'humour (« Futurs scénarios » en fin de volume) et qu'il est capable de superbes respirations poétiques (« En sa tour Annabelle »). Un nouvelliste inspiré, donc, s'inscrivant dans la lignée des Huxley, Sturgeon, Ballard et, pour les contemporains, d'un Greg Egan (en moins froid). Leur point commun ? Etre représentatifs de l'idée du futur fantasmé par leurs époques respectives, en équilibre entre l'avenir présent et le présent à venir. Comme le dit l'auteur en préface : « la S-F, c'est regarder le monde contemporain. On ne peut bien parler du présent qu'au futur ». Du très bon, en somme.

Sam LERMITE
Première parution : 1/10/2005 dans Bifrost 40
Mise en ligne le : 19/5/2008


     Claude Ecken est un écrivain qui aime les défis, les paris littéraires risqués. Il l'avait déjà prouvé avec Enfer clos, son précédent roman. Il le démontre à nouveau avec Le Monde, tous droits réservés, une sélection de ses meilleurs récits de science-fiction, des années 80 à aujourd'hui. Ce qui frappe d'emblée, c'est la multiplicité des thèmes abordés et la totale cohérence de l'ensemble. Car la première des qualités de cet auteur, c'est de savoir faire des choix tranchés et de s'y tenir. Ce qui s'illustre ici avec force, c'est d'abord une certaine idée de la science-fiction : des fictions particulièrement inventives, de la prospective sociale, et l'exigence d'être toujours scientifiquement crédible. Ajoutez à cela une écriture soutenue, d'une précision infaillible. Et vous obtenez une œuvre magistrale, où le lecteur va de surprise en surprise, s'immerge dans des récits complexes, aux concepts osés et novateurs.

     Le meilleur exemple, c'est sans conteste la nouvelle intitulée Éclats lumineux du disque d'accrétion. L'action se situe dans une société future en plein chaos social. On suit le parcours croisé de plusieurs personnages, dont quelques exclus du système. La tension est palpable et augmente jusqu'à l'apothéose finale, une manifestation qui tourne mal. Le récit est entrecoupé d'interrogations scientifiques sur l'origine des trous noirs. Un tel procédé narratif, alternant discours scientifique pointu et pure fiction pourrait s'avérer un peu pesant. Et c'est tout le contraire qui se produit. Il crée à la lecture un véritable effet de loupe, l'impression d'assister à ces événements par l'intermédiaire d'un verre grossissant. Discours scientifique et fiction se complètent, s'éclairent mutuellement. La narration est en parfaite adéquation avec le sujet traité. Il y a multiplication des perspectives. C'est le choc de l'infiniment grand (l'univers) et de l'infiniment petit (l'humain). L'effet est saisissant, imparable. Ecken parvient à faire preuve d'une modernité absolue, tout en restant fidèle aux préoccupations politiques et sociales héritées de la SF française des années 80. Il se permet même d'aborder certains thèmes chers aux auteurs cyberpunk, mais en le faisant d'une toute autre manière (voir la préface très éclairante de Roland C.Wagner). Bref, c'est du grand art.

     On retrouve les mêmes qualités dans La Fin du Big Bang ; L'Unique ; Fantômes d'univers défunts. Des réflexions profondes et innovantes sur l'évolution de la génétique, les univers parallèles, la mécanique quantique... De la hard science ? Pas seulement. Et surtout sans le côté un peu « sec » qu'elle a souvent. Car Ecken n'oublie ni l'humain ni sa psychologie. Et si on pense parfois à Greg Egan, on pense également à certaines nouvelles de J.G. Ballard.

     D'autres récits, plus courts, montrent d'autres facettes du talent d'Ecken. Esprit d'équipe, où un homme est poursuivi par ses cinq clones, tous bien décidés à se débarrasser de lui : un texte au rythme trépidant et à l'humour burlesque ; Edgar Lomb, une rétrospective, à l'imaginaire très « lovecraftien » ; Membres à part entière, d'une ironie mordante sur l'arrivisme et la capacité d'adaptation de l'être humain...

     Douze nouvelles d'une rare qualité littéraire, douze chroniques intenses, inspirées, souvent vertigineuses, jamais répétitives. Aucun doute : une fois de plus, Claude Ecken a réussi son pari. Voilà de la science-fiction courageuse, qui va de l'avant, qui explore le genre dans toutes les directions possibles, le creuse, le réactive en profondeur et s'interroge sur ses enjeux futurs. Le Monde, tous droits réservés est une somme qui fera date : Claude Ecken est décidément un écrivain au parcours fascinant. On attend la suite avec une vraie impatience.

Xavier BRUCE
Première parution : 1/6/2005 dans Galaxies 37
Mise en ligne le : 20/1/2009


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 63548 livres, 60561 photos de couvertures, 58139 quatrièmes.
8014 critiques, 34851 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.