Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

La Tour de Babylone

Ted CHIANG

Titre original : Stories of Your Life and Others, 2002
Science Fiction  - Traduction de Pierre-Paul DURASTANTI & Jean-Pierre PUGI
Illustration de MANCHU
DENOËL, coll. Lunes d'Encre n° (76), dépôt légal : avril 2006
352 pages, catégorie / prix : 20 €, ISBN : 2-207-25456-9

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Entre 1991 et 2002, Ted Chiang a écrit huit nouvelles (toutes réunies dans ce recueil). Ces textes, ciselés par un véritable surdoué, ont été récompensés par une kyrielle de prix littéraires. « La tour de Babylone », la première nouvelle publiée par l'auteur, a eu les honneur du prix Nebula. « L'histoire de ta vie » a été récompensée par un autre Nebula et le Theodore Sturgeon Award. « Soixante-douze lettres » a été nominée au prix Hugo et a reçu le Sidewise Award. « L'enfer, quand Dieu n'est pas présent » a reçu les prix Hugo et Nebula. On trouve ainsi au sommaire de ce recueil : deux brillantes uchronies, un thriller paranoïaque haletant, une histoire de deuil et d'anges, une rencontre avec des extraterrestres, une autre avec la post-humanité...
     Huit textes dont la somme dessine le potentiel hors du commun d'un auteur d'ores et déjà célèbre dans le monde de la science-fiction anglo-saxonne malgré son impardonnable manque de prolixité.

     Ted Chiang est né en 1967 à Port Jefferson, État de New York. Il vit actuellement dans la région de Seattle où il travaille dans l'industrie informatique


    Sommaire    
1 - La Tour de Babylone (Tower of Babylon), pages 7 à 38, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
2 - Comprends (Understand), pages 39 à 88, trad. Jean-Pierre PUGI
3 - Division par zéro (Division by Zero), pages 89 à 114, trad. Jean-Pierre PUGI
4 - L'Histoire de ta vie (Story of Your Life), pages 115 à 176, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
5 - Soixante-douze lettres (Seventy-Two Letters), pages 177 à 243, trad. Jean-Pierre PUGI
6 - L'Évolution de la science humaine (The Evolution of Human Science / Catching Crumbs from the Table), pages 245 à 249, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
7 - L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent (Hell is the absence of God), pages 251 à 285, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
8 - Aimer ce que l'on voit : un documentaire (Liking what you see, a documentary), pages 287 à 333, trad. Jean-Pierre PUGI
9 - Notes sur les textes, pages 335 à 341, Notes, trad. Pierre-Paul DURASTANTI & Jean-Pierre PUGI
10 - Remerciements, pages 343 à 343, Notes, trad. Pierre-Paul DURASTANTI

    Prix obtenus    
Locus, recueil, 2003
Bob Morane, nouvelle / Short story, 2007
Bob Morane, prix spécial, 2008
Prix obtenus par des textes au sommaire :
Comprends : Asimov's (prix des lecteurs), novelette, 1992
L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent : Hugo, novelette, 2002, Locus, novelette, 2002, Nebula, novelette, 2002
L'Histoire de ta vie : Nebula, novella / Court roman, 1999, Theodore Sturgeon, [sans catégorie], 1999
La Tour de Babylone : Nebula, novelette, 1990
 
    Critiques    
     Ted Chiang appartient à une curieuse famille d'écrivains. Celle d'auteurs dont on n'entend jamais — ou rarement — parler et qui, tout d'un coup, surgissent comme des météores éblouissants dans le ciel. La famille un peu retirée des écrivains trop rares, mais surdoués. Huit nouvelles publiées entre 1991 et 2002, c'est peu. Ces huit nouvelles traduites et réunies chez Denoël dans le recueil La Tour de Babylone, c'est un plaisir raffiné !

     Chacun de ces textes est un petit bijou d'orfèvrerie littéraire. Ted Chiang doit certainement passer beaucoup de temps à polir ses écrits avant de les livrer au public, ce qui expliquerait son manque de prolixité. Mais, d'emblée, en se plongeant dans l'histoire du mineur Hillalum, dont la tâche sera de creuser la voûte du ciel au sommet de la tour de Babylone, le lecteur entre dans le texte comme dans de la matière : c'est dense, c'est solide, c'est immense, ça a l'air réel. La crédibilité est au rendez-vous, même quand les mineurs s'acharnent à percer le ciel. La Tour de Babylone est une nouvelle impressionnante et belle, dont la chute crée une nouvelle cosmogonie, pas moins.

     Avec la science en leur cœur, écrits avec une implacable logique et un évident esprit scientifique, les textes de Ted Chiang sont parfois d'un accès difficile. Science médicale, avec un traitement hormonal qui donne au narrateur de Comprends une intelligence véritablement surhumaine. Science mathématique, dans Division par zéro, une histoire ardue dans laquelle une mathématicienne perturbée parvient à démontrer logiquement la fausseté de son sujet d'études. Science linguistique, dans cette admirable nouvelle intitulée L'histoire de ta vie, où une mère parle à sa fille de ses tentatives de communication avec des extraterrestres débarqués sur notre planète. Elle y use d'un temps inédit, genre passé-futur, en des phrases du style : « Je me souviens d'un jour d'été quand tu auras seize ans ». Écriture originale, certes, mais liée de si près au langage des extraterrestres qu'elle finira par percer... et qui découle de l'intérêt que Chiang porte aux principes variationnels en physique ! La beauté insolite d'une hypothèse scientifique poussée dans ses derniers retranchements.

     La science, oui, mais aussi la religion. Soixante-douze lettres revisite le thème du golem et des automates, dans un récit assez pesant qui devient dynamique et haletant sur la fin. Formidable récit aussi, L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent traite de la justice divine. L'incroyant Neil Fisk, dont la femme a été tuée par l'apparition de l'Ange Nathanaël, cherche à tout prix à découvrir un moyen d'aimer Dieu pour pouvoir la rejoindre au Paradis. Jusqu'à devenir un « chasseur de lumière » et à prendre tous les risques.

     Le recueil se conclut sur une application future de la neurologie. Dans un récit à plusieurs voix, les opinions s'affrontent pour ou contre l'application pratique d'une technique qui permet d'inactiver la zone du cerveau qui perçoit la beauté. Plus de discrimination : tous les êtres humains sont maintenant égaux, quelle que soit leur apparence. Égaux, vraiment ?

     Prix Nebula, Theodore Sturgeon Award, prix Hugo... Les nouvelles de Ted Chiang ont reçu ces récompenses. Ça aussi, c'est logique ! Peu d'auteurs sont capables, comme lui, d'évoquer des hypothèses scientifiques sous tous leurs aspects. Bien entendu, vous savez ce qu'il vous reste à faire ?...

Jean-François THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/6/2006
dans Galaxies 40
Mise en ligne le : 15/2/2009


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.