Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Veillée de Newton

Ken MacLEOD

Titre original : Newton's Wake
Traduction de Olivier DEBERNARD
Illustration de Stephan MARTINIÈRE
BRAGELONNE, coll. Science-fiction n° (9)
Dépôt légal : août 2006
368 pages, catégorie / prix : 20,00 €
ISBN : 2-915549-93-1   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     A la fin du XXIe siècle, l'humanité passa à deux doigts de l'extinction.
     L'éveil à la conscience des IA militaires plongea la Terre dans une guerre cataclysmique. Mais aussi rapidement qu'elles avaient vu le jour, ces entités disparurent, laissant derrière elles des îlots de survivants. Certains d'entre eux s'enfuirent alors dans les étoiles grâce à un réseau de portails reliant les mondes, issu de la technologie IA. Ils colonisèrent ainsi Eurydice, une planète dont la surface portait également les stigmates d'une guerre passée.

     Trois siècles plus tard, d'autres Terriens décident de se rendre à leur tour sur Eurydice. Malheureusement, leur arrivée va bouleverser la tranquillité de la colonie : d'anciennes machines de guerre sont sur le point de se réveiller...

     L'histoire va-t-elle se répéter ?

     Ken MacLeod est né en 1954 dans les îles Hébrides, à l'ouest de l'Ecosse. Diplômé de l'Université de Glasgow en zoologie, il a écrit une thèse sur la biomécanique et travaillé comme programmeur. Auteur de neuf romans, il se situe au cœur même de la mouvance du Nouveau Space Oera. Ses romans et nouvelles ont remporté deux prix Prometheus (pour la SF d'inspiration libertaire), un British Science Fiction Award et un Prix Sidewise (décerné aux uchronies).

 
    Critiques    
     Certes, Bragelonne est un éditeur indépendant. Ce qui n'empêche pas cette maison d'être davantage préoccupée par ce qu'elle vend plutôt que par ce qu'elle publie. Ce qui conduit, en matière de fantasy, à proposer d'interminables « histoires de quêtes et de haches » qui me font franchement chier. J'ai d'ailleurs jeté l'éponge depuis longtemps. Cela étant, si Bragelonne édite et vend cette grosse fantasy commerciale, c'est que, quelque part, envers une certaine majorité de lecteurs, dont je ne suis pas, le contrat est rempli. Bragelonne se propose de divertir son lectorat. Cet éditeur en est venu à occuper la niche éditoriale qui naguère abritait le Fleuve Noir. Passage de témoins qui ne s'est bien sûr pas fait sans moult évolutions du public.

     A l'âge d'or du Fleuve Noir, la lecture était un loisir de masse et l'on trouvait quantité de bouquins dans nombre de foyers ouvriers. La télé était alors loin d'être ce qu'elle est devenue. De nos jours, le lecteur s'est fait rare mais vorace. Par contre, et contrairement à ce que, comme d'autres, j'ai cru un temps, la lecture n'est pas devenue une activité élitiste et résolument intellectuelle réservée à une minorité instruite et bien éduquée. Notons que dans les années 50 ou 60, déjà, nombre de gens ne lisaient pas et tenaient cette activité en bien piètre estime. De nos jours — et c'est peut-être nouveau — une part de la classe aisée ne lit plus. Si la pauvreté reste une entrave à la culture, l'aisance ne l'implique plus. Le béotien peut se targuer d'être riche et afficher son mépris de l'intellectuel. La lecture de pur divertissement non seulement subsiste, mais n'est nullement négligeable.

     Si des genres entiers, tels que le western ou le roman de guerre, ont totalement disparu des présentoirs, d'autres survivent, voire se portent à merveille. Le roman de cape et d'épée s'est fondu dans le roman historique qui va bien ; l'espionnage est devenu thriller, phagocytant le roman d'aventures au passage ainsi que le fantastique — mal en point — paré ou non des oripeaux de l'horreur par le biais du thriller mystico-métaphysique, de Tomb Raider à Da Vinci code, où la part belle est laissée à l'action. Polar et roman noir se tiennent bien et ont su évoluer avec l'époque, tout comme le roman sentimental, qui s'est mué en son antithèse la plus radicale, la Belle au bois dormant s'étant métamorphosée en une garce glaciale, cynique et arriviste dont les dents raclent le parquet plus profond qu'un soc de charrue betteravière et dont l'expression la plus pure peut se trouver dans le film Last Seduction. Outre les genres, la forme a aussi évolué. La nouvelle a périclité en tant que genre populaire tandis que, dans le même temps, le roman enflait comme une étoile carburant à l'hélium jusqu'à se scinder en trilogies. Si le traitement de texte a facilité la production de romans énormes, encore fallait-il que le public soit disposé à les accepter. Toujours plus gros ! En fait, les lecteurs n'aspirent plus seulement à un moment d'évasion. La lecture s'intègre désormais dans une stratégie globale, multimédia, de divertissement, et contribue au déploiement d'un univers alternatif plus satisfaisant. D'où les séquelles de Star Wars, etc. Et ces lecteurs/joueurs/spectateurs n'aiment guère changer d'univers. Bien sûr, le « one shot » constitue encore la majeure part de la production.

     La science-fiction de divertissement relève le plus souvent du space opera, la S-F de réflexion quasiment jamais. Vu le lectorat ciblé par Bragelone, il est tout naturel que cet éditeur ait orienté sa nouvelle collection S-F, dont il a confié la direction à Jean-Claude Dunyach, vers le nouveau space opera.

     Qu'est-ce donc que ce « nouveau space opera » dont on nous rebat les oreilles depuis quelque temps ? En quoi diffère-t-il de l'ancien ? En deux points principaux. Il a phagocyté les nouvelles technologies contemporaines — celles qu'un Greg Egan met en scènes dans ses nouvelles et romans par exemples — qui se manifestent par trois éléments majeurs de la batterie de cuisine du faiseur de space op'. La présence d'intelligences artificielles ; la mort n'est plus systématiquement définitive ; l'omniprésence de la nanotechnologie. Un dernier élément, qui n'est pas l'apanage du space opera mais qui est au centre de La Veillée de Newton, est ce qu'il est convenu d'appeler la Singularité. C'est une sorte de Big Bang historique. Un horizon futur fermé. On la rencontrait déjà dans La Captive du temps perdu de Vernor Vinge, et c'est son absence au centre de la trilogie de « L'Œucumène d'or » de John C. Wright (l'Atalante) qui en fait une des œuvres capitales de la période actuelle. Ici, la Singularité est également la clé qui ouvre, qui permet au space opera d'être. Le second point fondamental qui caractérise le « nouveau space opera » est la place de la femme. Très souvent, elle en est l'héroïne. Cela ne décrit nullement un quelconque futur, mais bel et bien la société contemporaine où la grande majorité des lecteurs sont en fait des lectrices, y compris pour le space opera pourtant réputé être une littérature de mecs. On favorise ainsi l'identification du lecteur (féminin) au personnage qui, souvent, ne manque pas de caractères masculins. Ce sont des auteurs telles que Lois McMaster Bujold (outre « Vorkosigan ») ou Carolyn J. Cherryh qui ont popularisé ce type de personnages que l'on trouve aujourd'hui fréquemment sous des plumes masculines telle celle de David Weber, créateur d' « Honor Harrington ». Où Lucinda Carlyle ici même.

     Ce « nouveau space opera » ne nécessite pas la double suspension de l'incrédulité qui est désormais indispensable pour lire en l'appréciant un space op' ancienne manière. La Veillée de Newton s'inscrit bien dans cette démarche et offre un divertissement correct à un lecteur qui aspire à cela. Il ne faut cependant rien en attendre de plus. Il y a quelques longueurs et la construction n'est pas des plus abouties, sans qu'il n'y ait cependant rien de rédhibitoire. Du tout-venant où l'illustration de Stephan Martinière est gâchée par une maquette des plus lourdingue. Pour aficionados.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/4/2007 dans Bifrost 46
Mise en ligne le : 8/9/2008


     La Veillée de Newton est le second roman de Ken McLeod traduit en français. Il s'agit d'un space opera, dans la lignée de La Division Cassini. Dans un futur proche, l'humanité a failli succomber à l'éveil à la conscience des intelligences artificielles militaires, qui ont profité du déclenchement d'une nouvelle guerre mondiale pour numériser massivement les consciences humaines. Puis les IA ont subitement accédé à une singularité avant de disparaître de l'univers, abandonnant derrière elles d'innombrables débris technologiques ainsi qu'un réseau de trous de vers sur lesquels l'humanité fait main basse. Ici, l'auteur privilégie un récit d'action riche en rebondissements aux audacieuses questions métaphysiques qu'il aurait pu développer, comme l'a par exemple fait Scott Westerfeld dans Les légions immortelles, le premier volet de son cycle de Succession. À la place, Ken McLeod se concentre sur les arcanes de la géostratégie des factions humaines. Les Carlyle, spécialistes de la récupération des technologies, atteignent la planète Eurydice où ils réveillent un artefact ; la menace d'une nouvelle extinction plane désormais sur l'humanité. Les vieilles querelles entre d'anciennes factions qu'on croyait disparues renaissent, amplifiées par la résurrection d'individus qui furent numérisés. S'enchaînent alors des voyages dans de nouvelles sociétés d'un exotisme consommé — dont une poignée d'hilarantes curiosités théâtrales qui valent à elles seules la lecture de ce roman ! — , des combats spectaculaires et autres courses contre la montre à des vitesses supraluminiques ou à travers les trous de vers. Bref, s'il n'atteint pas l'ampleur qu'on aurait aimé lui voir, entre autres toutes les questions métaphysiques sur la nature de l'humain — dès lors qu'on peut le reproduire — , ce livre reste tout de même d'une agréable lecture.

Stéphane MANFREDO
Première parution : 1/5/2007 dans Galaxies 42
Mise en ligne le : 26/2/2009


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies