Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Kallocaïne

Karin BOYE

Titre original : Kallocaïn, 1940

Traduction de Gert DE MAUTORT & Marguerite GAY
Illustration de Gyorgy KEPES

OMBRES
Dépôt légal : juin 1988
228 pages, catégorie / prix : 98 F
ISBN : 2-905964-13-8   
Genre : Science-Fiction

L'ISBN donné en quatrième de couverture (2-905964-13-2) est erroné.


Autres éditions
   FORTUNY, 1947
Sous le titre Kallocaïne
   MOUTONS ÉLECTRIQUES (LES), 2016, 2018
Sous le titre La Kallocaïne
   OMBRES, 2015
Sous le titre Kallocaïne
   OREA, 1988

    Quatrième de couverture    
     Fondé sur la surveillance des uns par les autres, la force de l'Etat Mondial est d'avoir érigé la délation e, acte civique. Aussi l'ingénieur Kall n'a-t-il aucun mal à se persuader que sa découverte — une drogue de vérité à laquelle il donne son nom — servira un Etat qui pourchasse sans pitié toute forme d'individualisme. Le viol cérébral qu'il commet sur Linda, son épouse, mettra le doute dans son esprit. Il fera siens aussi les secrets qu'accusés ou suspects soumis à interrogatoire délivrent avec sérénité, comme si, soudain délivrés de l'angoisse, ils retrouvaient leur âme. Contraintes de se libérer du silence, les consciences vont se défaire dans un tissu de révélations qui mettront en péril l'organisation de l'Etat.
     Publié en 1940, La Kallocaïne tente de répondre aux angoissantes questions de son époque. Au-delà du désenchantement propre aux contre-utopies contemporaines (Orwell, Huxley, Zamiatine), c'est autant l'intelligence mise en scène de la naissance d'une conscience qui fait la grandeur de ce récit que sa relation visionnaire du totalitarisme.

     Karin Boye (1900-1941) est la figure majeure de la poésie suédoise d'avant-guerre. Le combat qu'elle mena sa vie durant, écartelée entre l'ardeur de son engagement et son extrême sensibilité à la nature, prit fin par son suicide en 1941, loin des hommes, dans la solitude d'une montagne. A côté de ses recueils de poèmes, elle laissa cinq romans dont le plus célèbre La Kallocaïne.

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition OREA, Les Hypermondes (1988)


 
     Enfin réédité après quarante ans d'oubli en France, toujours très connu en Scandinavie, ce roman suédois prend place parmi les grandes contre-utopies du 20e siècle : Nous Autres, Le Meilleur des Mondes, 1984. Comme dans les deux premières, l'auteur nous présente au travers des yeux d'un de ses membres une société scientiste, dictatoriale, déshumanisée qui vit au rythme de la division du travail avec ses villes de chimistes ou de cordonniers. Léo Kall est chimiste, partisan convaincu et naïf du régime, et son invention, qui donne son titre au livre, permettra une nouvelle étape dans l'évolution de l'Etat Mondial en dévoilant à la police les pensées les plus secrètes de ses citoyens.
     Boye, seule femme dans notre quarteron de contre-utopistes (Zamiatine, Huxley, Orwell), innove dans les rapports sentimentaux de son héros : ce n'est pas une liaison sexuelle illégale qui va lui ouvrir les portes de la révolte ; au contraire son épouse légitime échoue à le faire revenir à des sentiments humains, et il ne se révolte jamais, si ce n'est contre les imperfections d'un système qui accueille son invention avec méfiance, car on se rend compte que la franchise totale des aveux enverrait trop de gens en prison pour que le système puisse fonctionner (Orwell surmontera ce dilemme avec l'invention de la double pensée). Rédigé de ce point de vue inhabituel, le roman est une réussite littéraire autant que politique.
     Deux éditions françaises du livre se disputent en ce moment les faveurs des acheteurs. La traduction est la même, inchangée depuis les années quarante. Celle donnée en référence coûte 20 FF de moins et comporte en prime un panorama des anticipations scandinaves jusqu'en 1940, et je ne saurais trop la recommander.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/9/1988
dans Fiction 400
Mise en ligne le : 22/2/2015




 

Dans la nooSFere : 62447 livres, 58483 photos de couvertures, 56928 quatrièmes.
7958 critiques, 34232 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.