Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Planète des cocus

André HÉLÉNA



Illustration de Jef DE WULF

Armand FLEURY , coll. Le Crépuscule
Dépôt légal : 2ème trimestre 1952
416 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     André Héléna est né à Narbonne, en 1919, à l'heure où l'espoir brillait sur le monde, où l'on pensait que le cauchemar qu'on venait de vivre était le dernier que connaîtraient les hommes.
     Il tient d'un père archiviste et archéologue, issu lui-même d'une vieille famille de marins — certains un peu pirates, avoue-t-il, puisque l'un d'eux fut pendu par les pouces par les Anglais, aux Galapagos — le goût des livres et celui de l'Aventure.
     Du côté maternel, une ascendance terrienne, lui a donné le solide bon sens positif qui est nécessaire à un auteur de pamphlets.
     Car la Planète des Cocus est un pamphlet. Le premier livre d'André Héléna, du reste, n'était pas autre chose. Les Flics ont toujours raison est un éreintage des méthodes d'investigation de certains policiers, que des événements récents viennent de dévoiler : passages à tabac, tortures, privation de nourriture et de sommeil, étc... André Héléna, qui sait de quoi il parle, a sans doute été le premier auteur qui ait le courage de dévoiler ces abus.
     Jusqu'à présent André Héléna avait fait une carrière fort remarquée dans le roman noir. Le Bon Dieu s'en fout, où il attaque les magistrats et les méthodes pénitentiaires, avait été suivi de la Peau de Salvador, attaquant le gouvernement de Franco, puis, des Salauds ont la vie dure et, enfin. Le Festival des Macchabées, qui montrent la Résistance telle qu'elle était, c'est-à-dire constituée par de braves gens, des héros et des hommes de cœur, mais que coudoyaient des aventuriers, des agents doubles et des tueurs de profession. Toute l'horreur, l'ignominie et l'absurdité de la guerre...
     André Héléna a choisi très jeune la liberté puisqu'il n'avait pas dix-huit ans lorsqu'il vint pour la première fois à Paris se mêler à une vie aussi bousculée que celle du cinéma. Puis il s'occupa de .journalisme, posséda une librairie, fit de la représentation pour des produits insecticides et dirigea même une affaire de travaux publics. « II n'y avait rien d'aussi bête, ça consistait à faire des trous », dit-il.
     A part ça, un grand type maigre, indolent, un esprit mordant, caustique, sous lequel percent la tendresse et la pitié. Comme pour Cadet Roussel, tout, chez lui, marche par trois. Il admire trois écrivains : Marcel Aymé, Georges Arnaud et Pierre Humbourg. Il a trois amis : Léo Malet, Albert Préjean et Me Houzaud Danis, son avocat.
     Et il a trois condamnations, notamment pour délit de presse, ecmme tout le monde.

 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66181 livres, 66234 photos de couvertures, 60997 quatrièmes.
8090 critiques, 36214 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.