Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Mondes fantastiques de René Laloux

Fabrice BLIN


Illustration de Roland TOPOR

Le PYTHAGORE
Dépôt légal : novembre 2004
Première édition
Essai, 192 pages, catégorie / prix : 35 €
ISBN : 2-908456-43-5
Genre : Imaginaire



Quatrième de couverture
« Le vrai cinéma, c’est l’animation ! »

Telle est la devise de René taloux, réalisateur de trois longs métrages d’animation aussi superbes qu’atypiques : La Planète sauvage, Les Maîtres du temps et Gandahar.

Personnage réputé pour sa verve gouailleuse et son humour incisif, René Laloux est un véritable auteur militant pour une certaine émancipation du cinéma d’animation. Metteur en scène avant tout, il a systématiquement confié le dessin de ses films à des artistes de talent tels que Roland Topor, Mœbius ou Philippe Caza. Mais par-delà sa diversité graphique, son œuvre fait preuve d’une cohérence remarquable puisque tous ses films illustrent, par le biais allégorique de la science-fiction et du fantastique, une réflexion politique, sociale et philosophique.

Richement illustrée au moyen de documents rares, Les Mondes fantastiques de René Laloux est une biographie très complète, constituée d’une longue conversation avec l’intéressé, ponctuée d’analyses de ses films et retraçant de manière chronologique sa carrière et son parcours personnel. Cet ouvrage est, par ailleurs, enrichi de nombreux témoignages inédits de ses collaborateurs qui, par recoupement, permettent de se faire une idée assez précise d’un homme généreux dont l’œuvre intemporelle fait aujourd’hui partie intégrante du septième art.
Critiques
     Fabrice Blin est un journaliste spécialisé dans le cinéma d'animation, mais aussi un scénariste et réalisateur de courts-métrages, et surtout un admirateur de l'œuvre de René Laloux. Il a voulu partager cette admiration et de faire connaître, par le biais d'un livre, le cinéaste et ses films ainsi que, plus rare, sa façon de travailler. C'est donc en fait une Histoire de l'Animation française que nous livrent, à travers interviews et témoignages, René Laloux mais aussi quelques-uns de ses complices en animation.

     Quand j'ai reçu Les Mondes Fantastiques de René Laloux, j'ai tout de suite pensé qu'il s'agissait d'un ouvrage magnifique. Les splendides dessins de Topor extraits de La Planète Sauvage paraissent encore plus effrayants, ainsi figés. Les croquis préparatoires de Mœbius pour Les Maîtres du Temps ou de Caza pour Gandahar font naître une envie irrésistible de voir ou revoir les films.

     Paradoxalement, le principal reproche qu'on pourra faire à ce livre est d'ordre visuel : sur certaines pages au fond de couleur foncée, les textes, qu'ils soient imprimés en noir ou en blanc, sont illisibles tout comme ceux écrits en beige rosé sur fond blanc. Heureusement, ça ne concerne que quelques pages mais c'est dommage car le lecteur risque de se priver des commentaires passionnants des différents protagonistes.

     Le livre est composé d'un long entretien avec René Laloux, retraçant sa carrière et s'arrêtant sur chacun de ses films. Cette conversation est entrelacée d'interviews plus ou moins longues des dessinateurs des longs métrages de Laloux — Topor pour La Planète Sauvage, Mœbius pour Les Maîtres du Temps et Caza pour Gandahar — mais aussi avec quelques-uns des animateurs ou des producteurs, et avec le regretté Stefan Wul, auteur d'Oms en Série dont est tirée La Planète Sauvage et de L'Orphelin de Perdide, à l'origine des Maîtres du Temps. On saura ainsi qu'une série de dix films TV tous tirés des œuvres de Stephan Wul — dont René Laloux était fan — était prévue mais n'a pas été continuée, on découvrira les difficultés rencontrées par Laloux et ses collaborateurs à travailler en Tchécoslovaquie, en Hongrie ou en Corée du Nord, ou que la musique composée par Gabriel Yared pour Gandahar a dû être retravaillée par deux compositeurs américains pour que le film sorte aux Etats-Unis... Et quelle surprise d'apprendre que Les Enfants de la Pluie, de Philippe Leclerc et Philippe Caza, était la reprise d'un projet de René Laloux qui n'a pas pu se faire !

     Et puis il y a l'homme, René Laloux, décédé alors que ce livre était sous presse. René Laloux que tous ceux qui l'ont connu décrivent comme un « bon vivant », un « humaniste, un homme bon » mais « pas un brave type », un homme capable d'être « incisif », un artiste prêt à aller au bout de ses rêves. Non seulement cinéaste, mais aussi dessinateur, peintre et sculpteur. On regrettera que seules deux de ses peintures soient reproduites dans le livre, et on fermera celui-ci avec une envie chevillée au corps : se procurer, par n'importe quel moyen, les vidéos des films de René Laloux.

Lucie CHENU
Première parution : 1/12/2004 dans Galaxies 35
Mise en ligne le : 6/3/2006

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79103 livres, 91829 photos de couvertures, 75087 quatrièmes.
9022 critiques, 42999 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.