Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Science-fiction et soucoupes volantes

Bertrand MÉHEUST




TERRE DE BRUME (Dinan, France), coll. Pulp Science
Dépôt légal : juin 2007
Essai, 416 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 978-2-84362-352-3   
Genre : Science-Fiction

Nouvelle édition revue et augmentée. Cahier iconographique.



    Quatrième de couverture    
     Au printemps de 1978 un jeune professeur de philosophie publie au Mercure de France, sous le titre Science-fiction et soucoupes volantes, un livre qui va secouer le monde de l’ufologie. Il y montre, textes à l’appui, et avec une précision méticuleuse, que toutes les péripéties étranges décrites après 1947 par les témoins d’ovnis ont été décrites par des écrivains de science-fiction entre 1880 et 1945. Une révélation qui prend à contre-pied les idées de l’époque. La majorité des ufologues vivent encore en 1978 dans la conviction que l’irruption des soucoupes volantes n’a pas eu de précédents imaginaires. Bertrand Méheust leur prouve le contraire et s’efforce de tirer les conséquences de cette antécédence paradoxale du mythe sur la réalité, sans chercher pour autant à réduire les ovnis à la culture. La réflexion qui en résulte aboutit à un livre fascinant, qui est resté sans équivalent dans la littérature ufologique. Science-fiction et soucoupes volantes a ouvert la voie à une approche complète et équilibrée d’un problème chargé d’implications philosophiques et scientifiques.

     Le texte donné ici est celui de 1978. Mais l’auteur a tenu à revenir sur son parcours dans une préface inédite où il examine sans concessions les qualités et les défauts de son ancienne enquête et, en s’appuyant sur sa propre démarche, il s’efforce d’imaginer les voies de l’ufologie future.

     Bertrand MÉHEUST
     Né(e) en 1947
     Professeur de philosophie, sociologue, éthnologie (Paris 7) et membre associé du CNRS.
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition MERCURE DE FRANCE, (1978)



     Il y avait longtemps que je me demandais si les OVNI c'était du lard ou du cochon. Mais à qui faire confiance ? Pas à ces livres, visiblement débiles qui surnageaient dans (a sillage de Planète ou du Matin des Magiciens, sous la plume de quelques polygraphes ou illuminés. Car le fromage est gras, les rats y pullulent ! Sans compter que l'idéologie qui s'en dégage (à savoir que nous sommes trop tarés pour prendre le sort de la planète en mains, qu'il faut que les grands BEM viennent nous calmer, et nous mener gentiment paître sur les vertes collines) si je comprends qu'on s'y abandonne parfois, je ne la prise guère. Et de plus ça débouche souvent sur le culte du grand Gourou, du Big brother ou du petit Furhar. Cette résurgence de la croyance en l'irrationnel lié au cuite des grands anciens (et des saines valeurs !) ça a un petit goût de 1920-30, époque de la naissance des fascismes (voir le livre sur le cinéma de l'époque De Caligari à Hitler, de Kracauer).
     Cela explique mon ignorance, à propos d'OVNl — à part la thèse de C Jung, sur Le mythe Moderne. Eh bien, j'ai eu raison d'attendre, au lieu d'aller m'embourber dans des discours vaseux. Le livre de Meheust — qui ne fournit pourtant aucune réponse tranchée, amène à considérer ce phénomène dans une optique nouvelle, même (et surtout) s'il soulève plus de questions (passionnantes.) qu'il n'apporte des solutions. Et d'emblée on peut tirer un coup de chapeau devant le pari gagné : faire un livre passionnant — ça se lit par endroits comme un roman — sur un sujet aussi piégé, un vrai bâton brenneux. Meheust a trouvé un angle d'attaque du sujet qui est original : l'évolution des formes de ces « objets » et le rapport entretenu avec les formes de l'imaginaire, depuis les « objets mandala », (il s'y attarde peu) jusqu'aux époques verniennes. Ses remarques sur la prise en compte des formes symboliques par la technique, les traitements, les tâtonnements, les problèmes que ça pose, les lumières que ça jette sur le fonctionnement de l'imagination sur la capacité d'innovation des sociétés, sont parmi les plus neuves que j'aie lues depuis longtemps. L'ouvrage s'appuie sur une bibliographie sérieuse (aucun renvoi aux mystérieux manuscrits du Vatican !) et de bonnes illustrations qui viennent de la Maison d'Ailleurs, où Versins officie. Tout une première partie, donc sur le parallélisme étonnent qui s'instaure entre le développement de la SF -productrice d'« objets » que ses héros voient, manipulent ou par lesquels ils sont enlevés, endormis, sauvés, etc. et les témoignages recueillis après vision de ces OVNI, depuis en gros 1880. Rien de net sur la mise en relation des dates où les soucoupes viennent en masse et les dates 1880, 1930, 1S47, 1973 qui sont celles de crises économiques majeures en Occident.
     Mais c'est un régal de se plonger dans ces textes peu connus de Magog, d'Ivoi et d'autres La Hire — à petites doses bien choisies. Et puis de lire les témoignages ? Qui copie sur qui ?
     La seconde partie est moins illustrée, elle passe en revue les hypothèses de divers chercheurs, surtout des adversaires, que l'auteur passe au crible de sa critique, et qu'il tente d'analyser en profondeur, comme Jung, déjà cité. La thèse de Meheust peu à peu prend corps, comme direction de recherche possible : encore plus fantastique que les élucubrations de premier degré, et qui a des chances de proposer des pistes. Prise au sérieux du phénomène des OVNI, des enquêtes, des réfutations partielles et réductrices comme de la naïve croyance. Meheust se place dans la position d'un non-croyant qui écrirait l'histoire du phénomène « dieu » à travers des textes et des témoignages, sans nier la possibilité de phénomènes non encore répertoriés. A lire par les soucoupomanes qui y puiseront des arguments de poids, par les antisoucoupistes qui y trouveront soit un beau roman, soit un modèle d'enquête. Et par tous ceux que les problèmes de la création imaginaire fascinent et que cette habile rencontre de IIIe type entre la SF et les FS (Flying Saucer) enchantera car elle propose des horizons vierges.

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/6/1978
dans Fiction 291
Mise en ligne le : 1/5/2012




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70949 livres, 81378 photos de couvertures, 66145 quatrièmes.
8471 critiques, 38115 intervenant·e·s, 1488 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.