Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Code source

William GIBSON

Titre original : Spook Country, 2007
Science Fiction  - Cycle : The Blue Ant Trilogy  vol.

Traduction de Alain SMISSI
Illustration de Olivier FONTVIEILLE
AU DIABLE VAUVERT n° (47), dépôt légal : février 2008
504 pages, catégorie / prix : 22,00 €, ISBN : 978-2-84626-156-2

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Cyberartistes, trafiquants de technologie, barbouzes désoeuvrées, espions paranoïaques : une guerre du renseignement au temps des leurres informatiques !

     Roman d'espionnage et thriller poétique sur fond de mondialisation, de manigances et de secrets, Code source fait suite à Identification des schémas, « l'un des premiers véritables romans du XXIe siècle », selon le Washington Post.

     « L'inventeur du cyberespace prend un malin plaisir à mélanger réel et virtuel dans ce thriller politique peuplé d'allumés en tout genre. »
Courrier international

     William Gibson vit à Vancouver. Ecrivain visionnaire traduit dans le monde entier, il a pris avant tout autre le pouls de notre temps pour composer, de livre en livre, un tableau saisissant de notre XXIe siècle.

 
    Critiques    
     Le pouls du présent

     William Gibson a-t-il abandonné la science-fiction ? Pas vraiment, mais le fondateur du mouvement cyberpunk s'intéresse maintenant à un futur si proche qu'il s'apparente à notre présent, du moins pour les personnes à l'aise avec les nouvelles technologies. Code Source fait suite à Identification des schémas.
     Hubertus Bigend, fondateur de Blue Ant, engage Hollis Henry, ancienne chanteuse de rock, pour rédiger un article sur les artistes virtuels. Son enquête va la conduire dans des lieux bien inhabituels, à fréquenter des personnages hauts en couleurs : artistes en réalités virtuelles, trafiquants de technologies, anciens espions et autres individus, tous vivement intéressés par un conteneur turquoise qui semble les attirer comme un aimant.
     Le style de Gibson est percutant, fait de phrases courtes et sobres. On se rend rapidement compte que c'est un style purement descriptif. Peu de place pour les sentiments. Tout est décrit, observé, noté, comme si, en quelque sorte, Gibson écrivait un film et non un livre. Effet de décalage assuré.
     Ecrivain visionnaire, William Gibson prend le pouls de notre temps et bâtit, au fil de ses livres, le singulier tableau de notre futur en train de se construire.

Jean-François THOMAS (lui écrire)
Première parution : 28/5/2008
24 heures
Mise en ligne le : 15/12/2008


     Février 2006. Hollis, ex chanteuse du cultissime groupe Curfew, est engagée par Philip Rausch, responsable du journal Node. Le magazine, qui ne compte pour l'instant aucune parution, souhaiterait publier un papier sur le locative art, tendance esthétique actuelle rendue possible par l'usage détourné du GPS. Via une galeriste française, Odile, la journaliste, va faire la rencontre d'Alberto. Par projections coordonnées sur des prises de vues réelles, l'artiste géohacker met en scène ses créations, aussi bien le décès de River Phoenix qu'un cimetière de soldats morts en Irak, qui se complète de croix à mesure que le chiffre des pertes augmente. Ou un mémorial dédié à Helmut Newton, version contemporaine du happening seventies figurant dans le film Les yeux de Laura Mars. Pour y parvenir, Alberto compte sur Bobby Chombo, un musicien dans son genre, sorte de producteur DJ qui injecte l'œuvre dans le monde, réalise les créations virtuelles, si tant est que cette phrase ait du sens.

     Au fil de son enquête, Hollis va découvrir qu'elle travaille en réalité pour le compte de Blue Ant, une firme aussi puissante que discrète, déjà au cœur du roman Identification des schémas. Son créateur, le magnat belge Hubertus Hendrik Bigend, se targue d'avoir la capacité de toujours engager la bonne personne pour un projet donné. Ainsi en allait-il déjà de Cayce, « chasseur de cool » dans le roman précédent (cf. Bifrost n° 37). Bigend souhaiterait retrouver la trace d'un mystérieux container repéré en août 2003 par la CIA lors d'une opération spéciale. Or Chombo parvient périodiquement à le localiser ...

     Autant le dire tout de suite, la lecture de Code source est pénible. Voici un livre dont on ne sait jamais s'il s'agit d'un roman qui prend la forme d'une notice de montage, ou d'un manuel parsemé de « dit-il ». Dans tous les cas, il sanctionne un échec, celui de n'avoir pas su s'approprier l'après Identification des schémas, qui parvenait brillamment à annuler le cyberpunk. Rattrapé par ses propres prédictions, William Gibson ne peut se résigner à devenir écrivain du réel comme n'importe quel romancier mainstream, et se force donc à continuer d'écrire sur le réel. Après nous avoir montré que nous étions acteurs du spectacle, l'auteur décide de nous faire visiter les coulisses. Gibson révèle ses trucs à la façon d'un illusionniste en fin de carrière, démonte ses effets comme on le ferait d'un meuble forcément tendance, juste pour nous convaincre qu'il est toujours à l'avant-garde, comme on le dirait d'un éclaireur qui ne cesserait de se retourner pour être sûr que le gros des troupes suit. « Je suis le meilleur, continuez de me vénérer par pitié ! » semble-t-il dire à ses lecteurs bobos et leurs enfants Übergeeks. S'en suit un délayage qui ne nous épargne aucun poncif, y compris des réflexions rances sur le mode : notre réel n'est peut-être qu'une modélisation. Avec un concept identique, la Grille comme texture virtuelle recouvrant le réel, David Calvo et son Minuscules flocons de neige... parvenait à un résultat plus convaincant. Pour Gibson, le cyberspace n'était qu'une « perspective, une façon de visualiser notre destination. Et avec la grille, on y est ». Parlant de la « plateforme virale » qu'étaient les extraits du Film au cœur d'Identification des schémas, Hubertus Bigend avoue s'en être servi pour vendre des chaussures. William Gibson casse son jouet, avec une lucidité innocente ou un cynisme désinvolte.

     Cela, pour le fond. La forme est une caricature, un « Savoir créer hype » pour atelier d'écriture otaku. Les personnages secondaires se plantent devant la vitrine du styliste Yohji Yamamoto, tripotent un iPod ou tombent en arrêt devant les artefacts signés Philippe Starck. Il ne leur arrive rien ou toujours la même chose, ce qui a un goût de vieux depuis Georges Perec ou le Nouveau roman. Gibson étale son vernis culturel, « l'idéal platonique d'un petit tapis oriental était projeté depuis le plafond », qui remplace l'authentique savoir ou le met à mal. Platon ? Non, il a dit exactement le contraire dans La République, à savoir qu'une représentation est le contraire d'un « idéal ». Pires sont les métaphores enquillées par l'auteur qui parvient à un style boursouflé et académique, quincaillerie d'images outrées faites pour montrer comment on rend le présent bizarre : « vent sauvage et aléatoire », ou « une voiture de police passa dans son propre courant d'air... » ; sans parler du ridicule : « Le pistolet que Brown portait sous sa parka, comme un bandage herniaire exotique en résine composite... » La traduction poussive n'arrange rien, qui accumule les répétitions : « ... Hollis vit les palmiers de Sunset danser follement, comme une troupe de danse mimant les derniers sursauts d'une peste futuriste ». Et encore mieux : « Elle sortit le Powerbook de son sac, le sortit de la veille et essaya de caler l'écran ouvert contre la vitre ».

     La prochaine étape consisterait pour Gibson à ne plus écrire, dans cette veine du moins. Ce dont l'auteur semble avoir pris conscience puisqu'il n'est maintenant jamais aussi bon que dans ses interviews.

Xavier MAUMÉJEAN
Première parution : 1/5/2008
dans Bifrost 50
Mise en ligne le : 22/5/2009


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.