Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Chien du Heaume

Justine NIOGRET


Cycle : Chien du Heaume  vol.


Illustration de Johann BODIN

MNÉMOS , coll. Icares n° (140)
Dépôt légal : novembre 2009
226 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 978-2-35408-066-2   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
« Je ne suis que la voix du fer, de la tempête et des cris des hommes. »

     On l'appelle Chien du Heaume parce qu'elle n'a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broe. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d'une croix, Iynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l'épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemar des hommes de guerre...

     On l'appelle Chien du Heaume parce qu'à chaque bataille, c'est elle qu'on siffle.

     Dans l'univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l'image idéalisée que l'on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu'elle a de plus cher, son passé et son identité.

     Justine Niogret a tout juste trente ans et vit en Bretagne, à deux pas de la forêt de Brocéliande. Amoureuse de la fantasy et du Moyen Âge, elle approfondit ses connaissances romanesques et théoriques en pratiquant la forge et l'équitation. Chien du Heaume est son premier roman.

    Prix obtenus    
Grand Prix de l'Imaginaire, roman, 2010
Imaginales, roman français, 2010
 
    Critiques    
     Justine Niogret s’était jusqu’à présent distinguée par un recueil paru en 2008 aux éditions Calepin Jaune, Et toujours, le bruit de l’orage... Elle nous revient aujourd’hui avec son premier roman au titre étrange, publié chez Mnémos. Mais qui donc est ce Chien du Heaume ?
     Chien, c’est en fait une femme. Une âme seule, qui a oublié son passé, ses origines, ses parents. Elle a fait carrière dans la seule profession qu’elle connaît et maîtrise : le mercenariat. Elle en tire son surnom, puisqu’à chaque bataille, on la siffle, tel un chien. Son instrument de travail, c’est sa hache ornée de serpents. Aussi, lorsqu’elle rencontre le seigneur Sanglier, avec qui elle noue une relation un tant soit peu suivie pour la première fois de sa vie, et qu’elle constate qu’il va peut-être l’aider dans sa quête de ses origines, une lueur d’espoir se fait-elle jour en elle.
     Plus qu’un roman de fantasy, c’est à une véritable saga historique que nous convie Justine Niogret avec ce volume. Pas de magie ici, pas d’éléments fantastiques (hormis l’apparition de la Salamandre ; on y reviendra), juste la fureur des batailles, l’âpreté de la vie dans les châteaux et les forêts alentour, et une quête quasiment désespérée d’identité. Mais une quête un peu fluctuante, tantôt haletante tantôt mise en sommeil : après plusieurs avancées significatives, Chien s’arrête brutalement, tandis que le point de vue narratif passe inconsciemment de la femme à Sanglier. Le roman s’enlise ainsi un peu dans sa deuxième partie, avant de repartir dans un final intense.
     Entre fièvre et instants d’introspection, Niogret essaye de faire partager à son lecteur les tourments de ses personnages. Pour le faire totalement adhérer , il fallait donc que l’auteure puisse l’immerger dans le monde qu’elle fait ressurgir. Et là, mission réussie : tout ça sent le vécu à plein nez : la chaleur réconfortante des auberges, le goût des brouets qu’on y sert, la boue qui envahit les forêts avec la pluie, la chaleur encore, mais aussi le bruit et les odeurs de la forge – pour cette dernière, rien de bien surprenant quand on sait que l’auteure la pratique elle-même en Bretagne. Tout cela est évoqué avec force détails qui montrent un solide travail documentaire préalable, mais dont la rigueur est bien heureusement contrebalancée par une narration envoûtante, dans une langue très travaillée. Le style affirmé de Niogret se traduit ainsi par une sensualité brute dans sa description des personnages et des lieux – on a presque l’impression qu’elle prend son style à bras-le-corps de la même manière que Regehir le fer –, sans jamais perdre de vue qu’il doit se faire efficace quand des éléments doivent être apportés au lecteur. Rarement les hommes, les décors, auront paru si réalistes, si proches de nous. Et à ceux qui douteraient de ses compétences, Justine Niogret propose en fin d’ouvrage un lexique des termes médiévaux dans un tout autre style, nettement plus moderne, et un brin plus iconoclaste.
     Dans sa deuxième partie, ce roman, qui s’orientait vers une trame de quête très classique en fantasy, s’orne de quelques réflexions intéressantes lorsque paraît la Salamandre. Ce personnage, seul élément fantastique du livre, va et vient sans que l’on sache exactement qui il est, ce qu’il veut. Il semble néanmoins porter sur lui tout le poids d’un monde qui change, d’un Moyen Âge qui se modifie peu à peu, à mesure que les batailles se raréfient – plongeant dans les affres du doute les tenants de l’ancien monde comme Sanglier – et qu’arrivent de nouvelles religions qui supplantent les croyances dominantes. Tout devient clair : le propos de Niogret est de nous raconter tout autant la constitution des mythologies du Moyen Âge, leurs évolutions, qu’une simple quête de mercenaire.
     Au final, Chien du Heaume se révèle un excellent premier roman. On lui pardonnera quelques petits défauts (Justine Niogret force parfois un peu trop le trait, et sa gestion de la progression de l’intrigue pêche par instants, notamment dans l’utilisation de quelques grosses ficelles) pour souligner la beauté de la langue, la vitalité de l’intrigue et une volonté certaine de traiter de la mythologie constitutive d’un Moyen Âge ô combien admirablement restitué.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 22/12/2009 nooSFere


     La vie n'a pas été tendre avec Chien et cette dernière le lui rend bien. Courte sur jambes, un peu grasse, le visage couturé de cicatrices, bref un physique ingrat assez éloigné de celui des dames à la licorne, elle taille la route depuis son plus jeune âge. Louant ses talents de tueuse à des employeurs pas toujours très reconnaissants ni recommandables, Chien guerroie pour des causes rarement justes. Pourtant l'amitié rugueuse de ses compagnons d'armes et la carapace qu'elle s'est forgée au fil du temps masquent à peine le vide béant qui la hante. Elle aimerait bien le remplir avec un nom : une identité tangible, un point d'ancrage dans le passé, voire une lignée à laquelle se rattacher. Baste ! De tout cela, elle en a été privée en tuant son père. Un secret au moins aussi lourd à porter que cette hache attachée à sa taille.

     Histoire âpre dans un monde ne l'étant pas moins, Chien du Heaume n'incite guère à la gaîté. Dans un univers crépusculaire, résonnant comme la fin d'un monde, Justine Niogret prend le contre-pied des imbuvables trilogies et autres bidulogies de BCF peuplées d'archétypes répétitifs et de faux antihéros. Ce premier roman d'un auteur dont on a pu lire jusqu'ici qu'une poignée de nouvelles, adresse en effet aux poncifs du genre un malicieux pied de nez et profite de l'occasion pour nous brosser un superbe portrait de femme. Le tout empaqueté dans une langue pseudo médiévale du plus bel effet. Et même si l'ensemble n'est pas parfait, en particulier les quelques fils de l'intrigue ayant recours à l'onirisme (un peu superflu, ou alors manquant de développement), avouons incontinent notre enthousiasme avec un zèle contenu à grand-peine.

     En dépit de l'absence de marqueurs historiques identifiables, toponyme, fait datable ou daté (tout au plus fait-on référence aux Norrois), ou personnages attestés dans les chroniques, Chien du Heaume sonne pourtant authentique. Une authenticité ne craignant ni l'anachronisme, ni le recours aux ressorts d'une fantasy débarrassée ici de la grosse artillerie et de la poudre de merlin-pinpin. Une authenticité rugueuse, brute, qui tousse, pue, ripaille, vit et meurt sans laisser plus de trace qu'une charogne. Au plus près de l'humain, Justine Niogret dépeint une époque obscure, ensauvagée, rythmée par des hivers glacés et des étés ardents. Une époque en passe d'être supplantée par un nouvel ordre plus conforme à l'idéal chrétien. Dans ce Moyen Age encore mal dégrossi, fuyant à la fois les artifices du merveilleux et les dorures héroïques de l'épopée, elle nous embarque dans une quête intime, quasi-viscérale : celle de Chien. Personnage complexe, tourmenté et pourtant capable d'agir sans manifester aucun état d'âme, Chien en devient attachante. Au fil de ses pérégrinations, des étapes, elle rencontre ses contemporains : des vilains prêts à mordre la main qui les protège au moindre signe de défaillance, des mercenaires comme elle, prêts à se vendre au plus offrant, des trouvères à la langue plus ou moins fourchue, des religieux traquant hérésie et paganisme pour imposer leur Dieu et ainsi ouvrir le chemin à l'aliénation en découlant. Enfin, des solitaires comme elle, plongés dans leurs souvenirs, attendant la fin et espérant que l'on se souviendra d'eux. « Un nom fait toute la différence, parce que tout ce qui a de l'importance, sur cette terre, en porte un. »

     En 216 pages, lexique et notes de l'auteur compris, tout est dit, achevé. Et le lecteur, encore ébahi par cette plongée dans un âge obscur, de rester marqué durablement par les êtres de chair et de sang dont il vient de lire l'histoire. Une espèce rare en fantasy. Maintenant, confessons notre impatience de lire Justine Niogret dans un autre registre, par exemple celui dévoilé dans les notes. On en salive d'avance.

Laurent LELEU
Première parution : 1/4/2010 dans Bifrost 58
Mise en ligne le : 17/6/2012


 

Dans la nooSFere : 62662 livres, 58933 photos de couvertures, 57152 quatrièmes.
7958 critiques, 34386 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.