Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Laisse-moi entrer

John Ajvide LINDQVIST

Titre original : Lat den rätte komma in, 2004
Fantastique  - Traduction de Carine BRUY
Illustration de (non mentionné)
TÉLÉMAQUE, dépôt légal : mars 2010
558 pages, catégorie / prix : 22,50 €, ISBN : 978-2-7533-0097-2

Couverture

    Quatrième de couverture    
     « — Oskar...
     Cela provenait de la fenêtre. Il ouvrit les yeux et regarda dans cette direction. Il vit les contours d'un petit visage de l'autre côté de la vitre. Il écarta ses couvertures mais avant qu'il ait eu le temps de sortir de son lit, Eli murmura :
     — Attends. Reste dans ton lit. Est-ce que je peux entrer ?
     Oskar chuchota :
     — Oui.
     — Dis que je peux entrer.
     — Tu peux entrer. »

     Oskar a 12 ans, il vit seul avec sa mère au coeur d'une banlieue glacée de Stockholm. Il est martyrisé par trois adolescents de son collège.
     Eli a emménagé un soir dans l'appartement voisin. Un homme l'accompagnait. Elle sort le soir, semble ne craindre ni le froid ni la neige et exhale une odeur douceâtre et indéfinissable.

     Une magnifique et sanglante histoire d'amour et d'amitié entre deux êtres désespérément seuls et différents.

     « Lindqvist a totalement réinventé le roman de vampire. Délectable, parfaitement déstabilisant : un niveau de violence rare désamorcé par une tendresse inouïe. »
     Daily Express

     « Le parfum d'un nouveau Stephen King... à la fois terrifiant et déchirant. À ne surtout pas manquer. »
     The Times

     « Serait gratuitement dérangeant sans cette intelligence d'écriture unique. »
     The Guardian

     « Tout ce qui fait de Stephen King le king est dans le livre de Lindqvist, plus une touche du meilleur de Ray Bradbury...
     On comprend facilement que ce livre soit devenu un best-seller en Suède et dans le monde entier. »
     Death Ray

     John Ajvide Lindqvist, prestidigitateur et ancien comédien de stand-up pendant douze ans, est devenu par surprise en 2004 avec ce premier roman, l'auteur d'un des plus gros best-sellers en Suède tous genres confondus.

     Il en a signé l'adaptation au cinéma. Le film Let the right one in — Morse a remporté de nombreuses distinctions : Grand prix festival de Gérardmer 2009 — Grand prix festival Tribeca New York 2008 — Grand prix Sitges 2008 — 5 Guldbaggen (Césars) suédois 2009

     Mad Movies**** — Les Inrock**** — Studio Cinelive**** — Libération*** — l'Express*** — Télérama*** — Le Monde*** — Elle***

 
    Critiques    
     Véritable lieu commun du roman fantastique, le vampire imprime dans la rétine du lecteur son image familière et cauchemardesque, au point d'effacer l'archétype originel sous une chape de poncifs éculés. De ses prémisses gothiques à ses développements horrifiques ultérieurs, en passant par les ersatz lissés pour adolescentes à peine pubères, nul ne peut se targuer d'avoir échappé à un moment de son existence à ce mythe à la fois populaire et érudit. Evidemment, face à l'avalanche des variations, des adaptations et autres resucées commerciales, il est devenu très dur de trouver satisfaction. Bref, renouveler suffisamment le thème du vampire, sans pour autant mettre l'héritage à l'encan, semble bien être une gageure. Sur cet aspect des choses, il apparaît, comme on va le voir, que le Suédois John Ajvide Lindqvist ait découvert un angle d'attaque intéressant. Examinons maintenant l'objet de notre exaltation, un roman propulsé au rang de best-seller, du moins dans son pays natal, ce qui nous redonnerait presque foi en l'humanité.

     Banlieue de Stockholm, 1981. Jeune garçon de douze ans, Oskar habite avec sa mère un appartement dans le quartier de Blackeberg, à l'ouest de la capitale suédoise. Un lieu voulu comme une vitrine de la réussite de la démocratie sociale suédoise dans les années 1950, mêlant habitat social collectif, parcs boisés, lacs, pistes cyclables et voies piétonnières. Depuis cette époque, la cité s'est muée en banlieue laborieuse et monotone où traînent le soir alcooliques titubants et jeunes désœuvrés flirtant avec la délinquance. Mal dans sa peau, grassouillet et craintif, Oskar partage son existence entre l'école du quartier et le domicile maternel. En cela, il n'est pas tellement différent des autres gamins de son âge, à un détail près. Doté d'une imagination fertile et d'une certaine intelligence, il aime échafauder des mondes et des personnages imaginaires. Trop fragile, trop rêveur, trop différent. Peut-être est-ce pour ces raisons que la bande de Jonny l'a choisit comme souffre-douleur. Le surnommant Cochonou, Jonny ne lui laisse aucun répit. Malheur à lui s'il se distingue en classe ou s'il esquisse le moindre geste de résistance. Les brimades et les humiliations ne tardent alors pas à fuser.

     Sur cette intrigue classique, John Ajvide Lindqvist greffe une trame où vient faire irruption l'Inconnu, incarné ici par la figure du vampire. Le mythe vampirique sert en effet de catalyseur, ce qui ne veut pas dire que l'auteur le néglige pour autant, bien au contraire il le traite d'une façon originale et inédite, du moins à ma connaissance. Délaissant le point de vue du chasseur, les van Helsing et autres agités de la gousse, et par la même occasion celui du monstre, il se focalise sur celui de son compagnon, l'humain élu pour devenir son ange gardien. Sur ce point, Lindqvist est d'une efficacité et d'une sobriété exemplaire. Il intègre divers éléments du mythe vampirique — le besoin de sang, la régénération, la faculté de se transformer, la déconnexion diurne, la crainte du soleil... — tout en désamorçant les clichés qu'ils véhiculent. L'auteur façonne ainsi une histoire humaine, touchante et subtile, animée par des personnages secondaires dotés d'une certaine épaisseur. Un récit manifestant également de solides qualités de thriller, lorsque l'intrigue se resserre, une tension ponctuée de scènes de violence qui évitent de tomber dans la complaisance. Mais au-delà du récit d'enfants et de la simple description sociale — la vision de la société suédoise des années 1980 particulièrement gratinée et rappelant celle de la société finnoise des histoires de Joensuu — , au-delà du roman fantastique, Laisse-moi entrer apparaît surtout comme un roman sur l'amour et l'amitié. Un livre dérangeant qui remet en question les certitudes, émeut par sa tendresse et effraie par sa logique froide et inexorable.

     Après avoir lu Laisse-moi entrer, on ne saurait évidemment trop recommander de visionner le film de Tomas Alfredson, dont Lindqvist lui-même a signé l'adaptation. Plus resserré, plus contemplatif, plus poétique et mystérieux que le roman, Morse offre un contrepoint cinématographique à la fois différent et fidèle. Et puis, il serait dommage de se priver d'une des histoires de vampire les plus intéressantes de ces dernières années.

Laurent LELEU
Première parution : 1/7/2010
dans Bifrost 59
Mise en ligne le : 13/12/2012


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.