Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Voyageurs

Neal ASHER

Titre original : Cowl, 2004
Première parution : Tor / Pan Macmillan UK, mars 2004

Traduction de Cédric PERDEREAU
Illustration de Marc SIMONETTI

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5990
Dépôt légal : octobre 2010
480 pages, catégorie / prix : 10
ISBN : 978-2-266-18631-5   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Dans un futur très lointain, deux civilisations post-humaines sont en guerre dans le système solaire. Grâce au voyage dans le temps, l'une d'entre elles a pu remonter dans le passé afin de faire basculer le conflit. Mais ils ont donné naissance à une monstrueuse créature, Cowl, qui échappe peu à peu à leur contrôle et tente d'éradiquer les humains.
     Deux siècles plus tôt, la jeune Polly se retrouve malgré elle mêlée à cette guerre démentielle. Un super-soldat programmé pour la tuer l'entraîne dans un périple sanglant, un voyage dans le passé qui la conduira jusqu'aux origines mêmes de l'humanité...

     « Asher a éclairé le ciel de la SF tel un nouveau soleil ! »
TANITH LEE
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, Rendez-vous ailleurs (2008)


     Second roman de Neal Asher publié en France après l'excellent (et déviant) L'Écorcheur (cf. critique in Bifrost n°39), Voyageurs reprend à son compte les pires clichés de la S-F pour — c'est désormais une habitude chez les auteurs britanniques — les adapter, les tordre, les souiller et les retourner en tout sens. Déjà vétéran de la prose rentre-dedans à base d'éviscérations visqueuses et de technique littéraire minimaliste, Neal Asher enlève les restes de ses gants (usés jusqu'à la corde par le très barré L'Écorcheur) et plonge avec bonheur ses deux mains dans la fange science-fictionnesque la plus nauséabonde. Pensez donc : des voyages dans le temps ; une post-humanité scindée en deux factions engluées dans une guerre perpétuelle ; des dinosaures remarquablement pourvus en dents ; des héros antagonistes ; des modifications génétiques ; des explosions ; des coups de feu ; des morts par centaines... le tout nappé de rares explications parfaitement grotesques censées donner un peu de poids au propos. De quoi refermer la chose en jurant de ne jamais y revenir, sauf que Neal Asher s'en moque, Neal Asher s'en tape, Neal Asher se marre. Et le lecteur avec. Car si Voyageurs fait dans le grand guignol écrit à la tronçonneuse et traduit au Prozac, force est de reconnaître que l'espace de quelques heures, le petit enfant qui sommeille en nous (cherchez bien) prend un immense plaisir à assister à cette orgie de sang, de délires, de trucs et de machins — sans entraver que dalle, d'ailleurs, mais là n'est pas le propos — avant de terminer le livre repu, la bave aux lèvres, entièrement satisfait par ce repas indigeste, mais bien fait. Ici, pas de nouvelle cuisine joliment présentée dans des assiettes carrées aux bords saupoudrés de safran, non non, du lourd, du saucisson à l'ail beurré à la va-vite, avec une bonne Stella, le tout pris au comptoir en fumant des clopes et en crachant par terre, même. Le côté défouloir de Voyageurs n'est pas exagéré. En se plongeant dans cette intrigue rocambolesque, on retourne aux sources de ce qui nous fait aimer la S-F. Un plaisir total, un vague sentiment de culpabilité et l'envie d'en lire plus, l'envie d'en lire d'autres, l'envie de ne plus jamais s'arrêter.

     Bref, dans tout ce fatras éminemment bordélique, Neal Asher construit quand même son histoire (bancale, branlante, mais suffisante) et brode un scénario aussi évident que jouissif à travers différentes époques. Un avenir proche, d'abord, où une toute jeune pute shootée à tout ce qui traîne se retrouve (c'est la règle) entraînée dans un imbroglio génético-cosmique à la suite d'un accident temporel, poursuivie par un tueur fonctionnaire impitoyable et élevé en cuve, bien décidé à la descendre le plus proprement possible. C'est ici que tout dérape, puisque le rejeton monstrueux et ingrat de la future post-humanité — Cowl, qui donne son titre au livre en VO — décide d'apparaître à ce moment-là (pratique) et qu'en laissant traîner ses écailles un peu partout, il permet aux indigènes des époques traversées de se frotter eux aussi aux joies du voyage dans le temps (Romains, hommes des cavernes, chevaliers, etc, etc). C'est ce qui arrive aux deux protagonistes principaux, dont les histoires parallèles se rejoignent à la fin (après les explosions, les attaques de dinosaures et les explications que si quelqu'un les comprend, qu'il envoie un email à la rédaction qui transmettra, merci), juste au bon moment pour qu'on saisisse enfin la nature du complot et l'identité de ce mystérieux Cowl qui sème la terreur et la désolation, surtout chez ses géniteurs consternés.

     On l'a compris, Voyageurs ne donne ni dans la tendresse, ni dans la subtilité. Neal Asher est un adepte de l'humour brutal et explosif, mais ne nous méprenons pas et ne croyons surtout pas que ses livres sont une synthèse premier degré du genre qui nous occupe. Car Neal Asher rejoint ses maîtres Banks et Harrison dans la déconstruction du mythe science-fictionnesque. Moins subtilement, certes, mais tout autant « déconstructeur ». Là où ses illustres collègues travaillent aux pinces et aux scalpels, Asher torture son lecteur au calibre douze. Au final, c'est douloureux, certes, mais le résultat est... Comment dire ? Joli. Et très efficace. Voilà, oui, efficace.

Patrick IMBERT
Première parution : 1/7/2008
dans Bifrost 51
Mise en ligne le : 20/9/2010




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65111 livres, 63755 photos de couvertures, 59829 quatrièmes.
8086 critiques, 35697 intervenant·e·s, 1419 photographies, 3684 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.