Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Chemin des Fées

Fabrice ANFOSSO




LOKOMODO  n° 7
Dépôt légal : mai 2011
Roman, 480 pages, catégorie / prix : 9 €
ISBN : 978-2-35900-028-3   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     La première guerre mondiale éclate.
     Rory O’Donnell, jeune irlandais tourmenté par des doutes existentiels, décide de tout abandonner pour s’engager dans l’armée britannique lorsque la première mondiale commence à embraser le monde. Le voilà happé par l’Histoire, grelottant dans la boue des tranchées françaises, au coeur de combats engageant indistinctement soldats humains, lutins, trolls, dragons, loups-garous et autres créatures féériques.
     Qu’est — il venu chercher dans cet enfer, parmi les cris des mourants et les pleurs des Banshees ?
     La réponse à cette question lui sera peut-être livrée par Sam Tapelton, cet étrange frère d’armes rencontré au détour d’une bataille, ce géant irlandais que rien ne semble effrayer et dont les paroles sont souvent si déroutantes...

     « Fabrice Anfosso nous propose une approche originale de la première guerre mondiale en la transposant dans un univers peuplé d’êtres féériques, fantasques et dangereux. L’auteur part de faits historiques réels et nous plonge dans son imaginaire fécond avec une plume pleine de poésie. Mais ce roman propose surtout et avec originalité une manière de penser, une philosophie. L’auteur distille habilement derrière cette magnifique histoire, un art de vivre. Au fil des pages, des réflexions nous traversent et laissent quelque chose en nous qui ne demande qu’à grandir... »
Rats de Biblio.net
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition NESTIVEQNEN, Fractales / Fantasy (2011)


 
     La principale qualité de ce roman est son originalité. Première idée très gouleyante : les nations, durant la Grande Guerre, n'ont pas engagé que leurs citoyens humains, mais aussi leurs ressortissants faëriques. Ainsi Rory O'Donnell, fils de la verte Irlande, a-t-il pour frères d'armes des cluricauns, des grogochs et autres lutins, tandis que dans les tranchées allemandes se terrent des ogres et des kobolds. On se trouve donc ici dans une sorte d'uchronie, où les nations ont conclu une alliance avec leurs minorités faëriques. Envisager les modalités concrètes de ces alliances et de cette coexistence au grand jour aurait pu conduire à des développements amusants ; hélas, l'auteur ne s'y attarde guère.

     En effet l’essentiel du livre tient moins dans les bouleversements d'un monde faërique que dans les convulsions du héros, en proie au spleen, ce mélange de mélancolie et de révolte dont parlait Charles Baudelaire dans Les fleurs du mal. Cet aspect ténébreux est contrebalancée par la rencontre avec Sam Tapelton, colosse philosophe et bon vivant, sorte de Gargantua irlandais. Les pérégrinations du duo, qui après la Grande Guerre s'engagera dans la Révolution irlandaise, la truculence de Sam Tapelton, quelques rencontres sentimentales et virées au bordel tirent le roman vers le picaresque, ce qui nous vaut quelques remarques acides sur la vie comme elle va ou sur l'Histoire.

     Le risque, lorsqu'on se choisit pour héros un individu qui ressasse son malaise et refuse les plaisirs de la vie, est d'ennuyer le lecteur. Surtout que Fabrice Anfosso en vient à accabler d'une cécité Rory O'Donnell. Relégué à un rôle marginal dans l’action, hermétique à la fureur ambiante et uniquement préoccupé de son nombril, j'ai fini par le perdre de vue en pleine guérilla urbaine dublinoise, et la dynamique de l’histoire par la même occasion.

     Le roman renoue avec la trame existentielle du récit et se recentre sur le héros dans son dernier tiers. Il devient alors charmant, en prenant les accents d'une fable dans la manière du Narcisse et Goldmund de Herman Hesse. Mais la résolution de l’intrigue apportée par cette dernière partie semble tellement déconnectée de tout ce qui l'a précédée qu’une certaine perplexité domine finalement.

     Il y a là des idées, de l'ambition, une plume agile, mais la cohésion de l'ensemble fait défaut. Au risque de la cuistrerie, je conseillerais à l'auteur de remettre l'ouvrage sur le métier pour remédier aux faiblesses du Chemin des fées, qui en l'état mérite surtout d'être signalé comme une curiosité, et peut-être d’être salué pour avoir ouvert une voie, on pense au Commando des immortels, de Christophe Lambert.

Sylvain FONTAINE
Première parution : 3/10/2011
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70383 livres, 80368 photos de couvertures, 65538 quatrièmes.
8455 critiques, 37619 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.