Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Palimpseste

Charles STROSS

Titre original : Palimpsest, 2009
Science Fiction  - Traduction de Florence DOLISI
Illustration de FLAMIDON
J'AI LU, coll. Nouveaux Millénaires n° (3), dépôt légal : mai 2011
160 pages, catégorie / prix : 11 €, ISBN : 978-2-290-03572-6

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Drame écologique, guerre nucléaire, catastrophe naturelle... À plus ou moins long terme, toute civilisation est vouée à disparaître. Cela s'est d'ailleurs produit des millions de fois depuis la formation de notre planète.
     Pour préserver l'humanité de ces inévitables apocalypses, des agents venus d'un lointain futur voyagent tout au long de l'histoire de la Terre : à chaque fin du monde, ils sauvent ce qui peut l'être, et permettent ainsi à notre espèce de renaître de ses cendres. Mais toute intervention sur l'histoire a des conséquences, parfois tragiques...
     Pierce est l'un de ces agents, un patrouilleur du temps promis à une brillante carrière. Pourtant, sa vie bascule le jour où sa famille et l'époque qui l'abritait sont « effacées » par une nouvelle version de l'histoire, tel un palimpseste. Son seul espoir réside à la fin des temps, où sont archivés tous les pans disparus de l'histoire.
     Dans l'infini des possibles, retrouvera-t-il celle qu'il aime ?

     Né en 1964 à Leeds, mais résidant à Edimburgh, Charles Stross est l'un des principaux représentants du renouveau de la science-fiction britannique. Le bureau des atrocités, Crépuscule d'acier ou le cycle des Princes-Marchands lui ont valu plusieurs prix Hugo et Locus.


    Prix obtenus    
Hugo, novella / Court roman, 2010
 
    Critiques    
 
     Pierce est une jeune recrue de la Stase, la patrouille du temps chargée de réimplanter l’espèce humaine tout au long de l’histoire de la Terre, pour faire repartir l’humanité après chaque extinction. Mais dès sa première mission en tant que stagiaire, il tombe dans un palimpseste, une zone de temps qui a été modifiée à plusieurs reprises aussi bien par la Stase que par de mystérieux ennemis, et se fait tuer trois fois de suite lors des modifications temporelles.

     Prix Hugo 2010 catégorie novella, Palimpseste tient plus du court roman que de la longue nouvelle. Brodant sur le thème classique de la patrouille du temps, Stross ajoute vite le vertige propre à la grande science-fiction avec une réécriture de l’histoire de la Terre pour les quelques milliards d’années à venir, entrainant le récit dans une dimension spéculative passionnante et assez inédite. De même, sans dévoiler plus avant l’intrigue, les réflexions provoquées par ces réimplantations de l’espèce humaine se retrouvent au cœur du texte, donnant une profondeur philosophique à la novella. Seul regret : la narration se trouve à l’étroit dans ses 160 pages et on ne peut qu’espérer un développement de cet univers sur une plus longue distance. Mais ne boudons pas notre plaisir : en plus d’être le meilleur livre traduit en français de l’auteur depuis le délirant « Bureau des atrocités », Palimpseste est bien la preuve que Charles Stross est un grand écrivain de science-fiction.


René-Marc DOLHEN
Première parution : 23/5/2011
nooSFere


     Issu du XXIe siècle, Pierce a été recruté par la Stase, un « système capable de perpétuer la vie humaine sur une durée mille fois supérieure à la durée de vie de notre soleil ». Dans ce but, l'organisation privilégie deux modes d'action. En amont, elle utilise des portes ouvrant sur des tunnels reliant deux accès dans un espace-temps quadridimensionnel, cela afin de préserver au sein du Réensemencement des spécimens d'humanité capables de survivre à l'anéantissement de leur civilisation. Les élus sont « réimplantés » dans une époque neutre en vue d'un nouveau début. En aval, elle double cette gestion démographique par un reformatage continuel du système solaire. Cette restructuration nécessaire permet un prolongement maximal de l'habitabilité du monde. La Terre est ainsi sauvée des milliers de fois, au prix toutefois de la destruction d'autant de biosphères.

     Pierce donne entière satisfaction, depuis son enrôlement qui lui a réclamé le meurtre de son grand-père, paradoxe de Barjavel qui vaut ici pour rite initiatique. Sa formation achevée lui a valu d'assassiner l'un de ses milliers de « moi-fantômes » coexistant dans des durées alternatives, afin d'obtenir son diplôme. Pierce coule des jours heureux auprès de son épouse Xiri, qui appartient à une culture avancée connaissant l'existence de la Stase. Elle lui a donné trois enfants (p. 63), ou deux (p. 136), sans que le héros ou le lecteur puisse trancher, puisqu'il existe des incohérences entre les souvenirs des agents et la version de l'Histoire consignée dans la Bibliothèque. Celle-ci archive la majeure partie de l'histoire humaine en vue de l'établissement d'une histoire absolue, aussi la somme des connaissances y est-elle enregistrée. Mais elle contient aussi tous les compossibles, réels non advenus ou advenus mais oblitérés. Autrement dit ce qui forme la non-Histoire, pile quasi-infinie de bifurcations possibles.

     Un jour, toute la famille de Pierce disparaît sous l'effet semble-t-il d'un palimpseste, terme qui désignait jadis un parchemin dont le texte était gratté afin d'être réutilisé, et signifie pour la Stase une période de l'Histoire plusieurs fois réécrite. Impossible pour Pierce de retrouver son passé sauf à découvrir l'endroit précis où ce secteur de l'Histoire a été altéré.

     Avec ce court roman qu'est Palimpseste, Charles Stross se réapproprie de manière parfaitement assumée des pans entiers de l'Age d'or. Cela, en privilégiant deux axes narratifs. D'une part il réactive les codes liés aux univers parallèles ou réalités alternées présents chez, par exemple, H. Beam Piper et Keith Laumer. D'autre part, l'auteur offre un démarquage du cycle « La Patrouille du Temps » en usant non pas de références générales, mais bien d'éléments essentiels à l'univers bâti par Poul Anderson. Ainsi, de la langue propre aux agents (ici nommée urem), d'une contre-organisation au moins aussi puissante (l'Opposition dans Palimpseste), et d'un service des Affaires Internes, omniprésent chez Anderson mais tout autant marquant chez Stross depuis Le Bureau des atrocités. Tout comme la société des Danelliens chez Anderson, la Stase poursuit des motifs mystérieux et égoïstes par-delà les intentions obvies : « Les Affaires internes sont une excroissance de la Stase, et elles la phagocytent. » (p.153)

     Retour à l'Age d'or, donc. Le plus remarquable dans Palimpseste est l'adéquation entre le fond et la forme. Dans le cadre du Réensemencement, la Stase conserve de l'humanité ses spécimens les plus primitifs, et donc plus aptes à survivre. De même, Charles Stross ne retient de la science-fiction que ses créations originelles, comme s'il cherchait à enclencher un nouveau départ pour le genre. Dans le récit, les humains sélectionnés sont viables malgré une absence totale de civilisation, et pourront en bâtir une nouvelle. Palimpseste ne retient que les codes capables de subsister en dehors des errements postmodernes de la science-fiction, avec l'intention d'insuffler une nouvelle vie au genre.

     Le récit de Charles Stross « réimplante » l'humanité au niveau narratif, et veut « réimplanter » la science-fiction dans sa dimension éditoriale. A partir de là, et en dépit de son caractère inabouti (trop d'idées non exploitées) qui marque peut-être la volonté justement de revenir au récit brut, on ne peut s'étonner que ce texte ait été couronné du prix Hugo 2010 (catégorie novella). Une décision cohérente, qui sanctionne positivement un récit plaisant mais à défauts, dont la qualité principale est de vouloir faire revivre la science-fiction.

     De même, on ne s'étonnera pas de voir son excellente traduction par Florence Dolisi dans la jeune collection « Nouveaux millénaires ». Celle-ci adopte la même démarche que Charles Stross en se réclamant d'une valeur sûre, sa sœur aînée « Millénaires ». Là aussi, avec la louable intention de relancer le genre. Mais de même que Palimpseste donne trop souvent l'impression d'un inventaire, Nouveaux Millénaires fait pour l'instant figure de catalogue, proposant pêle-mêle un roman prélude à une série (Idlewild de Nick Sagan, critiqué dans le Bifrost n° 63), un essai biographique de Daniel Keyes (chroniqué dans le présent numéro) et maintenant une novella. Bref, tout ce qui fait la différence entre un tout et un tas, un ensemble homogène et un groupe hétérogène. Palimpeste renonce aux acquis du genre pour lui forger une nouvelle identité, quand « Nouveaux millénaires » retourne en arrière en espérant se trouver une personnalité. Ce qui pour l'instant est loin d'être le cas. Mais, nous l'avons dit, la collection est encore jeune, et gageons qu'elle sera aussi couronnée de prix pour ses efforts. Reste que, pour l'instant, J'ai Lu échoue avec sa collection de science-fiction là où Mnémos paraît réussir en fantasy. La première reprend artificiellement des recettes éprouvées sans pour l'instant convaincre. La seconde revient naturellement à ses fondamentaux sans rupture, changement dans la continuité qui moissonne les prix. Cette différence est-elle imputable aux genres (science-fiction vs fantasy) ou aux éditeurs (d'un côté un grand groupe localement concerné en son sein par la SF, de l'autre un petit éditeur qui ne vit que pour et par la fantasy) ? Nous serions bien en peine de répondre.

     Aussi revenons à ce que « Nouveaux millénaires » nous propose : Palimpseste, court roman signé Charles Stross, dont la lecture agréable s'avère toutefois dispensable à onze euros les cent cinquante-huit pages écrites gros. On invitera le lecteur à attendre sa reprise poche pour le découvrir.

Xavier MAUMÉJEAN
Première parution : 1/10/2011
dans Bifrost 64
Mise en ligne le : 26/2/2013


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.