Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Regarde le soleil

James Patrick KELLY

Titre original : Look into the Sun, 1989
Première parution : Tor, 1989
Traduction de Christophe DUCHET
Illustration de Damien VENZI

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 410
Date de parution : 27 octobre 2011
Dépôt légal : novembre 2011
Réédition
Roman, 368 pages, catégorie / prix : 9,20 €
ISBN : 978-2-07-043994-2
Format : 10,8 x 17,8 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
Architecte célébré de la nouvelle merveille du monde, un immense nuage artificiel, Phillip Wing a été engagé par une organisation extraterrestre, les messagers, pour ériger, sur la planète Aseneshesh, le tombeau de la déesse des Chanis qui lutte pour le futur de son peuple — un futur qui doit passer par sa propre mort. Pour cela, Wing va devoir abandonner une partie de son humanité, à travers la restructuration de son corps par un cancer programmé. Une perte qui va le conduire à partir à la reconquête de son identité, au sein d'une société radicalement autre.
Regarde le soleil est un grand roman sur l'aliénation et sur la découverte d'une autre culture, qui n’est pas sans rappeler les oeuvres de Robert Silverberg ou Ursula Le Guin.
 
James Patrick Kelly est né en 1951, aux États-Unis. Auteur de nombreuses nouvelles récompensées par les plus grands prix (Hugo, Locus...), il n’a publié que quatre romans. Regarde le soleil, le premier à être traduit en français, a paru en 2009 aux Moutons électriques.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition LES MOUTONS ÉLECTRIQUES, La Bibliothèque voltaïque (2010)

     Quand sont nés les Moutons électriques éditeurs, j'en attendais beaucoup, trop peut-être, et hors Fiction, je n'ai pas été emballé. Ma première chronique d'une de leurs productions, La Route des confins d'A. Bertram Chandler, fut quelque peu mitigée (cf. critique in Bifrost 46). Il en a été ainsi jusqu'à l'apparition de la « Bibliothèque Voltaïque ». Quand j'ai eu le Coney et le Jeury en main, je me suis dit : « Voilà ce que j'attendais ! » Il est désormais temps d'y revenir.

     Quoique sensiblement plus chers que les autres, ces livres sont beaux, plaisants. On a vraiment envie de les avoir même si, au détour d'une page, on croise parfois une méchante confusion entre conditionnel et futur... Rien là de rédhibitoire.

     Regarde le soleil nous offre un étrange ballet, une curieuse pavane où s'affrontent à fleurets mouchetés des personnages qui jouent l'avenir d'un monde. Ils sont six ainsi à danser autour de Phillip Wing, l'architecte, pour qu'il accomplisse ce qui est attendu de lu à la manière dont chacun d'eux l'entend.

     Sur Terre, Phillip Wing a créé l'une des nouvelles merveilles du Monde, mais son univers, et surtout son couple, sont en train d'imploser sous les manipulations des Messagers, missionnaires de la Communauté interstellaire. Les Messagers et leur principal agent, Ndavu, sont venus sur Terre proposer le Message, une religion qui est davantage qu'une simple superstition et offre, entre autres, une certaine forme d'immortalité technologique. Ndavu nourrit cependant une autre ambition, circonvenir Phillip Wing afin de l'entraîner dans le temps-haut, vers 82 eridani, le monde des chanis dont la déesse Teaqua a reçu de Chan, son dieu solaire, une révélation l'informant qu'un humain doit bâtir son tombeau. Ndavu intrigue tant et si bien que Wing finit par n'avoir plus aucune raison de rester ni de ne pas partir pour un voyage de 40 ans. Il devient ainsi le premier humain à partir en temps-haut pour une autre étoile. Les messagers le transforment également en Chani durant le voyage et Phillip Wing se sent de plus en plus étranger à lui-même.

     Avec Regarde le soleil, James Patrick Kelly s'inscrit dans la continuité d'auteurs tels qu'Ursula Le Guin ou Robert Silverberg par ses préoccupations ethnologiques, la volonté de décrire une société radicalement autre. C'est un roman où s'entrecroisent les thèmes de l'aliénation, de la transformation et finalement de l'adaptation à une culture fondamentalement étrangère. Si ces thèmes s'appliquent bien sûr au personnage de Phillip Wing, ils sont aussi les challenges auxquels est confrontée la société chanie. James Patrick Kelly parvient à maintenir une tension intense en refusant simplement à ses personnages d'envisager le recours à la violence comme une possible solution. Qu'ils soient ou non partisans du changement, les protagonistes cherchent à tirer la couverture à eux tout en prenant garde à ne point la déchirer.

     Le seul défaut qui empêchera Regarde le soleil de se comparer aux tous meilleurs tient à ce qu'il ne réserve aucune surprise. On sent la solution architecturale venir bien avant qu'elle ne soit révélée, tout comme l'on attend sa prémisse, mais l'essentiel est bien sûr ailleurs, avant que l'on en arrive là...

     Les romans de ce type ne sont pas légion et ceux qui constituent les plus brillantes réussites le sont encore moins, mais Regarde le soleil n'aura nulle peine à s'inscrire au nombre, au côté de chefs-d'œuvre tles que La Main gauche de la nuit, L'Étrangère de Gardner Dozois, Le Bassin des cœurs indigo de Michael Bishop qui mériterait bien une réédition, Parade nuptiale de Donald Kingsbury et surtout, Les Profondeurs de la Terre de Robert Silverberg.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/4/2010
dans Bifrost 58
Mise en ligne le : 30/7/2012

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 76753 livres, 88015 photos de couvertures, 72606 quatrièmes.
8552 critiques, 41779 intervenant·e·s, 1600 photographies, 3744 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.