Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Appât

José Carlos SOMOZA

Titre original : El Cebo, 2010

Traduction de Marianne MILLON
Illustration de Nathalie SHAU

ACTES SUD (Arles, France), coll. Lettres hispaniques
Dépôt légal : octobre 2011
416 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 978-2-7427-9939-8   



    Quatrième de couverture    
     LE POINT DE VUE DES EDITEURS

     Lever de rideau. Ici une bretelle noire glisse sur une peau diaphane, là des yeux mi-clos quémandent un improbable pardon : parure et posture. Elles charment et abusent les sens, elles disent qui est le maître. Si le grand ordonnateur de ce manichéisme visuel s'appelle Shakespeare, nous ne sommes pas sur les planches du théâtre du Globe mais dans le centre de formation ultramoderne de la police madrilène. Des instructeurs y décryptent les codes élisabéthains, qui placent la satisfaction du désir à l'épicentre de notre psyché. Les agents sont formés à la technique des « masques » : identifier en quelques secondes la nature du désir le plus profond du suspect pour provoquer en lui une overdose du seul plaisir auquel il ne peut résister. On les appelle les « appâts », Diana Blanco est leur meilleur élément.
     Quand elle découvre que sa jeune sœur est aux prises avec l'insaisissable Spectateur qui terrine la ville, elle mène une course contre la montre qui la conduit jusqu'à l'antre du monstre. C'est du moins ce qu'elle croit.

     Subversif ? Troublant ? Inventif ? Ingénieux ? C'est Comme il vous plaira. Mais si « Le monde entier est un théâtre », José Carlos Somoza signe ici une magistrale mise en scène.

     Né en 1959, José Carlos Somoza vit à Madrid. Ses ouvrages, parus chez Actes Sud — La Caverne des idées (2002 ; Babel n° 604), Clara et la pénombre (2003 ; Babel n° 669), La Dame n° 13 (2005 ; Babel n° 793), La Théorie des cordes (2007 ; Babel n° 911), Daphné disparue (2008) et La Clé de l'abîme (2009 ; Babel n° 1080) — , sont traduits dans le monde entier.
 
    Critiques    
     Dépassés, Les Experts ! Jetés aux oubliettes, eux et leurs microscopes, leurs analyses sans fin ! L'avenir est à la psychologie. Mais pas n'importe laquelle. L'étude des psynomes, basée sur la lecture précise des œuvres de William Shakespeare. Car le dramaturge possédait, à en croire le docteur Gens, une science et une connaissance parfaites de la psyché humaine. Chacune de ses pièces serait la description, l'explication d'une philia, ce par quoi nous sommes, chacun d'entre nous, attirés. Philia d'Holocauste ou de Travail, de l'Ambigu ou de Chair. Si vous êtes philique de l'une ou de l'autre, vous ne réagirez pas aux mêmes stimuli, vous ne tomberez pas amoureux de la même personne. Car les sentiments ne sont pas une affaire de goût ou de gènes. Ce ne sont que des réactions à certains gestes, certaines intonations, certains décors, articulés ensemble avec précision.

     Et depuis qu'ils ont fait cette découverte, les gouvernements entraînent, dans le plus grand secret, des appâts. Hommes, femmes, voire enfants s'exercent dans des théâtres, apprennent le pouvoir d'un mouvement de la tête ou du bras, d'un gémissement, la force de la lumière sur un vêtement. Ils développent leurs masques afin d'attirer et de capturer les criminels de tous acabits. Et ces derniers sont nombreux, dans cette Espagne encore secouée par des attentats dévastateurs. Surtout les tueurs en séries. Le Spectateur est l'un de ceux-là. Cruel et terrifiant, tant il déjoue tous les stratagèmes élaborés pour le capturer. Il ne correspond à aucun des modèles mis en place par les profileurs, malgré l'aide de leurs ordinateurs quantiques. On ne parvient pas à découvrir sa philia. Et donc le moyen de préparer un appât qui saurait le piéger. Diana Blanco, le meilleur élément de cette troupe en activité, pensait décrocher, abandonner cette profession destructrice. Mais le Spectateur en décide autrement.

     Dans ce roman tout est masques, faux-semblants, apparences. Le lecteur est pris en main par José Carlos Somoza, l'auteur du très dense La Caverne des idées, et du nom moins complexe (et terrifiant !) La Théorie des cordes. Un guide qui prend son temps. Somoza distille l'information avec parcimonie, et l'on ne comprend que peu à peu le monde dans lequel gravitent ses personnages, offrant progressivement les moyens d'appréhender cet univers dérangeant parce que si proche du nôtre. Il donne vie à des êtres sensibles, cohérents, qu'on s'attend à croiser au détour d'une rue. Et il nous conduit là où il le désire, nous trompe, use à son tour de ces masques que revêtent sans cesse les appâts aux pouvoirs tellement vastes, à la fragilité si intense. Il sait mener sa narration avec talent, variant les points de vue, ménageant des pauses... Et le lecteur de toujours tomber dans ses pièges, et de se surprendre à en réclamer d'autres...

     Loin des polémiques sur l'identité réelle de William Shakespeare qui hantent le milieu littéraire, et, depuis peu, le monde du cinéma grâce au très pesant Anonymous de Roland Emmerich, José Carlos Somoza nous offre le roman érudit d'un amoureux du dramaturge élisabéthain et de son œuvre. Sa passion pour cet auteur est flagrante et contagieuse. Une fois L'Appât terminé vient une envie irrépressible de plonger dans Beaucoup de bruit pour rien ou le sanglant Titus Andronicus. De redécouvrir à notre tour un écrivain capable d'inspirer un roman aussi prenant, aussi remuant, aussi intense. A ne manquer sous aucun prétexte.

Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/4/2012 dans Bifrost 66
Mise en ligne le : 25/5/2013


 

Dans la nooSFere : 62386 livres, 58319 photos de couvertures, 56863 quatrièmes.
7958 critiques, 34214 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.