Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Vestiges

Laurence SUHNER

Cycle : QuanTika vol.


Illustration de MANCHU
L'ATALANTE, coll. La Dentelle du Cygne n° (307)
Dépôt légal : avril 2012
576 pages, catégorie / prix : 7
ISBN : 978-2-84172-589-2   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
Un planet opera somptueux, une
plongée archéologique envoûtante.

     La trilogie « QuanTika » est le premier roman de Laurence Suhner.

     Dans mes rêves, je les appelle les Bâtisseurs.
     Les Bâtisseurs.
     Une ancienne civilisation qui a visité Gemma – la plus lointaine colonie humaine – il y a douze mille ans, en y laissant des vestiges et un gigantesque artefact en orbite.
     Qu’ont-ils bâti en vérité, si ce n’est une machine ? Une machine qui détraque la réalité, altère les constantes fondamentales de l’Univers.
     Qu’y puis-je ?
     Pourquoi ai-je été choisie ? Pourquoi suis-je la seule à entendre cette voix qui surgit des profondeurs ?
     Cette voix qui me pousse à abandonner mon corps au rythme et à la danse.
     La voix de Ioun-ké-da.
     Celui que, dans leurs mythes, les Bâtisseurs nomment le Dévoreur de réalité...


    Prix obtenus    
Bob Morane, roman français, 2013
Futuriales, roman, 2013
 
    Critiques    
     En orbite autour de Gemma, un monde glacé colonisé depuis un siècle pour ses ressources minières, l’humanité a trouvé le premier artefact extraterrestre : un vaisseau spatial inerte et impénétrable. Sous couvert de forage, Ambre Pasquier dirige une mission sur la planète à la recherche de vestiges de l’ancienne civilisation, découverts par observation spatiale, mais dont l’emplacement a été révélé à Ambre lors d’un rêve. Le secret de cette exploration ne semble pas si bien gardé : Haziel Delaurier, membre d’un laboratoire indépendant de chercheurs, infiltre le groupe pour montrer à Ambre un phénomène physique d'écoulement du temps anormal et dangereux dont l’origine est localisée au sein des ruines, et surtout la milice planétaire, résidu de l’armée chargée de surveiller la nef extraterrestre, contrôle de près l’activité des scientifiques.

     Première partie de trilogie Quantika, Vestiges renoue avec les sujets situés au cœur de la science-fiction classique : premier contact, big dumb object, terraformation. Véritable Planet opera, mélange d’aventure scientifique et de conflit politique, nous sommes en terrain connu et l’ombre de la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson survole le roman. L’auteur prend visiblement plaisir à parler de sciences et n’a pas de problème à accrocher le lecteur grâce à un style extrêmement fluide et didactique jamais ennuyeux. Mais le récit ne s’arrête pas à une simple déclinaison de ces thèmes classiques : il mêle habilement les sujets et les points de vue, bâtissant l’intrigue autour de plusieurs personnages forts ( aux scientifiques de la mission d’exploration s’ajoutent d’autres caractères, notamment Kya, une jeune adulte membre d’un groupe écologiste et indépendantiste ne répugnant pas à l’action violente). Avec en plus une couche de mysticisme indien liée aux origines mystérieuses d’Ambre Pasquier, de multiples pistes sont esquissées dans cette intrigue riche et promettent beaucoup pour la suite de la trilogie.

     Avec Vestiges, Laurence Suhner nous livre un premier tome palpitant qui, malgré sa longueur, se lit d’une traite ; l’auteur sait plonger rapidement le lecteur au cœur de l’action et éviter les temps morts. Accroché par le cliffhanger final, il ne nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience et espérer une parution rapide du tome suivant de Quantika.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 3/5/2012 nooSFere


 
     Pour Mars, c'est raté ! L'homme a échoué à terraformer cette banlieue de la Terre. Heureusement, une nouvelle planète a été découverte : Gemma. Pas aussi proche : 6,5 années-lumière, plus de dix-sept ans de voyage. On n'y part pas en week-end, mais pour un aller simple. D'ailleurs, les conditions climatiques en font tout sauf un lieu de villégiature. Les températures sont constamment négatives : le blast y veille, ce vent terrible et glacial. Mais Gemma représente une opportunité toute fraiche pour les exploitants de matières premières qui se sont rués sur l'occasion. Elle est une chance, aussi, pour les scientifiques de tous poils. Car si autour de cette planète de glace tournent deux soleils, Alta et Mira, une autre présence veille sur l'étendue gelée : le Grand Arc. Gigantesque artefact extraterrestre, tel un vaisseau fantôme, il plane, faisant peser sur les habitants une menace sourde. Qui sont les Bâtisseurs, capables de créer un tel vaisseau, impénétrable ? Que sont-ils devenus ? Et quelle est cette force qui depuis peu détruit des convois, tue des hommes ? Sont-ce vraiment les enfants de Gemma, un groupe armé d'indépendantistes ? Ou quelque chose de plus terrifiant ? Enfin, quelles entités ont contacté à travers ses rêves la troublante Ambre Pasquier, docteur en exobiologie, lui indiquant où creuser la glace pour trouver les vestiges du Temple Noir ?
     A toutes ces questions, Laurence Suhner commence à répondre dans Vestiges, premier tome de la trilogie Quantika, dont on peut dire qu'elle sera passionnante si elle tient ses promesses. Cependant, il faudra un peu de courage à l'initiative de cette lecture, tant l'auteure suisse prend son temps pour poser les personnages et le cadre : la première moitié des presque 600 pages y est consacrée. Mais elle a raison, finalement, et le lecteur est récompensé de sa patience. Car l'univers créé est riche, dense. Certains passages, proches de la hard science, donnent un côté réaliste à l'ensemble (même si, n'en doutons pas, quelques détails heurteront sans doute les spécialistes). De leur côté, les personnages sont nombreux, pensés, et, malgré une poignée de clichés dans leurs rapports, crédibles. Ambre Pasquier, agaçante au début à cause de sa froideur excessive, devient plus proche quand on découvre la source de ses réticences. De plus, ses origines hindoues colorent le récit et lui apportent une touche musicale entêtante. Kya Stanford, aussi, marque le roman de sa présence. Fille d'un scientifique lunaire à la recherche du point de Collapsus, cause des bouleversements actuels, elle est une jeune fille engagée, vive, au caractère entier. Quant à la figure de l'extraterrestre, elle s'impose au cours des chapitres, un peu hermétiques au début, le temps de se familiariser avec cette civilisation.
     Car, à la différence du cycle de « Rama » d'Arthur C. Clarke, on est rapidement en contact avec les extraterrestres. Le mystère qui règne autour de ces êtres n'est pas le principal moteur de l'action. D'ailleurs, le prologue plonge le lecteur directement dans leur univers. Même si on ne découvre que très progressivement leur société, leur fonctionnement et même leur apparence. Laurence Suhner semble avant tout intéressée par le lien qui peut unir les deux races. Ou provoquer leur anéantissement : en effet, quel est le véritable dessein de la créature qui habite le Temple Noir ?
     Lent à démarrer, Vestiges ne déçoit pas. L'intrigue, quand elle est lancée, est tellement intense et riche qu'on ne songe plus, alors, à lâcher cet ouvrage. On est plongé dans les entrailles de Gemma, et il est difficile d'abandonner la lecture avant la fin. Et d'attendre avec impatience la parution du deuxième tome, heureusement prévue pour l'été 2012. En espérant que Laurence Suhner saura garder le souffle nécessaire pour tenir sa promesse : faire rêver, encore, longtemps. Aucun doute. Avec ce premier roman, un auteur est né.

Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/7/2012 dans Bifrost 67
Mise en ligne le : 5/12/2015


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies