Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Tour des damnés

Brian ALDISS

Titre original : Total Environment, 1968
Première parution : Galaxy Magazine, février 1968
Traduction de Guy ABADIA

LE PASSAGER CLANDESTIN (Congé-Sur-Orne, France), coll. Dyschroniques
Dépôt légal : 1er trimestre 2013
Réédition en volume indépendant
Nouvelle, 112 pages, catégorie / prix : 8 €
ISBN : 978-2-916952-78-9
Format : 11,0 x 17,0 cm
Genre : Science-Fiction

Design de couverture : Xavier Sebillotte.


Autres éditions
   in Histoires écologiques, LIVRE DE POCHE, 1983
   in Histoires écologiques, 1987
   in Galaxie (2ème série) n° 52, OPTA, 1968
   LE PASSAGER CLANDESTIN, 2019

Quatrième de couverture
     En 1968, Brian Aldiss imagine une expérience aux proportions babyloniennes pour mesurer les effets de la surpopulation.
 
[texte de présentation du livre sur le site de l'éditeur]
 
Début du XXIe siècle. La terre semble avoir résolu ses problèmes de surpopulation et de famines. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, s’il n’y avait « la Tour ». Mélange de plastique, de béton et d’acier, le fameux édifice – dix niveaux de cinq étages chacun – a été érigé en Inde en 1975 dans le cadre d’une expérience. À l’origine, 1 500 volontaires – dont 500 couples – de moins de 25 ans y furent introduits afin d’étudier le comportement d’individus soumis au confinement. 25 ans plus tard, 75 000 personnes pullulent à l’intérieur. Le conditionnement a si bien fonctionné que personne ne semble vouloir sortir, ni même imaginer qu’une autre réalité extérieure soit possible.
Pourtant, un certain Thomas Dixit est chargé de mesurer l’intérêt de poursuivre l’expérience de La Tour... La Tour des damnés (Total Environment en anglais) explore aussi bien la faculté de l’humanité à chercher infatigablement des solutions à sa survie, que la puissance de la science et les problèmes d’éthique qui en découlent. Il évoque la capacité d’adaptation de l’homme face à son environnement, ainsi que son absolu besoin de pouvoir, de croyance et de domination.
En 1968 (date de parution de la nouvelle d'Aldiss) paraissait aux Etats-Unis The Population Bomb. Le livre s'est vendu à plus de 2 millions d'exemplaires et a contribué à la prise de conscience collective des problématiques de population et d'environnement.
Brian Wilson Aldiss – né le 18 octobre 1925 à Dereham, Angleterre – est une figure incontournable de la science-fiction mondiale. Révélé par la revue anglaise New Worlds, il contribua largement à l’avènement de la New Wave britannique (Michael Moorcock, J. G. Ballard, John Brunner). À la tête d’une oeuvre considérable et variée, Aldiss allie exigence du style et profondeur du contenu.
Critiques
 
     Une nouvelle collection ? Champagne ! Surtout en ces temps gris où le moindre propos d'éditeur nous plonge dans une détresse profonde, tant l'avenir du livre, en général, et du livre de genre au sens large, en particulier, paraît sombre.
     Pas d'inédit ? Tant pis ! Mais une « exhumation de [...] textes essentiels », pour reprendre les mots de la plaquette de présentation. Quatre titres sont parus actuellement, quatre nouvelles de longueurs variées, vieilles de quelques décennies. Leur point commun ? Avoir évoqué ou imaginé, voilà bien longtemps, un élément de notre présent. Avec, bien entendu, quelques variations, quelques écarts par rapport à notre réalité.
     Mack Reynolds, dans « Le Mercenaire », récit publié pour la première fois en 1962, a envisagé un monde où les entreprises ne se contentent pas de guerres commerciales. Les luttes sont armées et mortelles. Ce n'est plus ici la France qui s'en prend à l'Angleterre, le Japon qui entre en conflit avec les Etats-Unis d'Amérique. Ce sont les Transports Aspirotube (d'accord, le nom ne fait pas vraiment rêver !) qui vont devoir affronter Aéroglisseur Continental. Ils recrutent donc des militaires pour leur armée personnelle. Et c'est là qu'intervient Joseph Mauser, brillant tacticien, qui nous servira de guide dans ce récit désuet par certains aspects, mais ô combien actuel par d'autres. Les rapports entre multinationales portés à leur paroxysme !
     Plus sombre, la nouvelle de Brian Aldiss, qui date de 1968. « La Tour des damnés » est une expérience gigantesque. Une expérience de société à l'échelle d'un immeuble-ville. La planète est menacée par la surpopulation. Des scientifiques ont tenté de visualiser les effets de ce danger et de lui trouver des solutions. Pour cela, ils ont construit un vaste espace d'habitation clos, où des habitants, volontaires, servent de cobayes à l'échelle de plusieurs générations. Pas de simulation sur ordinateurs (pas assez puissants dans les années 70). Non, l'utilisation d'hommes, de femmes et d'enfants. La naissance d'une nouvelle société où tous les liens, toutes les tensions sont exacerbés. Où même le temps est comprimé. Un échec, bien évidemment. Une folie, servie sur un plateau par le maître anglais.
     Philippe Curval, avec son « Testament d'un enfant mort », n'apporte pas non plus une touche joyeuse à cette collection. L'avenir est décidément grave. Ce texte émouvant et dramatique présente un monologue fragmenté. Nous sommes à l'intérieur de l'esprit d'un nouveau-né. Nous découvrons ses pensées. Mais pas d'angélisme ou de « nouillerie » sentimentale. Ce nourrisson, comme beaucoup d'autres dans ce XXIe siècle terrible brossé par l'auteur en 1978, va mourir. Volontairement. Et l'on découvre pourquoi la natalité baisse de façon extrême sur notre planète. Et l'on va rester horrifié devant cette non-envie de vivre. Bouleversant.
     Le dernier titre est plus ludique, plus anecdotique aussi. Et il a mal vieilli. En tout cas, son style retranscrit par la traduction d'origine a mal vieilli, puisqu'elle n'a pas été retravaillée. Cela aurait pourtant été profitable, même s'il ne s'agit pas de réécrire le texte. « Un logique nommé Joe », ou comment Murray Leinster imagine, en 1946, les dangers d'un réseau informatique mondial. Internet avant l'heure et les errements d'un ordinateur trop intelligent. Idée séduisante, desservie par une histoire, plutôt une historiette, banale et sans grand intérêt.
     Chaque volume de cette collection, doté d'une maquette élégante, est accompagné d'une courte biographie de l'auteur et d'une rapide histoire du texte, de ses publications. Ainsi que d'un choix d'événements contemporains de l'écriture des nouvelles, et de quelques films traitant le même thème. Rien d'extraordinaire, mais un petit plus intéressant et bien pratique pour ceux qui ne sont pas familiers avec les écrivains représentés. Seul bémol dans ce tableau : le prix. Les lecteurs seront-ils prêts à débourser de 4 à 8 euros pour une seule nouvelle, même si la plus longue fait une centaine de pages ? Surtout si l'on songe aux offres numériques dans ce domaine. L'avenir seul, encore lui, nous le dira.

Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/4/2013 dans Bifrost 70
Mise en ligne le : 1/3/2018

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77037 livres, 87937 photos de couvertures, 72910 quatrièmes.
8562 critiques, 41938 intervenant·e·s, 1601 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.