Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dolfi et Marilyn

François SAINTONGE




GRASSET
Dépôt légal : janvier 2013
288 pages, catégorie / prix : 19,00 €
ISBN : 978-2-246-79961-0
Format : 14,0 x 20,5 cm  



    Quatrième de couverture    
     François Saintonge est un pseudonyme. L'auteur a fait le choix de l'éloignement.

     Paris, 2060.
     Après le clonage des êtres vivants, la loi autorise celui des personnes mortes depuis au moins soixante-dix ans.
     Et si l'un des clones d'Adolf Hitler avait été gagné à la tombola, par un gamin et son père, spécialiste de l'Histoire du XXe siècle ? Et si ce Dolfi paisible s'était échappé ? Et si le passé revenait ? Et si un homme seul pouvait empêcher le pire ?
 
    Critiques    
     Tycho Mercier est historien ; depuis le départ de sa femme, il élève tant bien que mal son fils Bruno, auquel il tente – avec un franc succès – de faire partager sa passion pour l'Histoire, et notamment pour la Seconde Guerre mondiale. Un jour, il gagne le premier lot d'une tombola, qui s'avère être... un clone d'Adolf Hitler ! Dans ce futur proche, en effet, les clones ont commencé à se répandre. Toutefois, pour éviter tout abus, toute dérive, une réglementation stricte a été mise en place. Les clones d'Hitler, par exemple, sont interdits, du fait de la signification du personnage, mais aussi des débordements auxquels la détention d'un tel sosie peut conduire (comme, par exemple, la vengeance sur le clone de ce que sa version originale a fait subir à la population mondiale). Tycho tente donc dans un premier temps de se séparer du clone, mais il ne peut finalement s'y résoudre, et ce pour différentes raisons : tout d'abord, Dolfi (appelé ainsi d'après le doux surnom que lui donnait Eva Braun) s'acquitte sans rechigner des taches ménagères les plus insipides ; en outre, Bruno a trouvé en lui un compagnon de jeux (des wargames, essentiellement) idéal. Enfin, Dolfi, tout clone d'Adolf Hitler qu'il soit, n'a que peu de points communs avec son prédécesseur : il sait qui était le Führer, ce qu'il a accompli, mais ayant subi un vieillissement accéléré dans un lieu où toute liberté était bannie, où il ne reçut pas de véritable éducation, il n'a finalement aucune personnalité, et se comporte comme un enfant. Tycho aura donc fort à faire, d'autant plus que, bien vite, un autre clone viendra grossir les habitants de sa maison, en la personne de Marilyn, seule suite au décès de son «  propriétaire », le voisin de Tycho.
     François Saintonge, dont on nous apprend qu'il s'agit d'un pseudonyme, «  l'auteur ayant fait le choix de l'éloignement » prend pour cadre de son roman un futur très proche, tellement proche que peu de choses changent, à l'exception notable de la présence des clones. On ne sait pas si c'est pour mieux happer les tenants de la littérature blanche (où ce livre paraît, puisque nous sommes chez Grasset), avant de les plonger dans un monde autrement plus spéculatif, mais cela fonctionne plutôt bien : on accepte sans aucune espèce de questionnement l'irruption de ces clones dans la vie de ce divorcé un brin à la dérive. Après un début plutôt placé sous l'angle de la comédie (l'aspect saugrenu d'un clone de Hitler, que Mercier va devoir gérer, en le cachant à ses propres voisins), le roman acquiert une dimension franchement intéressante quand il aborde de fond les problèmes liés au clonage. Et ils sont nombreux : que représentent les clones pour les êtres humains naturels ? Une simple aide logistique ? Un animal de compagnie ? Ou, plus abstraitement, un exutoire, un fantasme, une illusion d'immortalité, un rival ? Et, par dessus tout : le clone est-il un être humain à part entière ? Toutes ces thématiques sont envisagées ici ; rassurez-vous, il s'agit bien d'un roman, pas d'un pensum philosophique. Saintonge ne pousse jamais la réflexion trop avant, il préfère ouvrir des pistes, sans les suivre trop longtemps, car son but est d'envisager le clone dans son intégralité, sous des angles multiples, ainsi que sa perception par notre société. Certains penseurs pourront trouver ce livre trop léger pour être réellement convaincant, j'ai personnellement beaucoup apprécié que l'auteur nous propose ce catalogue d'idées sur les clonage, à charge pour le lecteur d'en tirer ses propres développements.
     Sur la fin du roman, toutefois, Saintonge abandonne ce côté papillonnant pour s'attacher à un seul thème, le plus évident compte tenu de la personnalité principale du clone : Dolfi devient réellement Adolf Hitler, ou du moins suit les pas d'Hitler, dans une parodie de Troisième Reich millénaire. J'ai trouvé cette deuxième partie nettement moins convaincante, car convenue, peu crédible (que ce soit dans la création du nouvel état ou dans l'évolution du personnage de Tycho Mercier), rompant trop avec ce qui précède, et finalement assez inutile, bien qu'elle se lise sans déplaisir.
     Au final, Dolfi et Marilyn se révèle un traitement plutôt réussi du thème du clone. N'allez pas y chercher un livre faisant le tour de la question, ou proposant un renouvellement complet du genre : François Saintonge s'inscrit dans la droite lignée des auteurs l'ayant précédé, mais astucieusement, alternant légèreté revendiquée et questionnement philosophique plus universel.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/7/2013 nooSFere


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64899 livres, 63184 photos de couvertures, 59609 quatrièmes.
8086 critiques, 35553 intervenant·e·s, 1417 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.