Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Notre île sombre

Christopher PRIEST

Titre original : Fugue for a Darkening Island, 1972/2011

Traduction de Michelle CHARRIER
Illustration de Aurélien POLICE

DENOËL (Paris, France), coll. Lunes d'Encre n° (152)
Dépôt légal : mai 2014
208 pages, catégorie / prix : 17,50 €
ISBN : 978-2-207-10976-2
Format : 14 x 20,3 cm  
Genre : Science-Fiction

Traduction de la version originale de 2011.


Autres éditions
   GALLIMARD, 2016
Sous le titre Le Rat blanc
   PRESSES DE LA CITÉ, 1976

    Quatrième de couverture    
     Je suis sale. J'ai les cheveux desséchés, pleins de sel, des démangeaisons au cuir chevelu. J'ai les yeux bleus. Je suis grand. Je porte les vêtements que je portais il y a six mois et je pue. J'ai perdu mes lunettes et appris à vivre sans. Je ne fume pas, sauf si j'ai des cigarettes sous la main. Je me saoule une fois par mois, quelque chose comme ça. La dernière fois que j'ai vu ma femme, je l'ai envoyée au diable mais j'ai fini parle regretter. J'adore ma fille, Sally.
     Je m'appelle Alan Whitman... Et je survis dans une Angleterre en ruine, envahie par des populations africaines obligées de fuir leur continent devenu inhabitable.

     Notre île sombre est la version révisée du Rat blanc, une œuvre « de jeunesse » datant de 1971. Se situant dans la droite ligne des romans catastrophe de J.G. Ballard et John Wyndham, Christopher Priest y dresse le portrait ironique d'une ancienne puissance coloniale colonisée à son tour. Plus de quarante ans après sa première édition, Notre île sombre n'a rien perdu de son pouvoir de fascination. Sa critique de l'arrogance des pays du Nord vis-à-vis de ceux du Sud est plus que jamais d'actualité.

     Christopher Priest a connu un succès mondial avec Le Prestige, adapté au cinéma par Christopher Nolan.
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition PRESSES DE LA CITÉ, Futurama 2e série (1977)


     Encore un roman-catastrophe anglais ! Cette fois, le fléau est le « péril noir » ; et le titre original, Fugue for a darkening island, montre clairement qu'il s'agit d'une extrapolation sur les réactions actuelles des Britanniques à l'« invasion » de leur île par leurs anciens colonisés. Certes, le ton n'est pas celui d'Enoch Powell : Priest est même optimiste sur l'audience des Sécessionnistes qui s'opposent aux mesures racistes ; mais chez son héros, ou anti-héros, les instincts triomphent peu à peu des principes, surtout quand sa femme (qu'il n'aime pourtant pas) et sa fille sont victimes des « Afrims ». Ses révélations ne prennent pas forme tout de suite, car son récit a été découpé — et recollé dans le désordre : artifice destiné à faire « new thing » (mais Huxley l'utilisait déjà en 1936 dans Eyeless in Gaza !), à symboliser le morcellement de l'Angleterre en proie à la guerre civile, et aussi peut-être à relever un roman qui, s'il n'est pas aussi médiocre que la Machine à explorer l'espace, ne tient pas non plus les promesses du Monde inverti.

George W. BARLOW
Première parution : 1/4/1977
dans Fiction 279
Mise en ligne le : 18/10/2000




 

Dans la nooSFere : 62658 livres, 58930 photos de couvertures, 57148 quatrièmes.
7958 critiques, 34384 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.