Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Je suis ton ombre

Morgane CAUSSARIEU



Illustration de Roy BISHOP

MNÉMOS
Dépôt légal : juin 2014
288 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-35408-181-2
Format : 15,1 x 20,9 cm  



    Quatrième de couverture    
     Le Temple, petit village du Sud-Ouest, ses plages, ses blockhaus, son unique bistro, son école où la violence est le seul remède à l'ennui. Poil de Carotte y vit seul avec son père handicapé. Gamin perturbé aux penchants sadiques et souffre-douleur de ses camarades de classe, sa vie bascule lorsqu'il se rend dans une ferme calcinée en lisière de forêt. Des fantômes y rôdent, paraît-il.
     Mais en lieu et place de revenants, il découvre un étrange journal rédigé par des jumeaux, il y a trois cents ans. Leur vie sauvage et heureuse à La Nouvelle-Orléans tourne au cauchemar lorsqu'un marquis décadent les prend à son service.
     Plus Poil de Carotte avance dans sa lecture, plus des événements étranges surviennent : un chat noir qui parle, une voix qui lui chuchote la nuit à l'oreille, un enfant au teint trop pâle et aux lèvres trop rouges... Et s'il avait réveillé des forces aussi malsaines qu'attirantes ?

     Remarquée par la critique dès son premier roman vampirique, Dans les veines, Morgane Caussarieu s'attache pour ce second à explorer, dans une langue tantôt heurtée, tantôt déliée, la noirceur des âmes humaines. De la tristesse des campagnes landaises dont elle est originaire à la moiteur des bayous, l'auteur met en miroir l'horreur des enfances perverties à travers un conte fantastique, qui oscille entre naïveté et cruauté. Une plongée oppressante qui vous tiendra éveillé jusqu'à l'aube.

    Prix obtenus    
Bob Morane, roman français, 2015
Prix Planète-SF des Blogueurs, [sans catégorie], 2015
 
    Critiques    
Après un premier roman remarqué, Dans les veines, et un essai sur Vampires & Bayous, Morgane Caussarieu nous revient avec un deuxième roman au joli titre, Je suis ton ombre. Poil de Carotte est un ado tourmenté dans un petit village du Sud-Ouest de la France. Vivant seul avec son père handicapé depuis la disparition de sa mère et de son frère Paul, il est le souffre-douleur de son paternel mais aussi d'une bande de gros durs au collège. Heureusement, il a un ami grassouillet, David, avec qui il découvre les environs pour y dénicher des cachettes, comme ce blockhaus dans les dunes. Mais un jour qu'il s'aventure seul, il tombe sur une maison calcinée, dans la cave de laquelle il trouve un cahier. Sitôt rentré chez lui, il en commence la lecture, qui lui révèle l'existence de deux frères jumeaux, ayant vécu en Louisiane trois siècles auparavant, et étant entré au service d'un marquis décadent. La lecture de ce journal intime, couplé à la vision d'un fantôme et d'animaux parlants, vont progressivement influencer Poil de Carotte, qui de pleutre et relativement gentil, va évoluer vers un tempérament beaucoup plus sombre et déviant, jusqu'à commettre des actes que la morale réprouve.
     Le roman est construit comme une alternance de scènes du présent, décrivant la lente évolution de Poil de Carotte, avec des extraits du journal intime de Gabriel et Uriel. Cela fonctionne plutôt bien, même si par moment la lecture de l'histoire en Louisiane prend un peu trop le pas sur la narration des affres de Poil de Carotte, qui n'évolue plus guère. Mais ce rythme suit aussi l'envoûtement progressif du jeune garçon, effrayé au début par ce qu'il lit, et de plus en plus impliqué à mesure que les événements se précipitent. Au final, la construction se révèle efficace, les révélations du passé faisant écho aux rebondissements du présent, et le roman une véritable descente aux enfers en même temps qu'un page-turner redoutable.
     Derrière ses oripeaux de roman fantastique, Je suis ton ombre parle du mal-être d'une certaine jeunesse sans repères, pour laquelle les notions de bien et de mal sont ainsi relativement floues. Ou plutôt, si, Poil de Carotte se rend compte du caractère dangereux de ses actes, mais il en tire finalement une certaine fierté à décider pour une fois de ce qu'il fait, plutôt que de se laisser dicter son comportement. Tant pis donc si cela doit faire des dégâts collatéraux... Caussarieu nous décrit le portrait d'un gamin comme il en existe beaucoup (même si rares sont ceux qui évolueront de manière aussi dramatique que Poil de Carotte), et le fait avec talent, la psychologie de l'adolescent étant particulièrement travaillée. Sur la forme, on se permettra un léger doute sur certains choix de dialogues, puisque Poil est capable d'employer le mot « identiquement », alors qu'il est infichu de dire « je fais ce que je veux », utilisant l'expression « je fais qu'est-ce que je veux » ; la différence de niveau sémantique de ces deux termes me semble peu plausible. Mais ce n'est qu'une broutille, qui ne saurait empêcher le portrait brossé d'être convaincant.
     Thème classique du fantastique, le double est au centre du roman : Poil de Carotte a en effet perdu son frère, Paul, qu'il revoit en rêve quasiment toutes les nuits, et auquel il se compare régulièrement. Les deux jeunes frères jumeaux vivant en Louisiane ne font qu'un au début, mais à mesure qu'ils traversent les épreuves, ils se dissocient et évoluent dans deux directions différentes. Même le marquis, qui semble plutôt humain au début, a aussi son double encore plus maléfique que lui en la personne de son cousin Malvert. On pourra d'ailleurs s'amuser à repérer le motif du double dans ce roman, tant il est omniprésent (Poil de Carotte et Paul, donc, mais aussi Poil de Carotte et son copain David, Timmy et son pote Hugo, les deux sœurs au service du marquis...). Cette dualité quasi-systématique renvoie évidemment à celle que chacun d'entre nous a en soi, la personnalité sociable côtoyant une part plus sombre, sans qu'il soit possible de changer cet état. Reste à savoir quelle part l'emportera...
     Creusant une nouvelle fois la thématique du vampire, en la confrontant au double et à la gémellité et en projetant l'action dans une petite ville de campagne paumée, Je suis ton ombre confirme ainsi le talent certain de Morgane Caussarieu pour revisiter le fantastique en y insufflant une vraie personnalité, et l'on suivra donc avec intérêt les prochains textes de l'auteur.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 13/8/2014 nooSFere


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 63867 livres, 61146 photos de couvertures, 58492 quatrièmes.
8040 critiques, 35008 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.