Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Frankenstein délivré

Brian ALDISS

Titre original : Frankenstein Unbound, 1973
Première parution : Jonathan Cape, 1973

Traduction de Jacques POLANIS
Illustration de Wojtek SIUDMAK

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5031
Dépôt légal : 3ème trimestre 1978, Achevé d'imprimer : 30 juillet 1981
Roman, 256 pages, catégorie / prix : 3
ISBN : 2-266-00591-X
Format : 10,8 x 17,7 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     « Un visage d'une beauté impressionnante me fixa soudain. Puis la lucarne vola en éclats et la Créature du Baron Victor Frankenstein bondit au milieu de la pièce. Oui, son visage était beau et j'utilise ce mot à dessein pour réfuter la légende d'un hideux conglomérat de traits empruntés. Les yeux étaient là, étincelants derrière les hautes pommettes protectrices comme à travers les fentes d'une visière. Les autres traits, la bouche, les oreilles, et surtout le nez, avaient été en quelque sorte estompés par le bistouri du chirurgien. La Créature qui me fixait maintenant avait l'air d'une machine faite au tour. Son crâne atteignait presque les poutres du plafond. Il se pencha, me saisit par le poignet et me tira vers lui comme si je n'étais qu'une poupée ».
     Voilà la découverte que fit, le 25 août 2020, Joseph Bodenland, de New Houston, englouti dans un Glissement Temporel et brusquement projeté à Genève en 1816...

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Annick Béguin : Les 100 principaux titres de la science-fiction (liste parue en 1981)
Jacques Goimard & Claude Aziza : Encyclopédie de poche de la SF (liste parue en 1986)


    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
La Résurrection de Frankenstein , 1990, Roger Corman
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (1978)


 
     GLISSEMENTS CONTEXTUELS

     Parmi tant d'autres, une réédition d'un ouvrage paru en 1975 chez Opta, dans lequel Aldiss montre une fois de plus qu'il sait peindre une fresque admirable. Derrière la beauté des images, baroques et romantiques, et des climats puissamment évocateurs, se cache une histoire : celle, surréaliste, de Joe Bodenland, grand-père tranquille de 2020 transporté à la suite d'un Glissement Temporel en Suisse en 1816 (avec sa voiture) où il retrouvera une seconde jeunesse et rencontrera Victor Frankenstein (et son monstre !) Lord Byron et Mary Shelley, auteur du célèbre roman « Frankenstein »... Mais le Glissement Temporel crée des ondes de choc, et la Suisse paisible de 1816 bascule dans le futur et le délire, transformant le grand-père du début en héros aussi implacable que le (s) monstre (s) qu'il traque.
     Outre l'histoire, on trouve des considérations pertinentes sur la science, telles que : le savant est-il responsable de ses propres découvertes et/ou inventions, et de leur utilisation ? (« La responsabilité de pontifier sur des considérations morales appartient à d'autres que moi ; je ne peux m'intéresser qu'au progrès des connaissances », dit Victor Frankenstein p. 181) Ou bien : en dépit des progrès qu'elle a permis, la science n'a-t-elle pas autant — sinon plus — contribué à l'aliénation de l'homme, par son rationalisme outrancier, que la religion, par son obscurantisme intransigeant ? « Mais la science organisée s'était alliée au gros commerce et au gouvernement ; elle ne s'intéressait pas à l'individu — elle ne s'occupait que des statistiques ! (...) De même qu'elle avait graduellement érodé la liberté du temps, la science avait érodé la liberté de croyance. Tout ce qui ne pouvait être prouvé en laboratoire par des méthodes scientifiques (...) était débouté. » p. 195). Mais pourquoi en parler au passé ? N'est-ce pas très actuel ?
     Malgré quelques petits « glissements contextuels » (Joe Bodenland se déplace un peu trop facilement en voiture dans un XIXe siècle qu'il a l'air de très bien connaître, et Aldiss oublie parfois qu'on est censé lire un enregistrement de son journal) et deux ou trois scènes cocasses (le monstre de Frankenstein récitant des vers de Milton (p. 200) ou se prosternant devant son créateur qui le réprimande pour un meurtre) ce roman/fresque séduira les amateurs de Mary Shelley, ou simplement de SF et de fantastique — mêlés.

Jean-Marc LIGNY (lui écrire)
Première parution : 1/12/1978
dans Fiction 296
Mise en ligne le : 14/3/2010




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70931 livres, 81311 photos de couvertures, 66126 quatrièmes.
8470 critiques, 38100 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.