Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Chasseurs au bord de la nuit

Colette FAYARD


Illustration de ALEXIS
DENOËL, coll. Présence du futur n° 487
Dépôt légal : avril 1989
224 pages, catégorie / prix : 7
ISBN : 2-207-30487-6
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Entre Bayreuth et Beyrouth, nul point commun en dehors d'une vague homophonie. Sauf, peut-être, chez les enfants, dont le théâtre intérieur prépare mystérieusement un terrain de rencontre...
     Les enfants du Japon, eux, s'évanouissent dans la nature pour réapparaître sous la forme d'adultes prêts à servir : un cadeau des Atlans, ces extraterrestres devenus amoureux fous de la musique du vieux violoncelliste Yo-Ti-Ma...
     Quant aux petits de la chatte Doudoune, ils sont régulièrement exterminées par la brute que Marie a épousée sur la foi d'une petite annonce — mais entre femmes chez qui la haine ronronne on peut se comprendre...
     En treize nouvelles, un regard nouveau sur l'enfance, la communication, la création artistique, inspiré par l'univers en trompe l'oeil de René Magritte.


    Sommaire    
1 - L'Alphabet des révélations, pages 11 à 24
2 - La Ligne de vie, pages 25 à 41
3 - Le Libérateur, pages 43 à 65
4 - L'Annonce, pages 67 à 81
5 - Les Ombilics du plan, pages 83 à 92
6 - Les Parures de l'orage, pages 93 à 100
7 - La Traversée difficile, pages 101 à 123
8 - Les Promenades d'Euclide, pages 125 à 141
9 - Le Mois des vendanges, pages 143 à 155
10 - La Perspective amoureuse, pages 157 à 165
11 - Le Coeur du monde, pages 167 à 176
12 - Le Thérapeute, pages 177 à 195
13 - Les Chasseurs au bord de la nuit, pages 197 à 217

    Prix obtenus    
 
    Critiques    
     Découverte par Jean-Marc Gouanvic, révélée par Philippe Curval (« L'Anniversaire, meilleure prestation de Superfuturs avec « La Maison de l'Araignée » de Wildy Petout et « Le Visage Trop Net » de Guy Grudzien), Colette Fayard publie ici son premier recueil « catalogué » SF. Que cela ne nous fasse pas perdre de vue qu'elle n'est plus pour autant une débutante puisque, sa bibliographie est là pour le confirmer, elle est l'auteur de deux recueils chez Encres Vives, trois essais, quelques scénarios pour Chi Yan Wong et plusieurs pièces de théâtre, dont certaines ont été adaptées à la radio et primées.
     Ce recueil, Les Chasseurs au Bord de la Nuit, apparaît d'emblée comme placé tout entier sous le signe de René Magritte : une phrase du peintre surréaliste est mise en exergue, les titres des nouvelles sont empruntés à des tableaux du maître (« L'Alphabet des Révélations », « La Traversée Difficile », « Le Mois des Vendanges »...) et il est probable que la couverture sera dans l'esprit, je n'en ai pas confirmation pour l'instant, l'ayant lu sur épreuves. Magritte est donc supposé être une de ses admirations principales, soit, mais la comparaison s'arrête là. Car je dois avouer ne pas y avoir retrouvé grand-chose de surréaliste. Soit dit en passant, je n'y ai pas retrouvé non plus grand-chose de SF ou de Fantastique. Est-ce un mal pour autant ? Évidemment, non ! Les barrières érigées entre les genres tendent à fondre lentement, on ne peut qu'encourager le processus. Restent les textes.
     Devant ceux de Colette Fayard, je dois avouer être souvent resté perplexe. Non pas parce que la SF y est réduite à la portion congrue, voire même inexistante (« La Ligne de Vie », « L'Annonce », « Le Cœur du Monde »...), simplement parce que les histoires présentées n'ont pas su me séduire, m'accrocher. Subjectivité quand tu nous tiens... Disons que, d'une manière générale, manque cette aura magique, onirique, qui faisait de « L'Anniversaire » un texte envoûtant, inoubliable. Un chef-d'œuvre, peut-être. Ceux-ci sont presque tous d'intensité semblable, rien ne dépasse, et on ressent un sentiment d'overdose par rapport à une narration intimiste mais quelque peu terne.
     Restent un style alerte, toujours agréable, quelques belles histoires (« Le Libérateur », « La Ligne de Vie », « Le Cœur du Monde ») et deux exceptionnelles : « La Traversée Difficile », impressionnant délire érotique, et surtout « Le Thérapeute », perle du recueil, belle à chialer. C'est, je crois, dans cette voie, qui est aussi celle de « L'Anniversaire », que Colette Fayard devrait travailler dans l'avenir : une littérature poétique et esthétique, à consonance romantique, qui nous va droit au cœur !


Richard COMBALLOT
Première parution : 1/5/1989 dans Fiction 408
Mise en ligne le : 18/10/2003


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies