Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Lune fourbe

Algis BUDRYS

Titre original : Rogue Moon, 1960
Première parution : Fawcett Gold Medal, novembre 1960
Traduction de Jean-Patrick MANCHETTE & Mélissa MANCHETTE
Illustration de Wojtek SIUDMAK

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5002
Dépôt légal : 3ème trimestre 1977, Achevé d'imprimer : 16 août 1977
Réédition
Roman, 192 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : 2-266-00329-1
Format : 10,8 x 17,8 cm
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   BRAGELONNE, 2013
   MILADY, 2016
   in Fiction n° 112, OPTA, 1963
   in Fiction n° 113, 1963
Sous le titre Lune fourbe
   PRESSES DE LA CITÉ, 1975

Quatrième de couverture
Hawks, docteur ès sciences, fanatique du savoir, veut conquérir la Formation. Même si elle est totalement irrationnelle, inhumaine, incompréhensible. On la comprendra plus tard. Pour le moment, il faut la traverser.
Il trouvera un homme pour cela. Al Barker, le guerrier mimbreno. Ensemble, ils feront le travail. Et ce travail les change. La Formation les change.
La Formation...Quelque chose sur la Lune. Pas de forme définie, ni dans l'Espace ni dans le temps.
Et ça tue.
Ça tue et ça rend fou.
Simultanément.
C'est normal  : mourir rend fou.
 
Algis BUDRYS  : né en 1931 à Königsberg (Prusse Orientale), il est d'origine lithuanienne. Sa famille émigre aux Etats-Unis en 1936. Après ses études universitaires, il se consacre intégralement à la science-fiction. Depuis 1952 il a écrit plus de 200 nouvelles et plusieurs romans dont False night, Man on earth, Who (traduction française 1975 "Qui  ?"), Rogue moon (Lune fourbe).
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition PRESSES DE LA CITÉ, Futurama 1ère série (1976)

     Le prétexte : un système de télétransport-duplicateur qui permet à des hommes de science d'explorer un artefact mystérieux (à moins qu'il ne s'agisse d'une créature vivante ?) découvert sur la Lune. La « chose » défie la topologie et tue les explorateurs qui la pénètrent, mais peu à peu elle cède du terrain et, à la fin, elle sera, sinon vaincue ni même comprise, au moins traversée. Donnant prise ou non à un décryptage psychanalytique, et plus que l'aspect strictement « science-fiction » (pourtant astucieux), c'est l'aspect psychologique du roman qui lui donne le plus de poids ; étudiant les personnages qui gravitent autour du Centre de Recherches, Budrys s'étend sur leurs petitesses et leurs bassesses, mais aussi sur la foi qui les anime (discret éloge de la science et de la recherche), et sur leur peur face à la mort, à l'inconnu, à la folie (discrète approche philosophique). Ce ton en sourdine semble décidément caractériser Budrys, un auteur à (re)-découvrir d'urgence.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/2/1976
dans Fiction 266
Mise en ligne le : 17/7/2003

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77382 livres, 88480 photos de couvertures, 73306 quatrièmes.
8627 critiques, 42084 intervenant·e·s, 1605 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.